AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

Lieu de vie de Teikiatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité


MessageSujet: Lieu de vie de Teikiatsu Lun 30 Juil - 20:19

Après toutes ses années passées seule à s'entraîner sans but, Teikiatsu retrouvait enfin une raison de s'accrocher à la vie. Grâce au petit garçon rencontrait dans son village natal, elle a su redonner sens à son existence, devenir Kunoichi ! Se protéger des dangers pour ne plus avoir à souffrir. Souffrir physiquement était la seule voie pour devenir plus forte et cela ne l'a gêné pas, c'était souffrir de la perte d'êtres chers, se sentir seule, abandonner qui fut le plus dure lors de la disparition de ses parents. Partis à la guerre, étaient-ils encore vivant ? Etaient-ils mort ? Perdu ou que sais-je encore. L'incertitude l'avait rongé pendant tant d'années. Le temps a fini par éroder ce sentiment qui n'est plus qu'un mauvais souvenir. Aujourd'hui, sa seule obsession est de devenir plus forte pour se protéger de tous ses mauvais souvenirs. Mais au plus profond d'elle-même, elle ne demande qu'à protéger ses amis et les gens qui l'entoure, protéger le village qui sera bientôt son foyer, mais cette vision lui fait peur et elle ne fait que la refouler. Un combat intérieur menait chaque jour, qui déchire un peu plus la jeune fille.

*Ses sentiments me trahiront un jour ou l'autre, je dois les garder enfouis au fin fond de mon âme, telle est la voie du ninja !*

Bref, après avoir quitté son village d'origine et avoir marché pendant plusieurs heures, elle arrivait enfin devant la cité de sable. Les énormes murailles autrefois percées se tenaient fièrement devant elle. Tout avait été reconstruit depuis sa dernière visite. C'est avec hésitation qu'elle fit le premier pas dans sa nouvelle patrie. La vue fut magnifique.



Éblouie par le soleil, elle ne put distinguer que la silhouette des bâtiments du village. Malgré un refoulement constant, quelques émotions s’écharpèrent, un sourire même s'esquissa sur ses lèvres, mais elle reprit rapidement le contrôle.
Peu de gens habités ici, elle avait le souvenir d'un village dynamique et bouillonnant, de ses marchés, ses étales. Aujourd'hui, ce n'est qu'un cailloux, frappé par le soleil, résistant tant bien que mal aux assauts du désert. Tout comme dans son village, les conditions de vies étaient rudes, c'est ce qui rendaient les ninjas de Suna si déterminés.

"Ma rédemption commence ici ..."

Après s'être fait recensée au village, elle alla directement à l'académie ninja pour se faire nommer Kunoichi. L'examen fut rude pour cette fille de paysans, mais elle réussit finalement à se faire nommer, Genin de Suna !
Cette formalité remplit, il lui fallait un toit sous lequel s'installer pour de bon. Un foyer à protéger (ou pas), un lieu paisible où elle pourrait se reposer après ses périlleuses missions, ses rudes entraînements et où elle pourrait recevoir son sensei, ses camarades, enfin, si elle en avait un jour. Son habitation était typique du village de Suna.



Avec le peu d'habitants restant dans le village, elle eut droit à un logement de plusieurs chambres pour elle seule. De trop pour Teikiatsu, mais elle se sentait assez fière de passer d'une cabane puante à une maison spacieuse, quoiqu'un peu poussiéreuse, elle était inhabitée depuis un long moment.

La journée fut longue et remplit d'émotions pour notre héroïne, il est l'heure pour elle d'aller se reposer. Assoupie, elle aspire secrètement à un avenir meilleur, rempli de rencontres aussi improbables les unes que les autres ... Une dernière chose, la porte de cette maison restera toujours ouverte à quiconque souhaite y entrer, même si la maîtresse de maison affirme le contraire ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Lieu de vie de Teikiatsu Dim 5 Aoû - 14:23

Lentement, Teikiatsu parcourait la ville. Elle marchait doucement, boitait légèrement. La morsure de la hyène l’avait tout de même bien secoué, heureusement que le conseiller de l’investisseur était formé aux premiers secours, sans lui, personne ne sait ce qu’il serait advenu de notre courageuse kunoichi. Il était tôt le matin, pendant une bonne vingtaine d’heures, elle n’avait pas arrêté. Deux missions enchainées à la suite, un marchand installé et un riche homme d’affaire qui investit dans le village. Elle n’avait pas cessé d’agir en faveur de Suna, telle était sa volonté.
Une brise fraîche et douce revitalisait la jeune fille ; le soleil n’avait pas encore montré toute sa rondeur et l’air sentait encore la rosée du matin. La peau souillée par la crasse, une douche froide lui ferait le plus grand bien. Et c’est bien ce qu’elle comptait faire avant d’aller se coucher. Pour la première fois, elle admirait Suna au petit matin. Cette vision jeune, fraîche et douce allait à l’encontre de tout ce qu’on pouvait entendre à propos du village. Mais l’astre solaire allait vite reprendre tous ces droits et imposer à nouveau sa chaleur étouffante et ses intenses rayons. La jeune fille était trop fatiguée pour supporter cela, elle pressa le pas jusqu’à la porte de son habitation.

« Une longue journée de repos m’attend. Je pense l’avoir mérité. Si seulement Kazekage-sama était là pour pouvoir m’admirer… Mais je dois m’y faire, depuis mon plus jeune âge, je vis seule et il semblerait que le destin ait décidé de faire de la solitude ma seule amie. Peut-être est-ce le moyen pour arriver à mes fins. »

Avec sa main droite, elle entrouvrit sa porte d’entrée.

« Je ne devrais pas laisser le destin décider pour moi, j’ai réussi à faire au moins une connaissance ici, le marchand de la première mission. Si un jour je me sens seule, je pourrais toujours aller le voir pour discuter. Je dois être la seule à tenir la barre, la seule à tenir le gouvernail qui me guidera aux sommets du monde … »

La fougue de la jeunesse est toujours aussi grande, même dans un pays affaibli. C’est l’un des catalyseurs à sa renaissance, les générations futures… Tous plein d’espoirs, de rêves et d’envies qui bien souvent sont anéantis par la guerre. Chaque grande guerre ninjas sombra le monde dans la haine et pourtant, il renait sans cesse de ses cendres. Les jeunes pousses apparaissent toujours après l’incendie. C’est le cycle de la vie… Mais revenons-en à notre héroïne, qui, épuisée par la fatigue, n’attend rien d’autre que son lit pour aller se coucher.

« Je vais d’abord aller prendre une douche, dans cet état, je salirais mon lit. »

Elle dénoua d’abord les liens de ses sandales, la gauche, puis la droite. Ses petits pieds respiraient enfin, enfin ils étaient libres et pouvaient fouler le sol déjà chaud. Puis, ce fut au tour de ses mains d’être libérées, elle retira ses gants et les posa à côté du reste de ses affaires. Elle détacha son foulard, pour ensuite en arriver à sa tunique. Elle descendit lentement la fermeture latérale et retira les deux boutons qui maintenaient l’ensemble. Langoureusement, elle fit glisser le tout le long de son corps. Avec ses mains, elle poussa vers le bas, commençant par sa poitrine pour arriver aux joues de ses fesses ; l’attraction finit le travail, Teikiatsu était maintenant nue. Le store de la fenêtre marquait son corps de parties sombres et lumineuses. Et déjà, les premières gouttent de sueurs s’écoulèrent le long de ce corps mince et ferme, telles étaient les vertus de la jeunesse.

Elle entra dans la salle de bain et fit couler l’eau. Elle attendit quelques secondes que l’eau chaude des canalisations passa pour ensuite s’immiscer sous ce torrent de fraîcheur. Son corps réagit immédiatement au changement de température. Sa peau était fébrile et ses muscles se contractèrent. Puis après quelques minutes, il s’habitua et elle put se détendre. Elle appréciait ce moment unique, qui la faisait sentir vivante. Elle saisit le savon de fabrication artisanale et l’appliqua sur sa peau noircie par les combats. Une mousse fine et grasse se forma et elle l’étala sur l’ensemble de son corps. Puis, elle termina dans ses cheveux noirs blanchit par le savon. Elle purifiait ainsi son corps de toute la douleur qu’elle avait pu causer. Elle finit par se rincer, toujours à l’eau froide.
Elle ne se sécha pas, elle alla directement dans son lit pour profiter au maximum de la froideur de l’eau.

A peine avait-elle posé ce corps sur le lit, que ses yeux se fermèrent et elle plongea dans l’immensité du rêve…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Lieu de vie de Teikiatsu Lun 6 Aoû - 18:55

« Tu as entendu, il paraît que Kazekage-sama est revenu ! »

D’un coup, Teikiatsu se réveilla. Avait-elle rêvé ? Ou est-ce la réalité ? Le Kazekage serait de nouveau en ville ? Quand elle ouvrit les yeux, le soleil était toujours là. Mais, ce n’était plus la même journée, l’aiguille de l’horloge avait fait deux tours complets, et même un peu plus. Pendant plus de 24 heures, la genin, épuisée par ses missions s’était assoupie à un tel point. Malgré le bouquant qui régnait en ville depuis cette nouvelle, rien n’avait pu la réveiller, sauf cette phrase, cet unique assemblage de mots, si subtils et plein de sens pour elle. Elle s’était pourtant résignée à le voir, à lui parler et pourtant, l’envie était belle et bien là. Aller à sa rencontre ? Hors de question. Il avait laissé le village à l’abandon, seul pendant plusieurs jours.

*Comment a-t-il pu oser alors que nous sommes si faibles ?!*

Elle n’arrivait pas à digérer cet acte. Il devait certainement être nécessaire. Tout ce que faisait le Kazekage allait dans le sens du village, toujours pour le bien de Suna. Mais elle ne voulait l’admettre. Elle pensait qu’il avait fui, mais découragé par la solitude, il serait revenu à ses lourdes responsabilités. Si le village était ainsi, elle l’en tenait responsable. S’il avait été présent lors de son arrivée, les choses auraient été différents, certainement. Mais cet abandon, cette trahison, elle ne put le supporter. La colère, voilà un sentiment qu’elle n’avait pas ressenti depuis un long moment. Le vide et la solitude ont toujours été ses seuls amis durant sa jeunesse. Suna lui apporta cette chaleur qui lui avait tant manqué. Et elle la lui rendit en la protégeant, en essayant de la revitaliser. Mais lui, jamais il n’a été là, absent durant tous ses efforts et maintenant que le village repart sur de bonnes bases, il revient tel un messie, le guide qui ramena Suna sur le droit chemin, foutaise ! Ce n’est qu’un usurpateur, un opportuniste ! Tant de choses négatives lui vinrent à l’esprit. Entendre le mot ‘kazekage’ par sa fenêtre entre-ouverte, la faisait se recroqueviller un peu plus dans ses draps. Malgré la chaleur étouffante de la pièce, elle s’enfonçait de plus en plus dans son lit, se cachant de cet homme qui reprenait le pouvoir. Elle qui était nue, se rhabilla même, rapidement pensant qu’un être effroyable pouvait tout voir et tout savoir comme dans les pires histoires que ses parents lui racontaient quand elle était enfant.
Encore un peu fatiguée, usée par cette effroyable nouvelle, elle finit par se rendormir pour un court instant.

Même quand elle fermait les yeux, quand dormait, elle le voyait. Il l’observait, elle ne savait pas par quel moyen, mais elle en était convaincue, il la guettait. Elle ne savait pas comment l’enlever de son esprit. Elle qui était si forte mentalement, était réduite à néant par un seul homme alors qu’il ne l’avait jamais vu. Il devait vraiment surpasser tous ses espoirs pour qu’il la tourmente ainsi. Vous avez certainement déjà ressenti ce sentiment, celui d’avoir besoin de quelqu’un mais que ce quelqu’un vous ignore, alors vous le détestez. C’est exactement ce qu’elle ressentait en pensant à lui et elle transformait son adoration en haine pour le détester et l’oublier. Le seul moyen pour mettre fin à cette mascarade était de le rencontrer. La chaleur asphyxiait l’air ambiant, mais elle était glacée, glacée à l’idée de le rencontrer. Elle était si sûre la première fois. Malgré cette peur bleue, sa volonté, inflexible prit le dessus et elle enfila le reste de ses vêtements.

Elle avait faim, mais ne mangea pas. Elle était en sueur, mais ne se lava pas. Omnibulée par cette confrontation, elle alla à l’encontre de tous ses besoins, même les plus primaires. Elle attacha son katana et franchit le seuil de sa porte.

« Je ne sais pas à quoi il ressemble ni qui il est. Mais pour me donner une telle peur, se doit être un homme viril, grand, fort avec une âme noire, si noire qu’elle arrive à s’immiscer dans mes nuits. Je ne devrais pas y aller, mais la curiosité et l’envie de me libérer de son emprise sont si fortes que je ne peux y renoncer. Kazekage-sama ! »

Elle traversa le village tel un être inanimé, un pantin guidé par une conscience supérieur. Quand elle arriva enfin devant la tour à l’origine de ses tourments. Il était dedans, l’attendait-il ? L’ignorait-il ? L’inconnu est généralement synonyme d’excitation, mais pas cette fois. Elle monta les escaliers menant jusqu’au dernier étage, maintenant, il ne restait plus qu’un long couloir à franchir pour l’atteindre…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lieu de vie de Teikiatsu

Revenir en haut Aller en bas

Lieu de vie de Teikiatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien » Le Carnaval National, aura lieu cette année aux Cayes » Un lieu vous manque ? » Le seul lieu réconfortant [ Libre ] » lieu "secret"
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays du vent+ :: Sunagakure no sato :: Centre du village / Habitations -