AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

Spécialisation Oinin : Apprendre à tuer [Solo training]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité


MessageSujet: Spécialisation Oinin : Apprendre à tuer [Solo training] Dim 3 Mar - 18:04



Théorie


Cette rencontre avec son Kage marquait un nouveau tournant pour la belle. Enfin, elle obtenait une reconnaissance qu’elle recherchait depuis longtemps. En ce jour, Sachiyo représentait l’élite de Suna. Plus de responsabilité l’incombait, mais ça lui faisait plaisir. Son nom commençait à être connu. Déjà, la division de scellement lui apportait une renommée, Oinin, chasseur de déserteur, ça complétait bien ses compétences actuelles. Seulement, recevoir un titre n’était pas suffisant. La kunoichi avait le projet de s’entrainer au cours des prochaines semaines, heureusement elle avait commencé un peu de théorie. Elle devait peaufiner son style de combat, puis elle avait des idées de techniques à développer. L’ex-junin devait en faire le plus possible avant d’être assignée à une traque. Oui, elle avait bien vu ses lacunes lors de cette mission d’infiltration dans un petit village aux abords de la frontière. Sans savoir encore comment, elle avait été découverte avec une facilité déconcertante. Probablement un senseur, la jeune femme devait donc songer à un moyen d’être totalement invisible, pas seulement de corps, mais aussi de chakra. Plus facile à dire qu’à faire, mais elle était persuadée qu’elle trouverait le moyen éventuellement. Pour l’heure, sa préoccupation se résumait plus à parfaire la théorie fraichement acquise, mais aussi à pouvoir se montrer plus discrète. De ce fait, elle commença donc par replonger dans ses livres, dans les parchemins qui détaillaient le corps humain. Naturellement, la beauté s’attardait aux points sensibles, qui pouvaient mettre rapidement hors d’état de nuire un shinobi sans qu’il ne puisse rien y faire. C’était très intéressant tout cela, comment le corps était la meilleure arme du ninja, mais qui pouvait, en un instant, tout lâcher, impuissant face à la zone touchée.

Après encore une journée passée le nez dans les pages, la kunoichi décida qu’il était temps d’aller rencontrer de réels experts pour passer à la pratique. Préparée, elle se dirigea dès le matin vers le centre de soin de son village. Elle espérait vraiment qu’ils ne seraient pas tous très occupés et que l’un d’eux pourrait prendre en charge la partie pratique de son apprentissage. Après tout, elle servirait grandement la nation en pouvant chasser les déserteurs avec succès. Donc l’aider maintenant les aiderait tous. De toute façon, cette diablesse obtenait toujours ce qu’elle désirait. Personne n’arrivait à lui résister pleinement. Elle jouerait alors beaucoup avec cela pour être satisfaite. Bref, Sachiyo arriva donc enfin au centre médical. Elle entra, abordant directement la jeune femme qui se trouvait à l’accueil. Allant droit au but, la belle ne perdit pas de temps inutile en bavardage. Elle souhaitait avoir un médecin de qualité qui pourrait lui faire pratiquer sur des mannequins et sur de vrais ninjas le fait de pouvoir mettre en état de léthargie, de rendre inconscient en un seul mouvement. Heureusement pour elle, malgré la présente guerre, Suna était plutôt tranquille ses derniers temps, quelqu’un pouvait donc la prendre en charge. Souriante, la beauté suivit sa collègue qui la guida vers une salle dans cet endroit aux murs tous blancs. L’autre les annonça, puis elle repartit prendre sa place, laissant la native de Mizu no Kuni avec un homme visiblement plus âgé qu’elle. Dommage qu’il soit ridé, dans son jeune temps, la désormais Oinin s’imaginait aisément qu’il avait dû être séduisant. Tous deux firent alors des présentations plus complètes, puis l’utilisatrice du shakuton expliqua ce qu’elle désirait exactement. Le médic-nin comprit rapidement et la conduit alors dans la salle d’entrainement spécialement conçue pour la pratique de l’iroujutsu ou tout autre domaine connexe.

Plusieurs mannequins ornaient la pièce, et plusieurs autres instruments que Sachiyo n’était pas habituée de voir. Il y avait des tables aussi. Le village n’avait peut-être pas le prestige de Konoha en ce qui concerne le domaine de la médecine ninja, mais il se débrouillait très bien. C’était la constatation qu’elle se faisait à l’instant. L’homme, qui se nommait Chūya, apporta alors une poupée très réaliste sur une des nombreuses tables, puis invita la belle à s’approcher. Il lui refit alors un cours d’anatomie humaine qu’elle écouta malgré tout avec attention, même s’il répétait certains éléments qu’elle savait déjà. Seulement, son expertise était bonne à prendre. Il pointait avec plus de précisions les zones susceptibles de mettre hors combat n’importe qui de normalement constitué. Elle pouvait rapidement constater que ce ninja avait une longue expérience et du vécu. Elle avait donc tout intérêt à bien mémoriser les informations pour être parfaite lorsqu’ils commenceront la pratique. Heureusement pour elle, la plupart des points étaient facilement atteignables avec des armes comme les senbon, et au fil du temps, elle était devenue largement meilleure avec ce type d’armement à distance, y compris les kunai et shurikens. Après la petite portion de théorie, l’homme lui proposa alors de tenter doucement, sur le mannequin, de planter correctement ses armes. D’abord des gestes minutieux et calculés, pour ensuite que cela deviennent des réflexes plus que dangereux. Toujours souriante, bien que celui-ci muta en un légèrement plus sadique, la belle accepta l’offre, sortant ses propres jouets de métal. La suite promettait d’être véritablement plus intéressante!

À suivre



©Naruto Sensou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Spécialisation Oinin : Apprendre à tuer [Solo training] Dim 10 Mar - 18:21



L'immobilité


Ayant en main ses armes, la belle était maintenant prête à passer à la pratique. Comme elle l’avait cru, le plus facile pour bien viser quelqu’un et pour des résultats optimaux était d’employer des senbons. Ce type d’arme deviendrait sous peu ses préférés. Heureusement, la kunoichi maniait tout jouet de métal avec une facilité déconcertante. Ces petites aiguilles ne lui résisteraient pas non plus, puis elle s’était quand même un peu entrainée avec auparavant. Donc la diablesse n’arrivait pas là sans préparation. Prête et enthousiaste, elle débuta alors la première phase de son apprentissage non théorique. Tout d’abord, Sachiyo planta avec précision le senbon dans la fausse peau du mannequin, à l’endroit exact que lui avait montré l’eisei-nin plus tôt, à savoir dans le cou, traversant certains organes, d’autres non, passant entre les vertèbres. En fait, c’était extrêmement délicat le corps humain et sans le connaître dans ses moindres détails, en arriver à un résultat de léthargie était tout simplement impossible. Elle s’en rendait bien compte à ce moment. Sans cette aide précieuse de ce spécialiste, y parvenir par ses propres moyens aurait pris tout simplement trop de temps. Elle écoutait avec attention tous les conseils qu’il lui donnait au cours de ses nombreux essais avant qu’elle gagne enfin en assurance et fasse des mouvements plus naturels, plus rapides. Avant d’en arriver là, plusieurs heures étaient passées. D’un commun accord, ils prirent une pause pour manger un morceau et s’aérer l’esprit, se changer les idées. À trop vouloir en faire bien souvent c’était l’effet inverse qui se produisait de toute façon, et ça, l’ex-junin ne le désirait absolument pas. Régresser maintenant serait inadmissible. Elle devait continuer d’aller vers l’avant.

Donc après la pause bien méritée, tous deux retournèrent à la salle de pratique. Sachiyo continua son manège sur le mannequin, tentant divers endroits tout d’abord avec minutie et perfection. Elle ne souhaitait pas reproduire des mouvements erronés qui la guideraient sur une mauvaise voie. De ce fait, elle avait demandé à son collègue de lui signaler le moindre petit problème dans sa gestuelle, dans sa précision. La belle dut donc reprendre très souvent, mais cela ne la dérangea pas. La routine s’installa alors, puis durant les quelques jours suivants la kunoichi revint s’entrainer, devenant meilleure au fil des journées. Déterminée, elle ne se laissait pas abattre. Lorsque cette femme désirait quelque chose, elle fonçait sans hésitation. C’était là une de ses forces de caractère, dont elle était assez fière. D’ailleurs, les lâches et les gens qui manquaient de motivation avaient le don de l’énerver, attirant pour elle tout le contraire de la sympathie. Durant un des jours, la Sunajin dut se débrouiller toute seule, puisqu’il y eut une urgence à l’hôpital du village, mais ne baissant pas les bras, elle parvint tout de même à faire quelques progrès. Aujourd’hui, elle était prête à passer à une étape supérieure. Pour cela, l’utilisatrice de la chaleur avait encore besoin d’assistance. Le même homme décida de continuer de l’épauler dans ses temps libres. Décidément, il était extrêmement gentil. Étrangement, ça ne dérangeait pas l’Oinin qu’il ne s’intéresse pas à son physique. Il semblait insensible et l’énorme susceptibilité de la jeune adulte à ce sujet n’en prenait pas un coup. Peut-être était-ce dans sa manière d’agir, mais qu’importe. Si jamais elle devrait retravailler avec des ninjas médecins, nul doute qu’elle demanderait ce Chūya. La beauté aux longs cheveux violets s’entendait à merveille avec lui. Ce serait du gâchis que de choisir quelqu’un d’autre.

Bref, suivant les conseils avisés de son instructeur, Sachiyo visant maintenant le mannequin de loin, alors qu’il se trouvait debout contre un trépied, immobile. La prochaine étape serait naturellement une cible mouvante, mais elle n’était pas encore rendue là. Viser avec une précision aussi bonne que précédemment était terriblement plus difficile que prévu. Pour plus de réalisme, ils n’avaient pas dessiné de cibles sur le pantin. Donc la kunoichi devait se fier uniquement à sa mémoire et aux repères qu’elle avait appris durant les derniers jours. Gardant tout de même la hargne qui la caractérisait, la beauté froide continuait de lancer ses senbons, s’améliorant d’heures en heures. Elle visait le cou, les nerfs, les vertèbres, le foie, les reins, bref, tout ce qui pouvait mettre hors d’état de nuire un ninja. Les points vitaux étaient mortels, nul ne pouvait échapper à sa destinée si touché, sans soin médicaux d’urgence. Certes, certains était plus endurant que d’autres. Cela, la chasseuse de déserteur devrait l’évaluer avant même de se retrouver sur la zone de bataille. Les plus résistants seraient neutralisés directement grâce à l’état léthargique. Pour le moment, elle devait plutôt songer à son doigté et à sa précision. Un mannequin immobile restait largement plus facile à avoir qu’un humain en mouvement. Encore une fois, elle dut y passer quelques autres jours, portant son entrainement à un peu plus d’une semaine, sans avoir encore pratiqué sur une cible réelle. De toute façon, elle ne s’attendait pas à devenir excellente du jour au lendemain. Travailler dur portait toujours ses fruits. La première Oinin de Sunagakure avait beau être qualifiée de génie, pouvant maîtriser des jutsus relativement rapidement dans ses domaines préférés, il n’en demeurait pas moins que le corps humain restait plein de mystères. Le connaître à la perfection demandait des années. Pour elle, cet entrainement constituait un cours accéléré, ne portant que sur les points essentiels pour neutraliser quelqu’un sans mal. Nonobstant ce fait, cela prendrait forcément encore d’autres semaines avant d’en arriver à une perfection qu’elle recherchait.

À suivre



©Naruto Sensou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Spécialisation Oinin : Apprendre à tuer [Solo training] Jeu 14 Mar - 22:48



Finalité


Au fil du temps, Sachiyo s’améliorait beaucoup. Sa maîtrise des armes l’aidait grandement en ce sens. Elle avait bien fait de choisir ce domaine et de plus le pousser. Son agilité et surtout sa dextérité était assez développée, mais il lui restait du travail à faire. Bref, la combinaison de toutes ses capacités commençait à devenir dangereuse. Encore quelques années, peut-être plus tôt, elle deviendrait une redoutable kunoichi. La belle se trouvait chanceuse de pouvoir ainsi augmenter ses connaissances exclusives aux membres des forces spéciales. Avec ce qu’elle possédait déjà… La réflexion lui attira un sourire sadique. Au même instant, un senbon se planta avec une précision à faire peur dans le corps du pantin. L’homme qui l’assistait la félicita, mais lui demanda de recommencer l’exploit quelques fois, à d’autres endroits du corps. La Sunajin débuta par aller retirer ses armes du mannequin, puis elle se donna à fond pour ne pas décevoir. Se concentrant, elle ne laisserait absolument rien la déranger, la faire échouer. De ce fait, ses aiguilles se plantaient toutes au bon endroit. Ravie, la diablesse avait maintenant hâte de passer à la suite. L’Eisei-nin ne tarda heureusement pas à accéder ç cette requête. Il demanda à sa collègue de le suivre. Ils quittèrent la pièce d’entrainement, se dirigeant vraisemblablement dehors de l’édifice. Chūya arrêta néanmoins avant, demandant à un jeune gamin d’à peine seize ans de les accompagner. Ce pauvre servirait de cobaye et le plus âgé des trois serait là pour superviser et soigner l’adolescent. L’Oinin ne dit rien, mais elle était un peu contrariée. Elle exécrait les mômes, surtout ceux qui bavaient devant son physique des plus désirables. Heureuse contradiction lorsqu’on savait que c’était tout le contraire pour les adultes, mais elle était faite ainsi. M’enfin, elle n’avait pas trop le choix de faire avec. Au moins, elle pourrait se défouler dessus.

Une fois à l’extérieur, le trio se mit rapidement en marche vers un terrain adapté. Heureusement, il y avait une petite zone désertique suffisante pas trop loin. Sachiyo demanda donc au gamin dont elle se fichait éperdument du prénom de se mettre en place et de se tenir prêt, ce qu’il fit aussitôt. Le petit cobaye essayait de se déplacer vite, suivant des trajectoires moins prévisibles. Malgré ça, dès les deux premiers senbons lancés, elle toucha sa cible au cou. Il tomba telle une poupée de chiffon, sans rien pouvoir y faire. Son mentor se dépêcha d’aller le rétablir, le soignant, retirant les aiguilles potentiellement mortelles. Heureusement qu’un ninja médecin était là, sinon, cela pouvait prendre des jours à quelqu’un sortant de cet état à pouvoir se mouvoir normalement et retourner à ses habitudes quotidienne. Ils passèrent la prochaine heure ainsi. Néanmoins, l’ex-junin n’était pas du tout satisfaite. Tester ses réflexes sur un gamin inexpérimenté ne ferait pas d’elle une professionnelle. Elle décida d’exprimer son point de vue au ninja médecin en chef alors qu’il sortait une fois de plus le jeune de son état léthargique. Il lui fallait clairement quelqu’un de plus habile et de plus résistant. La native de Mizu no Kuni fut de suite appuyée dans sa proposition. Donc, ils décidèrent de s’arrêter là et de chercher quelqu’un d’autre pour le lendemain. L’adolescent retourna donc à l’hôpital, désireux d’être rassuré qu’il n’avait rien de grave, tandis que les deux adultes marchèrent ensemble dans les endroits que fréquentaient les ninjas supérieurs du village. Après de longues minutes de recherche, Chūya parvint à trouver un courageux qui voulait bien prêter son corps à la science, ou presque. La beauté le remercia alors chaleureusement, ainsi que celui qui prenait de son précieux temps pour l’entrainer sans rien demander en retour.

Sincèrement, cet homme était exceptionnel. Voir des gens aussi gentils remettait un peu en question ses viles intentions, sa rancœur envers ce monde. Son envie de vengeance s’estompait, la belle ne souhaitait à l’instant qu’être à la hauteur, de réussir, que son entrainement porte fruit. Seulement, pour ce jour, c’était suffisant. Sachiyo retourna donc chez elle pour la soirée, se reposant par la même occasion. Un bon bain chaud, des petits biscuits réconfortants devant une lecture légère, de quoi de très superficielle qui ne servait qu’à s’occuper l’esprit un peu avant le dernier effort qu’elle devrait fournir. Le lendemain, donc, c’est totalement sereine et reposée que la kunoichi se présenta au lieu de rendez-vous fixé la veille. Les deux autres arrivèrent également à l’heure. Sans perdre de temps, le groupe se dirigea vers le terrain précédemment utilisé, le jour avant. De suite, l’expert du taijutsu se mit en position. La détentrice du puissant kekkei Genkai savait que ce serait plus difficile et eut raison. Durant tout l’exercice, de face, elle ne le toucha que deux fois. Néanmoins, en mode chasse, les résultats étaient franchement plus encourageants. Lorsque son adversaire ne la voyait pas, ne l’entendait pas, que ses armes filaient sournoisement, son taux de réussite frôlait des records. Donc après quelques heures supplémentaires, il fut décidé d’arrêter. La diablesse aux allures d’ange était satisfaite. Elle pouvait passer à autre chose. Les remerciant une nouvelle fois, elle se dirigea ensuite vers son appartement. Et une autre capacité en poche. Désormais, la Sunajin s’approchait réellement de son statut d’Oinin.



©Naruto Sensou


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Spécialisation Oinin : Apprendre à tuer [Solo training]

Revenir en haut Aller en bas

Spécialisation Oinin : Apprendre à tuer [Solo training]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La famille c'est sacré... enfin il parait [Solo/Ouvert] » Kura, un être né pour tuer... [Validé] » apprendre les noeuds de cordes » Créatures rares et nommés - Trouée des Trolls » Tuer Mordirith (trait Bravoure) (Reporter)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays du vent+ :: Sunagakure no sato :: Centre du village / Habitations -