AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

[Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité


MessageSujet: [Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma] Mer 2 Jan - 18:25



Naruto Sensou
Une mission qui tourne mal




Un vent léger souffle dans mes cheveux, alors que je m’accroupie devant la tombe de mon cher grand-père. J’ai l’impression qu’encore hier, il était là, derrière moi, à ramasser les gaffes que je faisais sur mon passage. Je crois que je n’ai jamais connu quelqu’un d’aussi patient que lui. Parfois je me dis que je me tape moi-même sur les nerfs tant ma stupidité me dépasse. Les choix que j’ai faits n’ont pas toujours été les plus brillants, je l’avoue… Même qu’à un certain moment, ils étaient complètement idiots et qu’en j’y repense, je me demande sincèrement ce qui m’avait pris de faire ça. Oh, grand-père, si tu savais comme j’ai changé. Si seulement tu pouvais le voir. Tu serais fier de moi aujourd’hui, de ce que je suis devenue et de ce que j’ai accompli. J’ai encore beaucoup de chemin à faire, je le sais bien, mais j’avance un pas à la fois. J’ai grandement appris de mes erreurs tu sais, je voudrais que tu sois là pour voir ça. J’effleure la sépulture du bout de mes doigts. C’est froid, ça ne représente pas mon grand-père, ce n’est pas lui. Et pourtant, il est là-dessous, reposant doucement alors que le temps défile sans lui. Et moi, je continue de vivre et de vieillir alors que lui reste à jamais figé tel qu’il est. Un jour viendra où j’irai le rejoindre, mais ce n’est pas maintenant. Non, j’ai encore trop à faire pour partir… et trop de gens qui comptent sur moi. Non, toi grand-père, tu avais fait ton temps, ce que tu avais à donner, tu l’as donné et plus personne ne comptait sur toi à présent. Ce que tu avais à faire ici était accompli… et si jamais ce n’était pas le cas, hé bien, tu as insufflé en tes enfants et tes petits-enfants cette force de vivre qui t’animait, ton nindo, tes valeurs… Eux vivront à travers nous… Alors tu continueras aussi de vivre pour des générations entières. Je voudrais en faire autant, que mon passage marque, non pas par sa popularité ou par sa puissance, mais pour sa pensée, pour ses idéaux, c’est ce que je désire laisser derrière moi. Et alors seulement quand j’aurai accompli ça, je pourrai partir en paix.

Aujourd’hui je pars en mission de patrouille aux frontières du pays du feu. Il paraîtrait que du mouvement ait été aperçu là-bas. J’y vais avec une équipe de Jonin que j’accompagne, je serais leur ninja médecin si jamais il arrive quoi que ce soit. C’est la guerre grand-père, toi qui a connu ça et qui souhaitait voir perdurer la paix… Mais ce n’est pas comme avant non. Aujourd’hui, les villages s’allient pour affronter une même menace. Tu devrais voir ça, c’est beau, tu sais, cette solidarité. Les villages sont soudés, pour une fois, et ne cherchent pas à s’entretuer. C’est pratiquement étrange à voir, mais ça me plait, beaucoup. Te connaissant, tu serais sûrement méfiant, mais ce sont de vieilles pensées, ça. Car cette fois, il faut savoir faire confiance pour réussir l’entreprise et sortir vainqueur de cette guerre. Je suis confiante que l’on va réussir, ce n’est qu’une question de temps. Et moi de mon côté je m’entraine plus que jamais. Je veux être à la hauteur de mon village et le représenter comme il se doit. Je m’améliore de jour en jour, mais j’ai encore beaucoup à apprendre… beaucoup trop même. Je me demande si j’aurai assez d’une vie pour tout savoir. On apprend chaque jour, là est l’important, je crois. Le reste n’est qu’optionnel, tant qu’on sent qu’on donne le maximum de soi-même et qu’on est satisfait. L’accomplissement de soi n’est pas donné à tout le monde. Pour ça, il faut connaître ses limites, ses capacités et savoir arrêter lorsque c’est le moment et se dire que l’on a fait de son mieux et que demain, on ira plus loin encore. C’est ainsi qu’on avance. C’est tout de même étrange comme les choses changent, tu ne trouves pas, grand-père ? Il y a peu de temps encore, je ne t’aurais jamais dit ça… Mais je crois que cette discussion sera pour un autre jour, car mes collègues risquent de m’attendent si je m’attarde trop.

Sur mes pensées, je me relève et après avoir jeté un dernier regard à la tombe, je m’éloigne tranquillement, mains dans les poches et mon sac de voyage sur le dos. La journée s’annonce longue, mais après une bonne nuit de sommeil, je suis en pleine forme et d’attaque pour cette mission. Je crois que mes trois équipiers m’attendront sûrement devant les portes du village, mais je ne suis pas en retard, alors je traine un peu. Le temps est frais et le soleil se lève à peine. Oui, je me sens bien aujourd’hui. Je me demande ses mes coéquipiers seront d’aussi bonne humeur que la mienne… Si ce n’est pas le cas, je m’arrangerai pour que ça le devienne. Il n’y a rien de pire dans une mission qu’un ninja de sale humeur, ça contamine les autres et rend le temps désagréable. Les gens sont matinaux aujourd’hui, le village de la feuille s’est éveillé tôt. Je salue quelques personnes avant de finalement arriver aux portes. On m’attend déjà, mais les trois sont dans leurs derniers préparatifs avant de partir. Nous avons une carte pour nos points de repère. La frontière est grande, nous n’en ferons qu’une partie. Nous ne sommes que quatre après tout, mais nous ne sommes là que pour le repérage. Un tour de patrouille et on revient après. Rien d’extrêmement compliqué au fond. C’est cependant la première fois que j’entreprends une telle mission. Mais je ne suis pas trop inquiète, je suis en bonne compagnie ! Tout devrait bien se passer. Le capitaine de l’équipe, Akatsume-san, nous donne un briefing rapide avant de partir pour de bon, nous disant que nous allions traverser la forêt en direction de l’est pour se diriger vers le pays du son et remonter la frontière vers Kirigakure jusqu’à ce que nous atteignions la mer. Et à ce moment-là, nous reviendrions vers Konoha. Nous devrions y mettre la journée entière, facilement.

Sans perdre de temps, nous sommes partis d’un bon pas vers notre destination. Bondissant à travers les arbres à une distance d’à peu près trois mètres chacun, je me tenais le plus à l’arrière, fermant la marche à mes équipiers. Nous étions tous trop occupés à observer autour de nous pour parler, la mission de patrouille commençait dès l’instant où nous quittions l’enceinte du village de Konoha, car nous ne savions pas à quel moment nous pourrions tomber sur un individu inopportun. Néanmoins, l’ambiance n’était pas tendue. Ce qui rendait la marche agréable et légère. Je les observe de plus loin, eux qui ont l’air si sérieux. Est-ce ça être Jonin ? Savoir ce qu’on a à faire, toujours, comme si on avait l’expérience d’une vie. Ils sont tous plus vieux que moi de minimum dix ans et pour certains plus encore. Je n’ai pas vécu la moitié de leur expérience. Ça me terrifie un peu au fond. Voilà pratiquement un an déjà, que je suis chuunin, mais je n’ai pas l’impression d’avoir énormément progressé. Oui, je suis plus forte, afin, un peu plus qu’avant, mais il manque quelque chose. Les entrainements ne sont pas suffisant, ce n’est pas ce qui nous donne l’expérience du terrain. Il faut sortir pour ça. Eux, combien de missions ont-ils faits de plus que moi ? Je les regarde et j’ai l’impression qu’ils savent tout, alors que moi je ne sais pas grand-chose. C’est un peu choquant en même temps, car je fais beaucoup d’efforts et, au final, j’ai la sensation de ne pas avancer suffisamment. C’est peut-être mon imagination aussi. Ah, je m’en fais trop pour rien, sûrement ! Le temps viendra où je serai à leur place et que les jeunes derrière moi se poseront les mêmes questions… Tout du moins, c’est ce que j’espère !

Ainsi, la journée passe sans que rien de particulièrement trépidant n’arrive. En fin d’après-midi, nous atteignions la frontière près du pays du son. Le soleil commence déjà à disparaître derrière la cime des arbres, nous finirons la fin de la mission dans la noirceur je crois. Il faudra doubler de vigilance. Nous nous arrêtons pour manger et prendre une pause, pendant que l’un d’entre nous monte la garde. Ce sera ainsi à tour de rôle pendant une heure et nous repartirons pour le reste de la nuit. Le temps se rafraichit un peu, ça fait du bien de ne plus avoir de soleil tapant, mais je crains qu’il ne fasse froid une fois la lune levée. Dans le pire des cas, je me suis prévue une veste chaude dans mon sac, ça fera sûrement l’affaire. Assise adossée à un arbre, je grignote du bout des lèvres en écoutant les autres parler. Chacun parle de quelques histoires passées, des expériences, des missions ratées pour telle ou telle raison, des réussites, des échecs, ils ont tous quelque chose de drôle à raconter. Les tours de garde passent et les histoires aussi, l’heure s’écroule trop rapidement. On ramasse nos choses et on repart sans rien ne laisser paraître. Cependant, je réalise au bout de quelques minutes que j’ai oublié mon sac là-bas. Roh, quelle idiote ! Je m’arrête brusquement en interpellant les autres.

_ « J’ai oublié mon sac au campement » leur déclaré-je en me tortillant un peu. « M’attendez pas, je vous rattraperai… » _

_« Ne met pas trop de temps » m’interrompit Akatsume, mon chef d’équipe. « Sinon on revient te chercher. »_

J’acquiesce d’un signe de tête et je repars rapidement en rebroussant chemin, pendant qu’eux continuent leur route vers le sud d’un pas un peu plus lent pour s’assurer que je pourrai les rattraper facilement. Ce n’est pas possible, quand même, que j’ai oublié mon équipement là-bas. Quelle idiote. En quelques minutes à peine, je rejoins l’emplacement du campement. Mon sac n’a pas bougé, fort heureusement. J’atterris à côté et par précaution, je le fouille pour m’assurer que tout y est. Mes armes, mes vêtements, ma nourriture, mon kit de ninja médical, ma bouteille d’eau… non, tout y est et rien de suspect à l’intérieur ou dans les poches. Pfiuu, j’ai eu chaud, ça aurait pu… Un bruissement attire mon attention derrière moi. Hmm, sûrement, Sora, mon équipier qui a dû revenir sur ses pas pour s’assurer que j’allais bien.

_« Ça va, Sora-san, j’arrive… » dis-je en refermant mon sac à dos pour le mettre sur mon épaule. « J’ai eu une de ses peurs. J’ai cru que… »_

En me retournant, je m’aperçois qu’il n’y a personne. Or, ce ne serait pas dans les habitudes de mon équipier de ne pas se montrer. Mon regard scrute les alentours, mais dans la pénombre, je n’y vois pas grand-chose, surtout à l’ombre des arbres. Néanmoins, l’endroit où je suis est un peu mieux éclairer par l’arrivée progressive des étoiles et de la lune. Ça m’énerve quand même de ne pas s’avoir ce qu’il y a près de moi… ce n’était peut-être qu’un animal… Mais pourquoi mon cœur bat si fort, alors ?


©Naruto Sensou
Revenir en haut Aller en bas
Amatera Hatoma
Criminel de rang A
Criminel de rang A
avatar

Messages : 741
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 26

Profil Ninja
XP:
1350/1350  (1350/1350)
Rang: A
Ryos: 3235
MessageSujet: Re: [Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma] Lun 7 Jan - 13:47



Tuer pour tuer




La nuit, le plus gros avantage dont un Amatera pouvait bénéficier. C'est d'ailleurs cet avantage qui m'était offert en cette nuit, alors que je me promenais dans les environs de konoha, la raison ? C'était l'un des seuls villages n'en ayant pas encore après ma personne et pour la suite de mes projets j'avais besoin de cette haine que devait me vouer tous les villages. C'est avec cette optique que lentement mais sûrement mes yeux scrutaient les environs à la recherche d'une proie à tuer. Toujours habiller de ma longue cape noir me recouvrant totalement jusqu'à la tête et de mes deux bandeaux rayer attacher à chacun de mes bras, bien sûr il était invisible tant que l'envie d'enlever cette cape ne me prenait pas. Voilà les raisons pour lesquelles moi Amatera Hatoma déserteur de Kiri et de Kumo se trouvait ici en ces lieux, seul. Par chance je n'allais apparemment pas rester seul bien longtemps, alors que mes yeux venaient d'apercevoir tout près de moi ce qui ressemblait à un campement ninja, mes jambes m'y conduisaient. Malheureusement personne ne semblait se trouvait ici, alors que je faisais demi-tour j'entendis une personne approchée. C'est alors que l'idée de se cacher me vint à l'esprit, chose que je fis d'ailleurs.



Un peu plus loin du campement désert cacher dans un buisson j'avais une vue total sur tout cet endroit, c'est d'ailleurs là qu'une jeune fille approcha du campement, avec assurance et sans aucune craint apparemment. L'idée de torturer son jeune esprit avant de la tuée suscita une forte envie en moi, c'est à ce moment que je décide de bougeait dans les buissons histoire de lui faire peur. Cela semblait fonctionner, la cible se retourna et son visage montré la peur qu'elle ressentait, son cœur battait plus fort je l'entendais d'ici. Quel amusement de torturer ainsi une si jeune personne, malheureusement ce n'étais pas fini, après une rapide série de mudra je plaça une zone sans son ou aucun son ne pouvait passer la prenant pour centre et ceci sur un diamètre de cinq mètres autour d'elle. Maintenant que le jeune fille se trouvait être totalement sourde ma main vint prendre deux kunais explosif dans ma pochette ninja et les lancèrent juste devant elle, ne pouvant les entendre et encore moins les voir grâce à l'obscurité il devait être difficile de les esquivés.



Après que l'explosion ait retentit j'en avais marre de jouer, il était temps de passer aux choses sérieuses, c'est pour ça que j'annulai la zone sans son dans laquelle elle se trouvait. Puis je sorti de ma cachette, enleva la cape noire qui me recouvrait laissant maintenant apparemment mes deux bandeaux rayer, celui de Kumo sur le bras gauche, celui de Kiri sur le bras droit. Laissant cet aura meurtrier qu'étais le mien se dégager, ne voulant laisser aucune chance à ma victime, je prononça même quelques mots.



- Viens, viens mourir de mes mains, moi Amatera Hatoma je vais te tuer. Dis-je tout en avançant vers la jeune femme qui devait maintenant être à terre.



Après ces quelques mots, j'attendu une réponse de la jeune fille, espérant qu'elle ne soit pas morte, enfin pas tout de suite.



Résumer :





©Naruto Sensou

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma] Mer 9 Jan - 2:12



Naruto Sensou
La folie n'a parfois aucune limite




Ainsi, m’étant retournée vers le bruit, mes yeux scrutent les buissons sans ne rien parvenir à apercevoir. Pourtant, à la lueur de la lune brillant au-dessus de la clairière où je me trouve, mes pupilles parviennent à se faire à la noirceur, tout du moins, à apercevoir ce qui m’entoure de près à plus ou moins deux ou trois mètres de moi. C’est déjà un meilleur départ qu’il y a quelques secondes à peine. Le corps humain a cette étonnante capacité à pouvoir s’adapter en de nombreuses situations, permettant sa versatilité face à son environnement, et, ce, parfois très rapidement. Il me faut donc grandement remercier mes yeux, qui, devant l’urgence des conditions, se sont hâtivement habitués à l’obscurité de la nuit. Cela ne me permet cependant pas de voir au-delà des arbres et des fourrages, mais c’est un début comme un autre. Puis soudainement, sans prévenir, le silence tombe, lourd et dur. Mais pas de ses silences naturelles comme on connait, non. Tous les bruits, celui du vent, des criquets, des animaux nocturnes, tous, tous ont cessé comme par magie, comme si toutes sonorités avaient été éteintes, mises à zéro. Aussitôt cette remarque faite, je suis dès lors portée à être plus vigilante, car cela n’a rien de normal. Bien sûr non, pourquoi soudainement les sons de la nature se sont-ils tous évanouis ? C’est une excellente question. La réponse ne tarde pas à venir, car comme de fait, deux kunais volent dans ma direction. Mon adversaire a dû sous-estimer ma vue, sans doute, car les armes sont plutôt difficiles à manquer, lorsqu’elles arrivent directement devant toi. Alors sur le coup, par réflexe, rien de plus, me croyant les armes destinés, ce qui est sans doute le cas, je saute vers l’arrière pour les éviter et mon instinct s’avère juste, puisqu’au même moment, une détonation violente survient. Des notes explosives, c’est pratiquement ingénieux, mais pas assez bien fait pour qu’elle se fasse prendre de cette manière. Ainsi, elle atterrit à plat ventre dans l’explosion pour se protéger des résidus de terre qui volent en éclat autour. Le bruit revient tout aussi brusquement, l’assaillant presque, après se silence total qui l’avait entouré.

Un nuage de poussière soulevée par les notes explosives met un temps à se dissiper, ainsi puis-je entendre la voix de mon opposant, un homme visiblement, disant vouloir me tuer. Sa folie m’égard un court moment, alors que pendant ses paroles, mes mains s’étaient glissées dans mes sacoches pour en ressortir deux kunais. Il ne m’est nécessaire que de l’apercevoir pour répliquer l’offensive, car un doute me dit qu’il n’est point le genre de personne à vouloir discuter. Pour avoir lancé une attaque de cette manière et d’après sa phrase plutôt haineuse, la déduction est sans doute très bonne. Peut-être que je me trompe… et peut-être pas aussi… La seconde option m’est préférable pour le moment. Aucune envie d’essayer de savoir quelle théorie est la bonne. Cependant, la poussière finit par tranquillement s’évaporer dans l’air et je commence à apercevoir une silhouette. Sans attendre, mes deux kunais filent à raz le sol vers les pieds de mon adversaire. Le nuage résiduel, en plus du fait qu’ils sont bas, les rendent plus difficiles à détecter, avec un peu de chance, mon attaque sera concluante.

_ « T’as pas honte de t’attaquer à une demoiselle par derrière ? Est-ce qu’on aurait peur que je morde ? » _


Bon, mon petit ton arrogant n’est toujours pas réglé pour ce qui est de parler face à un opposant en combat. Puis, bien, il l’a mérité, cette petite phrase venimeuse. Ça lui apprendra à prendre les gens par derrière, ça ne se fait pas. Quand on est un vrai combattant, on affronte ses adversaires de face, mais puisqu’il veut jouer à ça, moi aussi je peux faire pareil. Malgré la peur qui me tenaille l’estomac, une montée d’adrénaline me prend depuis les tripes jusqu’au cœur, me donnant de l’énergie et du courage pour la suite. L’idée de tomber trop facilement n’a jamais été une option et pas même aujourd’hui. Bien que je ne connaisse nullement mon adversaire et sa puissance, et malgré cette aura noire qui se dégage de lui, ma part de chance reste là, bien encrée. Un combat n’est jamais perdu d’avance. Il persiste toujours une lueur à l’horizon qu’il faut simplement savoir prendre. Elle attend, tout simplement, et moi je la contemple, mon regard s’y accroche, c’est ma source de détermination, de puissance, c’est là que ma force de continuer se puise et l’espoir n’est jamais à court de ressource, car derrière la peur, elle subsiste et se renforce, derrière la douleur, elle tend sa main pour nous relever. Quoi qu’il arrive, elle éclaire un chemin et grâce à elle, on ne se retrouve jamais dans l’obscurité. Et si jamais on la perd de vue, il suffit parfois de simplement se retourner pour s’apercevoir qu’elle est toujours là, derrière nous, à nous baigner sa lumière dans un halo blanc. L’espoir me tient debout face aux barrières. Et à cet instant, c’est sur elle que je compte. Avec elle, rien ne m’arrête. Mes pupilles rivées sur l’emplacement de mon antagoniste, je ne peux qu’attendre une réplique de sa part. D’ici là, que l’espoir me guide.



©️Naruto Sensou



Revenir en haut Aller en bas
Amatera Hatoma
Criminel de rang A
Criminel de rang A
avatar

Messages : 741
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 26

Profil Ninja
XP:
1350/1350  (1350/1350)
Rang: A
Ryos: 3235
MessageSujet: Re: [Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma] Dim 13 Jan - 16:57



Implore-moi





J'étais sur le point de tuer encore une fois, quelle joie de pouvoir ôter la vie à une personne, la regardan dans les yeux et voir peu à peu la vie la quitter. Il y avait une chose qui était tout aussi bien que ça, voir l'espoir disparaître, le voir s'estomper peu à peu dans les yeux de sa victime. Aujourd'hui encore c'est ce que j'allais faire, ôter l'espoir et ôter une vie. Alors que j'attaquais avec silence et rapidité je fus surpris de la façon dont cette cible évita avec aisance mon attaque, elle devait tout simplement ignorer qui j'étais. Moi Amatera Hatoma, nunkenin de Kiri et de Kumo, classer rang A, utilisateur d'un des pouvoirs les plus puissants, le son. Voilà qui j'étais.



Alors que lentement la fumée se relever peu à peu, des kunais arrivèrent, mais pas sur ma personne. En effet profitant de l'écran de fumée j'invoquai mon chat Tenshi, le plus puissant, histoire d'en finir bien vite. Avec son ouïe et son agilité accrue il put esquiver sans peine les kunais les ayant entendus fuser, la vitesse à laquelle il exécuta ses attaques étaient impressionnante. En effet à peine il avait entendu les fameuses armes que d'un bond sur le coter il les esquiva et avant même qu'ils ne touchent le sol le félin eu le temps d'apercevoir sa cible, à une vitesse folle il culbuta vers elle criant les mots : Amatera Gōriki Senpū. Cette jeune fillette qui prononça des mots des plus risibles ne devait pas être de rang bien haut dans ce monde shinobi, esquiver une telle attaque serais sûrement très difficile pour elle.



La fumée s'étant maintenant envolé Hatoma pouvait clairement voir son adversaire, il se trouvait à dix mètres d'elle, à cinq mètres de l'endroit où les kunais étaient tombés. Les mains jointes il attendait, regardant vers sa victime il cita même quelques mots :



" - Écoute gamine, tes propos ne me touchent pas, femme, enfant, grand-père je n'hésiterais pas à les égorger un à un de ma propre main. Maintenant retient ce nom AMATERA Hatoma, le nom de celui qui va te tuer. Dis-je avec un air des plus froid. "


Résumer :
Spoiler:
 





©️Naruto Sensou


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma] Mer 13 Fév - 20:23



Naruto Sensou
Fuir pour sa vie




Tout arrive trop rapidement, pas le temps de réfléchir, ni de penser, tout juste assez pour éviter les kunais et une explosion qui me frôle de peu. Quelle galère, cet homme est fou, définitivement. Il n’y a rien à faire, rien à dire, il ne s’arrêtera pas, j’en suis persuadée. Que faire, oui c’est là une excellente question. Une crainte me prend, une peur. Rester ici est insupportable. Il me faut partir, oui voilà. C’est ça, je dois déguerpir au plus vite. Mais comment ? Excellente question. Une masse bouge devant mes yeux se dirigeant trop rapidement vers moi. Pas le temps de faire grand-chose, seulement de malaxer mon chakra à l’intérieur de ma bouche. Je réalise bien rapidement que ce qui se dirige vers moi n’est pas mon adversaire, mais un gros félin bondissant pour me frapper de plein fouet. Je reçois l’impact au moment où je recrache ce gros nuage de poison de ma bouche, mais je revole plusieurs mètres plus loin à travers la broussaille avec une douleur abominable dans le corps. Le coup m’a fait souffrir. Néanmoins, pas de temps à perdre, je ne veux pas lui laisser le loisir d’agir plus. Difficilement, mes mains se glissent dans mes poches et en sortent trois bombes fumigènes dans chaque. Je les lance un peu partout autour de moi et m’enveloppe aussitôt de fumé épaisse qui me cache de mon adversaire.


_ « Je n’ai pas l’intention de sacrifier ma vie pour un combat… À une autre fois peut-être, Amatera Hatoma…» _


Sans rien ajouter de plus, après que ma voix est résonnée à travers la forêt, je disparais dans la fumée. Mon équipe doit déjà m’attendre et je suis blessée. Quelle galère, je hais cette situation, ça n’aurait pas pu plus mal tomber que maintenant, au beau milieu d’une mission de repérage. On a déjà assez à faire avec les Edo Tensei, maintenant, les déserteurs s’en mêlent eux aussi. Il me faudra avertir mes équipiers et rapporter à Konoha ce qui s’est passé. Voltigeant à vive allure à travers les arbres, je mets le plus de distance possible entre moi et mon opposant pour ne pas qu’il me rattrape. Je parcours au-delà du huit ans mètres, avant que finalement, la douleur m’arrête et m’empêche de continuer. Mais déjà, j’aperçois plus loin mes équipiers qui viennent tout juste de me remarquer. Tient, au moins, je les aurai rattrapés assez rapidement… Peut-être revenaient-ils même sur leurs pas à cause du temps que je mettais. Mon regard s’embrouille… je hais ça. Bon sang, je vais devoir passer un séjour à l’hôpital… Encore. M’adossant contre le tronc de l’arbre, j’attends leur arrivé, mais n’entend pas ce qu’il me dise, ça bourdonne trop fort dans ma tête. Tant pis, je n’en peux plus. Mes yeux se ferment… J’ai besoin de repos avant tout. Mes équipiers veillent sur moi à présent…



©Naruto Sensou


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma]

Revenir en haut Aller en bas

[Flashback - Mission rang B] Patrouille aux frontière [PV Hatoma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo] » [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo] » [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait... » Un vol au colisée [Mission rang C] » Une bande se forme [Suite, mission rang A max] [Genki, Dan, Aiko and Lucifer]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays du feu+ :: Les environs :: Coeur de la forêt -