AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Lun 18 Mar - 2:52



Sous le croissant de lune



Alors que le soleil illuminait l'atmosphère de ses derniers rayons. Dans une ambiance frigorifiante bercée par la douce mélodie que composait les cieux. Seuls dans l'immensité du désert, Rogue suivit comme son ombre par Mystogan prirent tous deux la direction du village caché de Suna. Ce village qu'il y a finalement peu de temps lança en corrélation avec celui du son, un assaut des plus audacieux mais qui fut voué à l'échec par la puissance écrasante de Konoha. Aujourd'hui ce petit village semblait avoir littéralement changé de politique sous l'ère du nouveau Kazekage, au point même d'occuper une grande position au saint de l'alliance Shinobi.

L'homme né à Konoha allait visiter un village, un peuple, dont il ignorait de cela 6 ans l'existence même. Qui l'eut crut pourtant! Qu'un aussi petit village pouvait abriter des Shinobis aussi spéciaux que Cheney?! Alors qu'ils marchaient depuis quelques temps déjà, celui qui masquait son visage par un bonnet ainsi qu'une écharpe verte sembla avoir un regard quelque peu perdu, le souffle irrégulier, comme tourmenté par les pages les plus tristes de sa vie. Bien que ne laissant aucune émotion transparaitre, ces choses communes à tout humain lui arrivait fréquemment, condamné à ressasser un passé qu'il ne peut changer.

Alors qu'ils se trouvaient tout deux désormais relativement proche de Suna, une ombre au loin sur l'horizon commençait à se dessiner. Bien qu'il fut impossible d'apercevoir en détails les traits de son visage, une silhouette accompagnée d'une démarche féminine leurs furent tout de même reconnaissable.


Spoiler:
 





©Naruto Sensou


Dernière édition par Mystogan le Dim 21 Avr - 16:01, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyoku Yamaneko
Chuunin d'Iwa
 Chuunin d'Iwa
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 24/11/2012
Age : 21
Localisation : Regarde à côté de toi

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 108
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Lun 18 Mar - 11:09




Errance






Quelle idée farfelue lui avait encore traversé la tête pour qu'elle se retrouve, à cette heure, en train de vagabonder entre dunes et allées de sables qui meublaient l'intégralité du désert. Une immense mer de soleil, dont l'écume ne ressemblait en rien à celle de l'eau, dorée et chaude, mais dont effectivement le mélange avec le vent piquait les yeux. Le ciel resplendissait encore d'un zénith de trois soleils, il se colorait d'un jaune paisible. Le bleu se dérobait doucement, à même vitesse que la kunoichi progressait sur les terres sablonneuses.

Non mais sincèrement, quelle idée de prendre au sérieux tous les dires que lui énonçait Kokoro-sensei alors que cette dernière ne faisait qu'aligner sottise sur sottise durant la journée. Non mais quelle idée ! Kyoku s'avérait-elle aussi naïve que pour croire toutes les divagations de son maitre ? Tout penchait vers un oui net et sans détour, bien que l'illusionniste, intimement, savait que non.

Quelques jours plus tôt, en effet, son maitre était parti dans la folle idée de monter une nouvelle illusion en compagnie de son élève préférée, qui, devait-on forcément le rappeler, s'avérait être en réalité sa seule élève. Personne d'autre que Kyoku Yamaneko, cette fille qui osait se mesurer à un mur de briques de cinq mètres de haut, n'était assez fou que pour suivre l'enseignement de la retraitée dont les déblatérations exaspéraient autant que sa mauvaise utilisation de son art qu'était l'illusion. La coupable prétendait sans arrêt auprès de ses pairs que c'était parce qu'on ne la laissait plus accomplir de mission pour Iwa ou pour l'Alliance qu'elle s'amusait de ce genre de divertissements, et non le contraire. Encore une fois, seules son élève et quelques rares exceptions la croyaient, parce que quand on prend l'habitude de faire tourner tout le monde en bourrique, tout le monde finit par ne plus vous prendre au sérieux. Une leçon que la chuunin souhaita inculquer à son sensei mais que son sensei n'écouta pas, trop occupée à pourrir la vie des plantes qui poussaient chez elle. Etonnamment, les seules qui survivaient, étaient celles en plastique que la kunoichi lui avait offertes l'an dernier.

Pour en revenir au motif principal de son expédition dans le désert avoisinant à Suna, fallait-il savoir que l'apprentie illusionniste n'avait jamais composé de sa vie un seul Genjutsu par elle-même, ayant toujours profité des ressources que détenait son maitre dans les entrailles de sa maison, six pieds sous terre. Comme d'habitude, comme à chaque fois qu'elle se retrouvait dos au mur, Kokoro ne daigna pas, comme à sa fâcheuse manie, de lui offrir les réponses qu'elle désirait et lui posa la colle de sa vie en lui demandant quelle était la manière, d'après elle, de construire un excellent Genjutsu. Réfléchissant encore au pourquoi de cette envie soudaine de lui apprendre à construire par elle-même une de ces techniques, Kyoku ne put que balbutier un non à rallonge, tournant autour de ce mot sans le prononcer réellement, de crainte en apparence d'être frappée par le regard meurtrier de la vieille qui avait étrangement adopté un air des plus sérieux. Après quelques bafouillages inutiles, et quelques douleurs imaginaires à hauteur de la nuque que la chuunin s'était empressée d'essuyer, un lourd silence s'abattit sur le salon où flottait une légère odeur d'infusion. Infusion de plantes dont Kyoku ne connaissait même pas le nom, cela étant dit. D'après Doku, elles servaient cependant à apaiser les mœurs, et l'élève avait pensé sur le coup que cela conviendrait à la retraitée qui n'avait eu cesse de courir partout depuis la matinée.

Elles parurent une éternité, ces secondes de silence durant lesquelles la vieille femme pinça les lèvres et acquiesça inexplicablement du chef. Une éternité de dix-huit secondes à la conclusion de laquelle un sourire malin apparut. Kyoku se demanda alors quel genre de champignon son maitre avait-il pu ingurgiter avant de venir torturer sa porte.

A nouveau, celui-ci lui posa la question. La question à laquelle elle n'avait su poser un non. Elle cherchait vraisemblablement à lui dérober le peu de contenance qui lui restait. Et elle avait réussi. La chuunin tenait difficilement dans sa position seiza, l'extrémité de son index appuyait pour des raisons inconnues sur la table.

"Mais enfin, Kyoku ! Je t'ai appris tant de techniques durant ces dernières années, tu devrais être capable de comprendre comment ça fonctionne à la longue !" eut soudainement lancé la retraitée dont le visage se partageait entre euphorie et exaspération. Un mélange assez douteux et dont les rides n'amélioraient pas l'expression finale. "Tu penses que nous tenons d'où, nous, notre savoir en Genjutsu ? De la pluie ? Du beau temps ? Tu penses peut-être que nous tenons nos acquis des mirages dans le désert, c'est ça, hein !"

A cette réflexion, l'élève demeura stoïque. Observant minutieusement la face de son interlocutrice, elle cherchait inconsciemment un peu de sérieux parmi ses rides moqueuses. De son point de vue, cette réflexion était très loin d'être stupide.

"C'est possible, Kokoro-sensei ?" s'enquit-elle alors, ébahie par tant d'affirmation et si peu de certitude.

"Pourquoi pas ! Ce n'est pas impossible, je n'étais pas là après tout à la création des premiers Genjutsu."

Bien évidemment, le maitre n'en pensait pas un mot et osait croire que son élève le devinerait. Cependant, la kunoichi fit preuve d'une naïveté qui alla jusqu'à désarçonner son professeur, et qui ignorait qu'il en fallait beaucoup pour étonner la vieille femme et sa longue expérience des inattendus ; la jeune fille avait souri comme une enfant à laquelle l'on viendrait d'offrir le plus beau des cadeaux, candide et animée d'un besoin inexplicable de se lever et de bouger pour éliminer toute l'énergie qui brûlait à l'intérieur de son organisme.

Ce fut de là, de ce besoin soudain de connaitre la source même des premiers Genjutsu, que Kyoku était partie sur l'idée de s'aventurer au sein du désert de Suna. De cette évocation un peu farfelue, même un peu trop folle, à laquelle elle ne croyait pas vraiment, mais dont elle avait besoin de mesurer, et ce par elle-même, la pertinence. Parce que la curiosité de la chuunin était grande et qu'il fallait beaucoup pour l'étancher.

Ainsi, quelques jours plus tard, la kunoichi s'était mise en route, avec l'accord du Tsuchikage, vers les vastes déserts du pays du vent. Elle avait garanti à son supérieur d'être de retour moins d'une semaine après son départ, se l'était promise, pensait même qu'elle raccourcirait ce délai, juste pour montrer qu'elle pouvait se montrer responsable. Toutefois, un jour passé au cœur du pays aride avait suffi à lui faire perdre tous ses points de repère, elle qui pourtant n'en était pas à sa première visite de ces contrées.

Kyoku pensait facilement se repérer comme elle avait réussi à le faire par le passé. Un passé proche, en plus de cela. Mais il n'en fut rien. Elle ignorait ce qu'elle avait fait de travers, mais visiblement cela avait suffi à l'égarer au beau milieu de nulle part et à la contraindre à camper, dans le froid des nuits du Vent, sans connaitre sa prochaine destination. Une exploration qui tournait au vinaigre. Ce n'était cependant pas la première fois que son envie incandescente de connaitre l'entrainait dans une pareille situation.

A présent, le deuxième jour de son errance arrivait à son terme, le zénith s'inclinait, sa gourde était à sec. Plus une goutte d'eau, pourtant elle pensait avoir prévu le nécessaire, mais même le poids de son sac ne parvenait plus à la convaincre de cela.

Les rayons forts de l'astre solaire avaient pris forme sous ses yeux, Kyoku gardait la tête haute. Sondant les alentours, ceux-ci exécutaient une danse d'un paroxysme incommensurable sous ses yeux. Les brûlures qui ornaient son dos et une bonne partie de ses bras semblaient renaitre. Non mais quelle idée d'avoir ouvert la porte à son sensei ce jour-là !

Néanmoins, l'atmosphère pesante s'allégeait au fil des minutes. La chaleur devenait fraicheur, le vent s'affirmait et sa fièvre baissait. Ses pieds s'enfonçaient de moins en moins dans la mer de sable et le ciel se décolorait imperceptiblement de son bleu. Ne persistait à présent que cette magnifique teinte orange, ainsi que ses multiples dégradés. Le froid rassurant de la nuit la mordait au plus profond de sa chair et la kunoichi le respirait à pleins poumons, quand au loin, en continuant sa route, elle décela deux traits sombres qui faisaient obstruction aux teintes chaudes de l'horizon. Alors le bleu revit au cœur du désert, un bleu dont seules ses prunelles s'avérèrent le réceptacle. Un bleu limpide sans ombre. Plus l'Iwajin s'avançait vers l'horizon, plus les traits noirs devenaient formes. Plus ses pieds avançaient, plus leur cadence accélérait.

"Hé oh !" lança-t-elle d'une voix assez forte pour être entendue. Ses pieds foulaient le plus agilement possible le sol profond, la fatigue faisant contrepoids et alourdissant ses pas. "Messieurs !"

L'un d'eux parut la voir. Un individu dont le bonnet recouvrait la quasi intégralité du visage et dont le foulard cachait le reste. Seuls ses yeux et une partie de son nez ressortait. Ceux-ci étaient taillés telles deux lames effilées.

En temps normal, Kyoku s'en serait méfiée, s'en serait même effrayée. Seulement son errance de deux jours avait asséché le peu de conscience qui lui restait et elle était plus que décidée à rejoindre un village proche et à regagner la population, quels que soient les moyens qui l'y aideraient.

La chuunin entamait les derniers mètres qui la séparaient des deux hommes, quand tout à coup son pied exécuta un pas de travers, se tordit de côté et ce fut la chute imminente vers le sable. Les grains dorés volèrent, picorèrent sa cornée et la jeune fille s'empressa d'essuyer ses yeux pour les éliminer. Ils persistaient, ils étaient obstinés, mais elle se contraignait à se redresser, agenouillée sur la froideur soudaine du sable, elle ouvrit un œil. Elle paraissait complètement idiote. Le bleu de ses yeux s'était terni.

Néanmoins, loin d'être vaincue par l'humeur mesquine du désert, Kyoku esquissa un sourire. Fin, imperceptible, amusé, sarcastique, et d'une hypocrisie qui pourrait être confondue avec celle de son sensei. Amusée de sa propre bêtise, elle déclara :

"Je n'ai jamais eu de bonne entente avec le désert. La preuve est qu'il s'est amusé à me faire tourner en rond pendant deux jours entiers." Elle secoua la tête de droite à gauche, son sourire s'effaça aussitôt. "Je ne vous fais peut-être pas bonne impression, mais je suis complètement perdue… serait-ce de trop de vous demander ma route ?"

Il n'existait pas mille et une façons de demander son chemin, et bien qu'elle aurait été gênée de sa situation ordinairement, son errance de deux jours, sa gourde vide et ses jambes et bras recouverts de sable la convainquaient de laisser un peu sa fierté de côté et de prôner sa survie avant tout. Bientôt, Kyoku regagna l'équilibre de ses deux jambes, sa cornée gauche demeurait rouge, mais cela… ce n'était pas très important comparé au reste.



©Naruto Sensou



_________________



Il parait que l'union fait la force... Il parait...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 23 Mar - 21:05

GO HOME

Suite à ces multiples révélations en tout genre –bien que surtout historiques-, Rogue décida de rentrer pour Suna, tandis que Mystogan le suivait comme son ombre, comme s’il avait peur de se perdre… Ce qui était plutôt compréhensible au vu de la situation… Le crépuscule revêtait la terre de sa grande cape de nuit, masquant peu à peu son ami lumineux, recouvrant toutes ces mers jaunes d’un noir peu rassurant, surtout pour un étranger du pays.

Après quelques longues minutes de marche intense à travers le sable chaud qui commençait à se rafraîchir rapidement, les deux hommes de Konoha et Suna aperçurent une ombre assez floue au loin, et ils ne tardèrent pas à remarquer qu’il s’agissait d’une femme, grâce à sa démarche assez féminine. Celle-ci tentait désespérément de s’approcher des deux Shinobis, obligeant en quelque sorte à Rogue d’arrêter la marche en direction de son village, l’exaspérant au plus haut point, cependant il n’avait pas réellement le choix non plus : il s’obligeait à aider quiconque avait besoin de son aide, tant que ce n’était pas un Kumojin.


Après quelques instants, la jeune femme qui avançait péniblement dans le sable à la rencontre du héros du Sable s’avéra provenir d’Iwa… ce qui faisait tout de même une trotte jusqu’au pays du Vent ! M’enfin, ce n’est pas pour autant que le Cheney allait cacher son mécontentement, lui qui rêvait de retrouver son bar favori afin de se détendre après cette dure journée haute en rebondissements… Alors qu’elle était à quelques mètres des deux combattants, celle-ci s’écrasa de tout son long dans le sable à présent froid, l’obligeant à rapidement se relever, ou au moins à se rétablir sur ses genoux, souriant de manière sarcastique, avant d’annoncer ce qu’elle faisait là, soit qu’elle s’était perdue comme une idiote dans les vastes étendues que l’Amatera connaissait comme s’il les avait faites. Suite à cela, elle se releva cette fois-ci entièrement, l’œil rouge à cause du sable maudit, rougissant de sa bêtise, tandis que notre maître du Son soupirait et levait les yeux au ciel.

« Ne t’a-t-on jamais dit qu’il était fort dangereux d se promener seul dans ces vastes étendues de sable lorsque non-accompagnée et peu habituée à celle-ci ? Hmpf… » Lui demanda-t-il de manière rhétorique, tandis qu’il l’observait de haut en bas, ne l’ayant jamais croisée auparavant. La jeune Kunoichi semblait, à vue d’œil, un peu plus jeune que les deux camarades qui revenaient d’un entraînement dit « collectif » à Kiri, ce qui se confirmait également par sa maladresse ainsi que son petit visage « enfantin » et innocent, bien moins marqué par la dure réalité de la guerre qui régnait actuellement…

L’adolescente ne ressemblait pas au commun des femmes que le maître du Fuuton connaissait ou avait pu rencontrer ou encore voir… En effet, celle-ci avait les cheveux plutôt courts pour une fille, et elle était assez mince… Et elle n’avait pas la même taille de poitrine que certaines femelles que le mâle dominant de Suna avait pu rencontrer auparavant.



_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Lun 25 Mar - 13:23



Sous le croissant de lune



Mystogan prenait à vive allure le chemin de Suna, suivant tel une ombre son guide, qui lui connaissait les lieux comme sa poche. Son métabolisme contrairement à ce dernier n'était en aucun point taillé pour supporter les températures et l'air sec du pays du vent. En effet, loin des douces températures paradisiaque de Konoha où le mercure dépassait que rarement les trente degrés. D'autant plus pour ajouter à son calvaire, l'homme au bonnet commençait à ressentir les effets de la technique Fuuin du Sunajin des suites du combat de l'oasis. Assez tardivement direz-vous.

Il était environ sept heures du soir, le soleil les quittait et la nuit accompagnée de vent violent se faisait sentir au loin; Tandis le ciel prenait-là une teinte plus sombre et à l'approche de l'astre lunaire des grondements d'animaux se faisaient plus pressant, plus menaçant. L'ombre des nombreuses dunes grandissait en s'allongeant d'une façon si démesurée ajoutait-là une touche sombre à ce sublime décors. Une fois l'ombrelle aperçue au loin dans l'horizon assez proche, il fut facile au deux Ninjas de l'alliance d'observer les traits particuliers de la jeune Kunoichi. Cette femme à la faible corpulence avait tout comme le Konohajin les cheveux courts d'un bleu océan. Ses yeux étaient d'un azur profond, couvert d'une fine pellicule de sable. Dès traits pour le moins gracieux qui malheureusement n'étaient qu'apparence, cette femme qui venait-là de réaliser une série pirouettes dès plus disgracieuses, elle eut rapidement perdu toute estime au yeux du Chuunin. L'homme du groupe trouvait-là le temps longs, chaque mots prononcés par la "perdue" avait le dont de fortement l'agacer et tandis que le vent soufflait de plus en plus fort au fur et à mesure du temps qui filait. Quel gâchis me direz-vous. Le vent propulsait littéralement des nuages de sable en direction du petit groupe, voulant peut être en quelque sorte les chasser de son domaine.

Dès cet instant commença un supplice dont l'esprit humain ne saurait se faire aucune idée. Las de l'attitude des deux chuunins qui commençaient là une conversation tout aussi futile qu'inintéressant compte tenu de l’heure .

"Je n'ai nullement le temps pour des gamineries, avancez donc ! Mon temps ne vous appartient pas!"- Dit-il froidement, dos aux deux Chuunin .

Il venait exposer un de ses seul défaut, l'impatience. Lui qui avait horreur de se trouver dans le siège d'un spectateur, contemplant un temps qui s'écoulant à son gout bien trop lentement. Mystogan souhaitait là imposer son rythme, sa cadence.






©Naruto Sensou/@SH


Dernière édition par Mystogan le Dim 21 Avr - 16:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyoku Yamaneko
Chuunin d'Iwa
 Chuunin d'Iwa
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 24/11/2012
Age : 21
Localisation : Regarde à côté de toi

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 108
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 30 Mar - 14:56




Gratitude






Loin de penser que ces deux hommes surgissant de la bouche du désert l'accueilleraient les bras ouverts, Kyoku ne s'étonna pas de la réaction du premier, et encore moins de celle du second, tous deux revêtus d'une froideur aussi flagrante que celle de la brise qui vint agresser les brûlures marquant son dos. Cette attitude trouvait-elle ses sources dans les nombreux conflits pour lesquels les villages d'Iwa et de Suna s'étaient déchirés autrefois ? Ou bien n'était-ce là que le simple caractère de ces deux individus qui paraissaient l'apprécier d'un œil critique suite à sa misérable chute dans le sable ? Tant d'hypothèses et si peu de certitudes. Sa vie en amoncelait tant au fil des années que l'illusionniste n'y prêtait plus attention, ne cherchant par habitude qu'une petite brèche pour pouvoir poursuivre sa route sans s'en encombrer les pieds… et chuter inévitablement.

Le premier leva les yeux au ciel, visiblement découragé par le manque de perspicacité dont la kunoichi fit preuve en s'aventurant seule dans les interminables formes dorées du désert. Mais s'il savait. Si seulement il avait su tous les motifs qu'il avait menée à agir ainsi, peut-être ne ferait-il donc pas autant preuve de condescendance à son égard et daignerait comprendre sa situation un peu mieux, au lieu de lever les yeux et de la dépasser ainsi en hauteur sans préserver une once de respect à son égard. Néanmoins, ce n'était pas pour autant que la kunoichi ne reconnaissait ses torts, et à la remarque du jeune homme posé sur ses morales, elle répondit d'un sourire, son pouce fermant la paupière de son œil agressé par le sable.

"Peut-être pas de voie directe, mais effectivement mon sensei m'avait mise en garde au sujet des dangers du désert. Je pensais m'en sortir seule, ce n'est après tout pas ma première visite de ces contrées. Mais je me trompais et je me suis égarée."

Des vagues de sable se soulevaient sous l'effet du vent et de petits pigments d'or vinrent s'imprégner de la couleur semi-blanche de sa peau. Un mal pour un bien, suite à une promenade caniculaire au cœur du désert. Un vent pour la rafraichir de sa traversée, mais de minuscules serviteurs inopportuns pour provoquer ses blessures encore toutes exposées à leurs coups de lances. Un mal pour un bien. Kyoku espérait malgré tout rapidement trouver un abri pour se protéger de tous ces maux qui lui engourdissaient autant le corps que le mental.

Alors intervint le second homme. Celui qui paraissait de loin l'avoir aperçue mais entretemps s'en être désintéressé. Dédaignant la précédente requête de la chuunin, il avançait déjà le pas en direction d'un prochain horizon. Un être dépourvu de patience et de principes que voilà, ce genre de personnes qui insupportaient Kyoku et pour lesquelles la jeune femme ne manquait pas de froncer les sourcils et d'effectuer la moue agressive dont se pourvut à l'instant sa face. Ce genre de personne qui méconnaissaient l'humilité et l'empathie et que la kunoichi enterrerait tout simplement au fond d'un trou.

"J'ai connu plus aimable…" soupira Kyoku en affichant inlassablement sa précédente exaspération et tout en ôtant le pouce qui encombrait son œil. Rien à faire, la douleur persistait.

Cet individu qui l'incitait à les suivre était de ces personnes qui redoreraient certainement l'image que la jeune femme se concevait des hommes de son village. Pour la plupart machistes, misogynes et d'une arrogance qui rendrait les plus vénérables shinobis de leurs contrées complètement sourds, ils n'avaient jamais daigné accorder quelque valeur honorable à l'apprentie illusionniste depuis qu'elle portait le bandeau de leur village. Effectivement, Iwa était connu pour sa force de frappe non négligeable et pour sa maitrise du Doton aussi redoutable qu'expérimentée. Deux qualités que Kyoku ne possédait pas, premièrement par ses origines qui voulaient qu'elle ait une affinité Suiton, deuxièmement parce que sa morphologie l'empêchait de battre un rocher d'un seul coup de poing ou d'un rapide coup de pied, sa maitrise du Taijutsu s'arrêtant aux effets de surprise et à quelques esquives qu'elle se permettait grâce à sa souplesse. Autant dire que son père l'avait confié à un village qui, dès le départ, ne lui serait jamais redevable, et ce malgré les efforts de Doku pour qu'elle se fonde au maximum dans la masse. Quoi qu'il en soit, l'avenir avait fait que et l'Iwajin ne pouvait que l'accepter aujourd'hui, suite à tout ce qui la rattachait à ce village. Le quitter, après tout, ne la débarrasserait pas de tous ces imbéciles, et la preuve même de sa théorie marchait fièrement devant elle, le visage dissimulé derrière un foulard dont elle se répugnait de la couleur.

Sans ne prononcer un mot de plus, réalisant de toute façon qu'elle ennuyait plus les deux individus par ses problèmes d'orientation que tout autre chose, la kunoichi suivit les deux protagonistes du désert et bientôt ils purent voir naitre sous leurs yeux les enceintes imposantes qui marquaient l'entrée du village caché du sable. Un paysage qui ne cessait de l'enchanter au fur et à mesure de ses visites, quel qu'en soit le motif, et ravie fut-elle d'enfin pouvoir en contempler toute la grandeur sans avoir à se préoccuper d'une quelque mission. Bien entendu, l'état de son œil gauche la freinait un peu dans son enthousiasme et dégradait à son plus grand malheur les murailles d'une longue ligne de sang, mais ce n'était pas pour autant que son cœur se fermerait à cette opportunité d'enfin profiter des avantages de Suna, une fois qu'elle en connaitrait la forme.

Etant tant et toujours intimidée par l'allure des gardes de quelque village shinobi - même ceux de son propre village -, Kyoku laissa sans honte la charge aux deux individus, qui l'avaient tirée des maléfices du désert, de les présenter aux figurants de l'autorité qui demeuraient à l'entrée. Après tout, ils les connaissaient mieux eux qu'elle, et serait-ce incongru qu'une inconnue aille se porter garant pour deux personnes paraissant connaitre davantage les lieux qu'elle. D'un risible à s'en étouffer, dirait-on, et l'Iwajin, une fois en face de ce genre d'individus, n'était pas en humeur de s'amuser. Ce ne fut qu'une fois la garde passée, que la kunoichi osa enfin respirer.

"Quel soulagement ! J'ai bien cru pendant un moment que les illusions du désert allaient avoir raison de moi…" souffla-t-elle en penchant la tête en direction de ses locuteurs, une moue soulagée soulignant les reliques faciales de son enfance. "Sincèrement je ne peux que vous remercier."

Sur ses mots, la jeune fille signa sa gratitude par une légère inclinaison et ses tresses en ruban coulèrent des deux côtés de son buste, par-dessus ses épaules. Doku lui avait toujours répété de se montrer reconnaissante envers quelque individu lui apportant soutien. Quel que soit son sentiment vis-à-vis d'eux, quels que soient les préjugés. La reconnaissance n'avait pas besoin d'explication, comme d'excuses. Elle s'exprimait et se paraissait des lois naturelles de l'individu normalement constitué psychologiquement.

"Si je peux vous aider en quoi que ce soit, n'hésitez pas !" conclut-elle en se redressant et en recourbant les bras de sorte à les croiser sous sa poitrine. "J'ai encore un peu de travail et je ne compte pas m'échapper d'ici avant… je dirais deux jours, sans certitude."

Kyoku acquiesça de la tête pour asseoir ses certitudes. Geste instinctif qui se poursuivit d'une esquisse plus délicate de la bouche. Un sourire embarrassé, du rose au bord de ses joues.

"Je ne vais pas vous encombrer davantage. Juste… merci de votre aide. La prochaine fois, je ferais davantage attention." prononça la kunoichi en passant une main à hauteur de sa nuque, un autre geste automatique, alors que sa voix se confondait au vent qui balayait le sable des dalles.



©Naruto Sensou



_________________



Il parait que l'union fait la force... Il parait...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Dim 31 Mar - 1:12

REPOS !

Alors que l’homme du désert blâmait la jeune Kunoichi provenant d’Iwa, il remarqua que Mystogan était devenu impatient et qu’il commençait à s’éloigner d’eux, et il décida de le rattraper, tandis que la dernière faisait des excuses à profusions, lui ordonnant de vite se relever avant que le désert ne l’achève.

« Hmpf… N’avance pas trop vite, jeune impétueux… Nous ne sommes pas encore arrivés à Suna, les tempêtes pourraient avoir raison de ton imprudence et de ton impatience démesurée… » Expliqua l’Amatera sèchement au Konohajin, qui était en tête, mais qui ne le resta pas longtemps : il ouvrait la marche tandis que l’adolescente la fermait, formant une file indienne jusqu’à arriver au village du mâle dominant.

Une fois arrivés aux portes du village, le Cheney lança un regard noir aux gardes, comme à son habitude, mais ceux-ci le questionnèrent tout de même, sûrement à cause des deux jeunes gens qui l’accompagnaient.

« J’peux savoir qui sont ces deux Shinobis en ta présence présence, jeune Chuunin ? » Lui demanda l’un des gardes tandis que Kyoku stressait et s’arrêtait de parler soudainement, mais aussi que Rogue leva ses yeux rouges haut vers le ciel, ne cachant pas son indignation.

« Depuis quand faut-il rendre des comptes lorsque nous amenons quelqu’un d’autre village, monsieur le garde ? Hmpf… » Lui rétorqua le maître du son, avec son visage toujours aussi neutre et impassible, déstabilisant le garde plein d’assurance qui se recula de deux pas, toisant du regard le trio du sable, de la terre et de la feuille.

« C’est bon, vous pouvez passer… Mais pas de conneries, sinon tu prendras aussi pour eux, compris ? » L’interrogea le garde, le regard sombre, comme s’il voulait se montrer persuasif ou intimidant, ce qui n’affecta nullement l’Amatera qui gardait toujours son visage impassible et sans émotions, ce qui déboussola complètement le pion de Suna.

« Hmpf… Il pense vraiment que j’ai peur de lui… Hmpf… Bougonna-t-il de manière juste assez audible pour le Konohajin, mais pas assez fort pour que le véritable destinataire de telles paroles ne l’entende. Compris… Auriez-vous l’amabilité de nous laisser l’accès au village, s’il vous plait ? » Quémanda le ténébreux du clan déchu, avec une gentillesse qui se voulait surtout ironique et forcée, affichant toujours son fameux visage froid et dénué de sentiments. Suite à cette requête, le garde les autorisa à passer, pestant après le maudit et l’insultant de tous les noms. Ce dernier n’y fit pas attention, beaucoup plus occupé par le fait de vouloir rentrer chez lui. Une fois cette étape passée, la jeune Kunoichi semblait vouloir s'en aller, afin de continuer la route seule. Mais après s'être pris la tête avec les gardes, il était hors de question -pour Rogue- que celle-ci ne continue seule... Surtout que Suna était très grand comme village et un vrai labyrinthe lorsqu'on ne connaissait pas ! De ce fait, il obligea la jeune Iwajin à les suivre comme elle le faisait avant.

Après quelques minutes de marche en plus, –une dizaine pour être précis- le petit groupe arriva devant une grande et magnifique demeure faite du sable symbolique de ce village et entrèrent à l’intérieur, découvrant avec stupeur –surtout le pseudo-propriétaire- que celle-ci était vide. Néanmoins, le Chuunin du Sable découvrit un petit mot sur la table, qu’il lit dans sa tête, assez rapidement.

« Mon petit Rogue,
Nous sommes partis en voyage dit « amoureux », je te laisse alors la maison. Tu peux y faire ce que tu veux, tant que tu ranges correctement, que tu fais le ménage et que tu ne casses rien.

A la prochaine,
Ta maman. »

Après sa lecture, Rogue sortit trois verres qu’il remplit d’eau, avant d’ordonner aux deux squatteurs de s’installer dans les fauteuils, alors qu’il leur donnait de l’eau. Il s’installa à son tour, de manière à avoir les deux comparses dans le champ de vision, mais surtout le cagoulé aux cheveux bleus. Il le trouvait assez bizarre, et ce n’était pas sans l’intéresser ou même le désintéresser. Non non, il voulait vraiment savoir pourquoi il n’ôtait jamais son écharpe et sa cagoule. Avait-il les traits d’un grand cambrioleur qui avait décidé de se remettre dans le droit chemin ? Ça, il ne le saurait qu’en lui posant les questions qui le turlupinaient l’esprit, mais cela n’allait pas être maintenant. En effet, quelqu’un venait de frapper à la porte de la maison des Cheney, arrachant un soupire à son propriétaire actuel, lui qui venait tout juste de s’installer après de longues et pénibles heures de marche dans ce désert aride.

_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Dim 31 Mar - 17:32



Sous le croissant de lune



Rogue Mystogan ainsi que la Kunoichi originaire des roches, qui par ailleurs pour l'instant n'avait toujours pas pris peine de se présenter, prenaient chemin pour le village du vent. L'homme originaire du village caché derrière la feuille dût à la suites de nombres évènements récents faire escale à Suna, le temps d'une nuit. L'occasion pour lui de découvrir tout un style de vie, un peuple, bref tout un village, encastré dans le plus grand désert du monde Shinobi. Arrivé aux portes de ce qui semblait être Suna, l'homme cagoulé fut en premier lieu surpris de voir de simples murs de sable simplement tenir le lieu à l'écart du monde extérieur. Le petit groupe "sable-roche-feuille" obtint une dérogation par l'intermédiaire de leur guide qui n'était autre que le Cheney. Ce Shinobi qui depuis l'arrivé hasardeuse du Ninja féminin, semblait avoir une montée d'hormones. Peut-être cherchait-il à l'impressionner? attirer son attention? la séduire ? Qui sait.

A la suite d'une petite marche le trio put enfin arriver au logis du Chuunin, une grande demeure semblable à un château de sable. Le silence dominait dans l'habitat , pas une âme qui vive, pas un bruit. Mystogan sans plus attendre se posa sur un fauteuil à la gauche de la Kunoichi , pied sur la table basse, avant que "l'expert Fuuin" ne vienne se joindre à eux. Un nouveau silence pesant s'installa, les deux hommes se dévisageaient, sans vraiment savoir le pourquoi du comment, l'énergumène du sable avait jeté son dévolue sur celui dont les traits n'étaient en aucune situation apparent. Le soleil n'était désormais plus perceptible, les lampadaires du village du sable illuminaient d'un jaune sans égal, les nombreuses vitres que comptait l'habitat. Alors que d'autres buvaient sans aucune modération, le Chuunin cagoulé quant à lui ne bougeait pas d'un pouce, bras croisés voyant d'un regard cynique la bonté de Rogue comme un vulgaire stratagème ayant pour but de le forcer à dévoiler son visage.


-Toi le Sunajin ta salle de bain, elle est où ?- Fit l'homme de la feuille

Que faire de sa réponse! L'homme originaire de la feuille ne resta pas plus longtemps et se dirigea vers la salle de bain qu'il trouva après quelques minutes passées à ouvrir toutes les portes du logis.

Seul dans cette salle où il prit préalablement le soin d'en verrouiller l'accès derrière lui. Retirant d'un geste plus que rapide son bonnet ainsi que son écharpe. Contrairement à ce que certains pouvaient penser, l'accoutrement de l'ancien de la racine pouvait s'avérer encombrant surtout sous la pesante chaleur du désert. Retirant avec soin les bandages qui autrefois d'un blanc immaculé, avaient pris là une teinte rougeâtre. Seul devant l'évier, le porteur de la volonté de Danzo contemplait avec une certaine mélancolie les traits d'un visage chargé d'histoire, d'évènements. A peine eut-il passé de l'eau sur les quelques goûtes de sang qu'il restait sur sa peau, qu'une nouvelle voix se fit entendre. Rapidement sans même prendre le temps de seulement enfiler un haut, enroulant son visage d'une simple serviette, ne laissant transparaitre que ses yeux. L'homme se dirigea vers le salon où une nouvelle personne avait fait son apparition.







©Naruto Sensou/@SH


Dernière édition par Mystogan le Dim 21 Avr - 16:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyoku Yamaneko
Chuunin d'Iwa
 Chuunin d'Iwa
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 24/11/2012
Age : 21
Localisation : Regarde à côté de toi

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 108
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Lun 1 Avr - 15:02




Impression de
déjà vu...






Ce fut probablement en souvenir de son incroyable aventure dans le désert que l'apparent Sunajin l'incita à les suivre, lui et l'individu au visage couvert, au cœur de la cité du sable. Effectivement, la kunoichi n'avait pas fait bonne impression en débarquant dépourvue de tous ses repaires auprès de ses compères shinobis, et sa petite chute improvisée ne soigna pas davantage l'image d'Iwa aux yeux de ceux-ci. Elle faisait décidément une bien misérable ambassadrice pour son peuple, étant à la fois reflet de la maladresse et de la bêtise en toute circonstance, une image en somme peu valorisante pour son village et qui n'encourageait non plus l'inconnu des sables à la laisser se balader seule dans un labyrinthe de rues et ruelles au sein desquelles, à toute évidence, elle serait capable de se perdre. Une option à ne surtout pas négliger, devait-il en son inconscient se répéter.

Ainsi, Kyoku suivit les deux individus au cœur de la cité. Bien que ceci ne s'avéra être sa première visite en ces lieux, la kunoichi osa encore s'étonner de l'architecture des maisons, si différente de celle qu'ils exploitaient à Iwa et ailleurs, des monticules de pierres brunes qui s'amassaient dans un coin et de la longueur des rangées de maisons qui se présentaient en face-à-face. De petites forteresses semblant de bois et d'argile construites, montées pour la plupart sur de petits monts de sable et de roches en bronze, accessibles si ce ne fut par les différents sentiers par des montées de quatre ou cinq marches en vieux bois. Au-dessus de leurs têtes, de lourdes infrastructures où circulaient les Sunajins pressés de gagner l'autre côté du village, à toute évidence, les rues bondées et essentiellement occupées par les marchands ambulants et les jeux d'enfants parfois trop encombrants. Deux mondes séparés que de quelques mètres d'air doré, quelques mètres cubes d'oxygène et d'ombre, effleurés par la lumière encore blanche du soleil de fin de journée. Un univers tout en hauteur et en étendue qu'elle redécouvrait de ses yeux curieux, ceux-ci ayant pour horizon l'imposant manoir du Kazekage.

Néanmoins, plus ils progressaient en direction des quartiers résidentiels, plus l'horizon se faisait trouble et plus le soleil se faisait absent. Alors au dépit de son inaltérable curiosité, l'illusionniste dut se résoudre à porter son attention sur un tout autre objectif, la demeure vers laquelle leurs pas s'emboitaient, inexorablement. Elle découvrit ainsi, à son approche, que les murs n'étaient pas construits d'argile au sein de ce village, mais véritablement de sable. D'un sable consistant et aussi solide que la roche contre laquelle elle combattait à Iwa. Une matière très intrigante à la lumière de ses yeux et que ses doigts se seraient empressés de palper, si seulement l'empressement de certains ne l'en avaient pas retenue; Suna formait en son tout un tel mystère pour elle que la chuunin en devenait elle-même une curiosité pour ceux qui la surprenaient en train d'examiner les simples parois de l'apparente demeure du Sunajin. Ce fut d'ailleurs cet embarras face aux regards inquisiteurs qui l'incita à délaisser sa curiosité au pied de la porte et à suivre l'hôte et le cagoulé à l'intérieur.

Le vide d'atmosphère, de chaleur de l'endroit, lui rappela un bref instant ses pénibles retours de mission, quand sans qu'elle ne le sache son tuteur avait quitté la maison, abandonnant les rideaux aux griffes du chat et le chat aux griffes de la kunoichi qui, inexorablement, s'en emparait pour le gronder de méfaits qu'il n'avait pas eu le temps de commettre. De la prévention, ils appelaient cela, et Kyoku était une forte adepte de la prévention quand il s'agissait des rideaux qu'elle serait contrainte de recoudre si l'animal tentait quoi que ce soit. Ainsi, trois kilos de plomb menaçaient de s'écraser sur le salon, l'obscurité pour maitre de jeu et le silence pour infâme complice. Une ambiance fort peu réconfortante pour l'Iwajin qui n'appréciait pas au départ l'attitude froide des deux hommes qui, à côté de l'habitat, semblaient animés d'une joie vivre évidente; un peu ironie ne pouvait faire que du bien de temps en temps...

A cette même constatation, l'hôte des lieux s'orienta aussitôt vers la table où reposait, effectivement, un mot qui lui était vraisemblablement destiné. Il en prit rapidement reconnaissance, pour ensuite s'en désintéresser, le reposer et ne plus s'en soucier. Apparemment, il ne lui apprenait rien d'assez intéressant ou de surprenant pour qu'il s'y attarde, s'agissait-il alors de l'un de ces mots qui n'avaient pour objectif que de prévenir d'une absence courte ou longue en durée, sans demande au préalable de l'avis du destinataire, bien entendu, et dont l'existence n'avait pour fonction que de remplir la corbeille à papiers. Kyoku connaissait plus ou moins bien ce genre de petits mots, elle avait même tendance à en faire des boules de papier pour jouer avec son chat tant ils étaient fréquents. Des petits mots pour rien dire et qui avaient tendance à la mettre sur les nerfs quand elle avait sérieusement besoin de compagnie.

Ceci dit, l'adolescente ne connaissait pas assez son hôte - ni même le contenu de la lettre qui lui était destinée - pour deviner son sentiment actuel. Il ne démontrait curieusement aucun sentiment, si ce n'est un peu de lassitude, depuis leur rencontre dans le désert, et ce manque d'émois faisait germer de nouvelles questions dans l'esprit de la kunoichi, surtout à présent qu'elle le voyait cueillir avec si peu d'intérêt les informations plantées dans le papier blanc. Des banalités, sans doute, mais une petite réaction face à celles-ci n'aurait pas été de trop pour rassurer l'illusionniste du caractère humain - toute évidence inexistant - de cet homme. Celui-ci les invitait d'ailleurs, elle et l'autre individu dépourvu d'âme, à s'installer dans les fauteuils à disposition. Un rapide coup d'œil à la feuille sur la table : rien à en tirer, c'était aussi illisible que l'écriture de Kokoro-sensei !

Sans montrer le moindre signe de contrariété - autant du fait qu'elle n'ait rien pu tirer du mot pour contenter sa curiosité, que de celui que le fauteuil ait émis une sorte de couinement spécifique au cuir lorsqu'elle s'y posa -, Kyoku accepta le verre que le Sunajin lui proposa, tout en détachant le sac de ses épaules pour le poser à ses pieds; sûr qu'elle se sentait moins encombrée à présent. Néanmoins, un tout autre poids l'alourdissait. Non physique, mais plutôt psychologique. Une vague impression de déjà vue lorsque leur hôte s'installa de sorte à ce qu'ils l'aient tous deux dans leur champ de vision. Par réflexe, la chuunin jeta un énième coup d'œil au contenu de son verre.

Eau, eau, fade eau. L'Iwajin alla jusqu'à s'étonner de sa présence dans son récipient avant de se meurtrir du souvenir de ce que celui-ci aurait pu contenir. Ainsi, une perle de douleur convulsait dans le gris de ses prunelles et l'illusion du sang brûlait la surface de ses joues. Souvenir inopportun qui se glissait doucement dans son esprit, et tout cela à cause de sa présence dans ce salon en compagnie des deux autres hommes. Une situation trop concordante avec sa dernière escapade hors du Pays de la terre. Trop semblable, trop réaliste, trop tout simplement. Elle lui remémorait un souvenir qu'elle se voulait enfoui dans les tréfonds de l'oubli, cette sournoise situation engendrée par son escapade dans le désert. Une situation que Kyoku ne voulait dans plus aucun cas revivre.

Tentant tant bien que mal d'émerger de ses sombres pensées, la kunoichi ne sut cependant s'empêcher de se questionner sur le comment elle réussissait toujours à répéter certaines scènes de sa vie. S'égarer hors de ses frontières, s'effrayer, suivre, suivre encore le mouvement, jusqu'à atterrir dans la maison d'un parfait inconnu, celui-ci dedans avec un fou dangereux en prime, un verre entre les mains, et un profond soupir. A croire qu'elle ne savait que répéter les mêmes gestes, les mêmes évènements, que la boucle ne cesserait jamais et que bien malgré ses promesses elle continuerait à s'enfoncer dans la bêtise. Un cercle infernal et des résolutions sans intérêt. A quoi bon. Néanmoins, l'adolescente se rassurait en se disant que, cette fois, la boisson qu'elle ingurgitait n'avait rien de nocif pour sa santé ou encore pour son comportement. Un point positif, mais cela n'enlevait rien au fait qu'elle se retrouvait de nouveau avec deux inconnus, dont l'un visiblement pas fort commode.

Plus féroce encore que Makai quand elle le réveillait de sa sieste de l'après-midi, l'individu habillé comme en pleine tempête de neige questionna sèchement leur hôte sur la position de sa salle de bain. Première déduction: ces deux-là n'étaient possiblement pas des amis. Accordant visiblement peu d'intérêt à la prochaine réponse du Sunajin, ce même individu ôta les pieds de la table basse sitôt sa question posée pour amorcer le pas hors de la pièce. Deuxième déduction : l'étranger ne possédait visiblement aucun respect envers autrui, et encore moins envers les objets, ce qui agaçait, cela dit en passant, plus que passablement l'Iwajin, se surprenant elle-même à grommeler envers l'homme envenimé jusqu'au bonnet. Non décidément, cet homme elle ne le portait pas dans son cœur et c'était plus que certainement un sentiment réciproque. Toutefois, elle, elle avait quelques détails pour lesquels le détester, contrairement à lui et à sa surdité flagrante.

Ce fut en cultivant sa toute récente antipathie envers celui venant de quitter la pièce qu'elle réalisa le regard dosé de son hôte envers celui-ci. A croire que ce dernier l'intriguait tout autant qu'il en était le cas pour elle, sinon beaucoup plus. Le Sunajin paraissait y porter un incommensurable intérêt, plus qu'elle n'en avait jamais mesurer par le passé. En conséquence, Kyoku demeura stoïque à l'instant où elle en fit le constat, absorbée par l'impressionnante profondeur des prunelles qu'intensément elle toisait sans jamais s'en dérober.

Puis la sonnerie de la porte retentit et soudain sa seule préoccupation fut de garder son verre intact entre ses mains. A force de s'absorber, de s'absorber et de s'absorber, il ne restait plus rien de son actuelle conscience et son retour précipité à la réalité ne surgit pas sans quelques frissons. Son cœur non plus n'en fut pas épargné, et il battait et battait pour ne pas être oublié.

Par curiosité, une fois son mal atténué, la kunoichi ne put s'empêcher de suivre discrètement son hôte du regard quand ce dernier se rendit jusqu'à la porte d'entrée. D'ailleurs, à faute d'une vue qui lui permettrait de voir au-delà des obstacles matériels, l'adolescente fut à un moment contrainte d'abandonner son verre sur la table et de suivre son trajet. En retrait par rapport à la porte grande ouverte, et demeurant de côté, Kyoku dévisagea un instant le nouveau venu, avant de porter attention aux grincements du plancher. Peut-être n'aurait-elle pas dû, car pour sa plus grande frayeur et au plus grand malheur de son manque de sang froid, ce fut face à une momie bandée d'une serviette blanche qu'elle se retrouva.

Troisième déduction : l'étranger se voulait à toute heure très, très, très effrayant. Tant qu'une seconde chute l'Iwajin opéra, lorsqu'à sa vue celui-ci apparut.


©Naruto Sensou



_________________



Il parait que l'union fait la force... Il parait...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thrys
Juunin de Suna
 Juunin de Suna
avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 23
Localisation : Sunagakure no Sato

Profil Ninja
XP:
330/1350  (330/1350)
Rang: A
Ryos: 1140
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 6 Avr - 21:40

Sous le croissant de lune




Arrivée chez Rogue.




Marchant dans les rues inanimées de Suna, l’air pensif, Thrys jouissait de cette plénitude. Il n’y avait pour ainsi dire personne autour de lui, mis à part quelques ivrognes qui mettaient de l’ambiance dans certains bars de la ville. Les mains dans les poches, il ne cessait de faire glisser entre ses doigts un petit bout de papier sur lequel était inscrit le nom d’un homme. Rogue... Amatera Cheney Rogue, Chuunin de Sunagakure no Sato.

Le Kazekage, après avoir terminé de recenser les ninjas présents au sein du Sable, organisa ses troupes et créa différentes équipes, afin d’accroître l’efficacité des shinobis et surtout d’augmenter les chances de réussite lors des missions.
Le schéma type est simple : un sensei et au moins un élève sous ses ordres, qui apprendra et s’entraînera. Thrys n’échappa pas à cette organisation, et un ninja lui fût assigné. Et ce ninja n’était autre que Rogue. Mais notre héros aimait déjà son futur rôle… ayant depuis longtemps reçu les préceptes d’un maître, voilà qu’aujourd’hui ce serait lui qui assurera l’avenir de son protégé.

Et, tandis que son esprit gambergeait vers cette future équipe, il arriva près de l’entrée où habitait le fameux Chuunin. Depuis son domicile, il avait marché en suivant l’adresse inscrite sur le papier, et après plusieurs détours, il finit par arriver. Ni une ni deux, il fit deux pas en avant, tendit la main en direction de la porte et tapa deux fois de suite, avant d’attendre, immobile, les bras étendus le long du corps. De l’agitation de l’autre côté… puis quelqu’un s’approcha de la porte, avant d’actionner la poignée. Et enfin, la lumière jaillit de la pièce, éblouissant légèrement le Sunajin, habitué à l’obscurité suite à sa traversée nocturne. Un homme se présenta, et après avoir rapidement observa de bas en haut notre jeune ninja, il lui demanda de bien vouloir décliner son identité, et surtout ce qu’il était venu faire ici. Thrys le décrivit mentalement à son tour… Il était assez grand, d’ailleurs aussi grand que notre Juunin. Des cheveux noirs mi longs ébouriffés recouvraient sa tête, et une partie de sa chevelure masquait le côté droit de son visage. Une tenue vestimentaire pour le moins originale. Une cape était accrochée dans son dos et retenue à son cou par un nœud blanc. Des vêtements plutôt sombres, mais Thrys ne s’était guère attardé sur son accoutrement. Non, ce qu’il remarqua et ne cessait de fixer étaient ses yeux d’un rouge sombre et angoissant. A y regarder de plus près, ils ressemblaient à ceux d’un serpent. Un regard plutôt froid, un regard qui rappela à notre héros son propre regard… comme s’il s’observait dans un miroir.

Le Sunajin regarda alors au-delà de son interlocuteur, observa l’intérieur de l’appartement, et demanda alors d’un ton amical :


« Bonsoir. Suis-je bien chez... il sortit de sa poche le papier sur lequel étaient inscrites les informations divulguées par le Kazekage, et après avoir rapidement lu les premiers mots, il releva la tête, et termina… chez Amatera Cheney Rogue ? »

L’homme qui avait ouvert la porte resta un court instant immobile, le temps pour lui d’assimiler ce que venait de dire le visiteur, et acquiesça d’un simple hochement de tête. Thrys se mit à sourire, et continua :

« Parfait ! Permets-moi de me présenter, je me nomme Thrys Kaosu, Juunin de Suna. Maître Gaara m’a envoyé ici afin de te faire part d’une nouvelle au sein des troupes… il marqua une pause, le temps pour lui de ranger le papier avant de demander puis-je entrer ? »

Rogue resta quelque peu abasourdi. Voilà qu’un ninja de Suna venait frapper à sa porte, à une heure plutôt tardive, pour lui parler de sujets qui, il faut bien l’avouer, n’avaient pas l’air très palpitants. Mais, en tant qu’hôte, il fit quelques pas en arrière, et invita le visiteur à entrer. Thrys le remercia, avant de pénétrer dans l’antre de son futur élève. Deux autres personnes étaient déjà présentes. Une jeune femme, de taille plutôt petite, aux traits fins et à la peau blanche. Elle arborait le bandeau du Village caché de la Roche. Et, juste devant elle, un homme plutôt grand, la tête enroulée dans une serviette, le torse entouré à divers endroits par des bandages. Notre Juunin garda le silence, examinant la situation. Voilà qui semblait… plutôt étrange. Alors qu’il sentit son esprit essayait de trouver ce que faisaient ces trois personnes avant son arrivée, il préféra oublier et laisser tomber, avant de se concentrer sur la raison de sa venue. Il s’approcha alors de deux autres convives, les gratifia d’un simple « Bonsoir à vous. » puis se dirigea vers le fond de la pièce, tout en observant les lieux, sous le regard attentif des trois ninjas.
Après avoir fait un petit tour, il se retourna et, après avoir lancé un regard à la jeune Iwajin et à la momie, ses yeux se tournèrent vers Rogue. Il se racla la gorge un court instant puis expliqua :


« Bien. Vois-tu, Rogue, afin de réorganiser les troupes du Village, Maître Gaara a demandé à ce que plusieurs équipes soient formées… des équipes de deux minimum, un maître et un apprenti, si tu veux… et donc, me voici : je serai ton supérieur durant les prochaines missions, et ce jusqu’à une durée indéterminée. »

Il s’arrêta sur ses paroles, le temps pour son interlocuteur de prendre conscience de la nouvelle. Son regard curieux continuait de scruter l’intérieur et le mobilier, les mains croisées dans le dos, il se promenait, découvrait… soudain il sursauta, se retourna une fois encore vers Rogue, et ajouta, après avoir levé l’index, afin de clarifier les choses :

« Quand je parle de professeur et d’élève, c’est dans la théorie. Tu ne seras pas mon sous-fifre, tu seras mon coéquipier. Je n’ai guère l’envie de jouer les nounous, ni même les tortionnaires. »

Enfin, il s’approcha d’un fauteuil, se posa tranquillement dessus, s’enfonça sur le coussin, et joignit ses deux mains, avant de les croiser, à la façon d’un homme d’affaire…
Il attendit alors une réaction de la part des autres convives, sans dire un mot de plus.





_________________

♦️ Qui sème le vent... récolte la tempête... ♦️

Thrys's Theme ~ Sabaku no Kaijin

Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Dim 7 Avr - 9:54

NOUVELLE EQUIPE

Mystogan et Kyoku étaient à présents bien installés dans leurs fauteuils, verre d’eau à la main, tandis que Rogue se rendait au pas de la porte afin d’ouvrir à l’opportun qui venait le déranger à une heure assez tardive en soit –pas spécialement pour le maître des lieux, non non, mais pour faire une visite à l’improviste, surtout qu’il n’avait pas énormément d’amis. Néanmoins, avant que celui-ci n’ouvre, l’homme de la feuille demanda on ne peut plus désagréablement où se trouvait la salle de bain, question à laquelle le maître des sceaux soupira.

« Hmpf… Premier étage, dernière porte à droite… Et dépêche-toi, ne me bouffe pas toute l’eau, hmpf… » Lui répondit l’Amatera tout aussi froidement –bien que cela ne changea rien à ses habitudes, avouons-le- et qui se contenta d’ouvrir la porte, avant de considérer gravement son « invité surprise ». L’homme en question devait faire quasiment la même taille que l’hôte de la maison, et était vêtu d’un masque lui couvrant la partie inférieure du visage, rappelant un peu le drôle d’accoutrement que son invité de Konoha, nommé Mystogan, portait en permanence… Bien que ce genre d’accessoires changeait du tout au double d’un individu à l’autre. M’enfin, Rogue ne s’attarda pas plus que ça sur les vêtements d’un tel ou d’un tel, s’en moquant complètement pour l’instant. Il s’attarda plus spécialement sur le visage de son interlocuteur –tout du moins ce qu’il pouvait voir- et se reconnut un peu en regardant celui-ci. Des yeux froids, sombres, déstabilisants… Exactement comme lui, Rogue, le dernier descendant de l’illustre clan de Kumo, celui des hommes qui maîtrisaient le son : le clan Amatera. Mais il n’y avait pas que les yeux du Juunin qui donnaient l’impression au Cheney de se regarder dans un miroir… Non non, loin de là ! Le fait de porter ce masque de fer lui donnait un visage tout aussi froid et neutre, à la manière du mâle dominant de Suna.

Le troisième squatteur tira notre protagoniste de sa torpeur dans laquelle il décrivait Thrys mentalement, lui demandant s’il était bien chez le Cheney, qui acquiesça d’un hochement de tête, venant tout juste d’assimiler ce qu’il venait de dire. Il le fixa alors intensément dans les yeux, comme s’il voulait le mettre à l’épreuve, lui montrant avec ce regard que rien ne le déstabilisait et qu’il était ici le « chef ». L’opportun rigola un bon coup avant de continuer sa tirade envers Rogue, se présentant et lui expliquant le but de sa visite : Gaara l’avait envoyé dans cette demeure afin de lui apprendre une nouvelle concernant les troupes. Suite à ça, il rangea son petit bout de papier et demanda à l’hôte s’il pouvait entrer, chose que lui confirma ce dernier en se dégageant de la porte afin qu’il passe devant, avant de fermer.

S’étant senti déranger pour des broutilles, le déchu senti sa colère bouillir au plus profond de lui, faisant même trembler ses bras, tandis que personne ne le voyait. Il se contenta de boire un grand verre d’eau cul-sec, espérant que cela allait le calmer, et rejoignit l’assemblée… Parmi laquelle se trouvait une momie… Tout du moins un Mystogan sauvage qui venait de sortir de la douche… Et qui avait décidé de rester torse-nu afin de se masquer le visage… « Il a vraiment un problème lui… Hmpf… » Pensa le maître du Son, le toisant d’un regard froid muni de son visage le plus neutre possible.

Celui-ci revint en compagnie des jeunes gens qui occupaient tout l’espace de son salon, et invita Thrys à s’assoir avant qu’il ne lui explique le comment du pourquoi de sa venue, qui avait l’air trop bien parti dans sa lancée pour bien vouloir écouter la proposition du noiraud, qui était –en quelques sortes- exaspéré qu’on ne l’écoute jamais, lâchant également un soupire par la même occasion. Thrys Kaosu –comme il s’était présenté- était envoyé ici par le Kazekage en personne, dans le but de former des équipes avec les quelques Sunajins qui n’étaient pas encore aptes à prendre réellement des élèves sous leurs ailes, ce qui commença à intéresser l’Amatera, qui posa son verre sur la table, tout ouïe aux paroles du Juunin. Il finit par ajouter qu’ils allaient à présent faire équipe, tous les deux, et ce pour un moment… Ce qui réjouit énormément l’Amatera, qui n’allait plus être seul pour le moment ! Malheureusement pour lui, il n’arrivait pas à montrer ses émotions comme il le voulait, surtout dans de telles conditions, mais il voulut rassurer son sensei.

« Hmpf, je vois… C’est une très bonne idée, voyez-vous ! Et je suis partant, et c’est avec honneur que je vous suivrai et vous aiderait en mission. Hmpf… » Lui répondit Rogue, impassible, le visage neutre, le regard froid, sa colère et sa haine s’atténuant peu à peu au fond de lui. Durant quelques secondes, le regard de Thrys divagua un peu partout dans la pièce, tel un petit curieux qui voulait tout savoir et tout connaître des moindres recoins de cette habitation. Mais il se retourna vivement, puis leva l’index, avant d’ajouter que la notion d’élève et Sensei n’était que purement théorique, mais qu’ils seraient tous deux mis sur le même terrain : ils seraient des coéquipiers, sans aucune hiérarchie, sans que l’Amatera ne soit considéré comme le larbin du Kaosu qui avait l’air très sérieux à ce moment-là.

« Hmpf… Vous me rassurez, Thrys… AU début, je pensais réellement que vous alliez me considérer comme un simple larbin lors de grosses missions, mais non… Hmpf… Vous n’êtes pas ce genre de personne, et je peux le voir dans votre regard… Hmpf. » Lui rétorqua le membre du clan maudit, tandis que le maître se tourna ENFIN vers le fauteuil que lui avait proposé le maître des lieux, afin de sa laisser tomber dessus, croisant les mains tel un homme d’affaire…

Voulant faire bonne figure, l’homme maîtrisant les sceaux avec excellence se rendit à nouveau dans la cuisine, prit les verres de la Kunoichi et du mystérieux Konohajin afin de les remplir –ainsi que le sien- et en prit un nouveau pour Thrys, qu’il remplit tous de Saké. Il les rejoignit alors en vitesse, donnant un verre à chacun, et leva le sien vers le plafond, avant de crier un petit « Santé ! ». Malgré sa voix froide et son regard impassible ainsi que son visage neutre, Rogue appréciait énormément la venue de Thrys, et pensait qu’ils allaient faire une équipe du feu de Dieu.

« Mais… Dites-moi, Kaosu-san… Comment va se passer notre rencontre seul à seul ? Comptez-vous me tester, ou alors allons-nous devoir parler avec Kazekage-sama ? Hmpf… » Demanda légèrement l’élève, mettant un gros blanc dans l’atmosphère, plus personne n’osant parler.

_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Lun 15 Avr - 18:58



Rien de bien important



Le Chuunin de la feuille s'était retrouvé à Suna à la suite d'une série d'évènements tous plus hasardeux les uns que les autres. La situation découlait d'une rencontre effectuée sur une archipel du pays de l'eau, non loin du village de Kiri. C'était là en effet que Jellal, prometteur dans l'art du Fuinjutsu, fut envoyé par l'Hokage 5ème du nom afin de perfectionner, peaufiner sa maîtrise. Au village brumeux, il fit la connaissance d'un autre prodige en la matière. "L'ado", le Sunajin lui aussi excellait dans la maîtrise du Fuin mais était surtout propriétaire du somptueux logis où Mystogan trouva en quelque sorte refuge. Bref, le voyageur s'il l'on pouvait l'appeler ainsi s'était réfugié dans la salle de bain afin de penser ses blessures. Par l'intermédiaire d'un vif coup d'œil par delà la vitre de ce qui semblait être un "hublot", il put observer Suna, la ville, tous ces gens qui allaient et venaient dans un chaos semblable à une immense fourmilière. Au milieu de tous, il pu apercevoir au loin avec difficultés un homme dont le visage était soigneusement caché de tous. Un regard, puis un sourire, la simple vue de cet homme lui donnait une vague impression de contempler un miroir.
"Humpfh" fit-il simplement à voix basse.

Tandis qu'il s'apprêtait à revêtir son fameux bonnet, il prit direction pour le salon où un bruit suspect se fit entendre. Tout en prenant le soin de masquer son visage à l'aide d'une serviette blanche, il se précipitâ en direction du salon. Le spectacle qui s'y déroulait était des plus affligeant, la Chuunin vint à s'écrouler d'une seule traite. Son périple dans la pénible chaleur du désert, devait certainement avoir poussé son organisme dans ses ultimes retranchements. Bref, cette chute des plus brusque ne provoqua en l'homme au faciès masqué, qu'un léger sourire moqueur. Cependant, son attention fut rapidement portée vers le nouvel arrivant. Le hasard eut fait que l'homme qu'il eut vue au travers de la fenêtres quelques instants plus tôt soit celui qui désormais pouvait se vanter d'être le tuteur de l'ancien Kumojin. L'homme au visage masqué, le Juunin, annonça à Rogue qu'il allait devenir son tuteur, son sensei. Tandis qu'il retournait vers la salle de bain récupérer bonnet et écharpe, la réaction de l'Amatera à l'annonce le fit doucement rire. Comment un homme comme lui, avec un tel passé, pouvait faire comme si de rien n'était ? Éprouver une sorte de fidélité envers ce village qui au final n'était pas sien. Le cheney l'intriguait et il voulait en savoir plus sur son cas.









©Naruto Sensou/@SH
[/quote]


Dernière édition par Mystogan le Dim 21 Avr - 18:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thrys
Juunin de Suna
 Juunin de Suna
avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 23
Localisation : Sunagakure no Sato

Profil Ninja
XP:
330/1350  (330/1350)
Rang: A
Ryos: 1140
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Mar 16 Avr - 21:07

Sous le croissant de lune




Soirée en petit comité.




Assis dans le fauteuil que lui avait proposé Rogue quelques instants plus tôt, prenant ses aises, Thrys attendait une réponse de la part de son hôte et futur élève.
Celui-ci, après un court moment de réflexion, répondit à son interlocuteur que cette nouvelle était très intéressante ! Le Sunajin lui adressa alors un sourire amical, invisible à cause du masque, mais le pli formé au coin de ses yeux le révélait. Mais l’Amatera, qui à la première écoute prit peur, pensant qu’il ne serait qu’une sorte de larbin, comprit en fait que Thrys ne comptait pas faire de lui son subordonné, mais bel et bien son équipier.

Alors que notre jeune Juunin observait les lieux, ainsi que les deux invités déjà présents chez Rogue, ce dernier sortit de la pièce avant de gagner la cuisine, après avoir pris soin de récupérer les verres de Kyoku et Mystogan. Il prépara alors une bouteille de saké, sortit un troisième gobelet pour le nouvel arrivant, et servit alors la boisson alcoolisée. Mystogan, la momie torse nu et au visage masqué, après avoir observa une dernière fois l’Iwajin allongée sur le sol, lâcha un pouffement, enjamba la jeune femme et vint s’assoir à son tour sur le canapé, face à Thrys. Celui-ci, toujours les mains croisées, observait sans mot dire, et attendait le retour de son hôte. Mais, avant qu’il ne revienne, il se releva, s’approcha de Kyoku et après l’avoir porté de façon… chevaleresque, la posa délicatement dans un fauteuil, afin de lui éviter d’attraper une des bactéries qui grouillent sur le sol. Puis il retourna sur son propre siège, et reprit sa posture initiale.

Rogue revint alors au salon, quatre verres à la main, et les distribua à chacun. Thrys se pencha sur son gobelet, observa le liquide semblable à de l’eau, avant de le porter à sa bouche. Instinctivement, il huma l’odeur qui s’échappait du verre, et après une rapide analyse, il identifia le contenu : du saké. Lui qui n’était guère friand de l’alcool, remercia néanmoins son hôte, et, une fois que celui-ci avait levé son propre verre, le Sunajin fit de même et bu une gorgée.
L’alcool était fort… assez fort… mais rien de bien violent. Notre héros esquissa un rictus et reposa son verre, le temps pour que la dureté du saké ne s’estompe un peu. Voilà longtemps qu’il n’avait pas bu d’alcool… habitué à l’eau et aux boissons aromatisées, il ne buvait que très rarement de saké.

Alors que le Juunin de Suna se concentrait sur le parcours emprunté par la boisson dans son organisme, Rogue lui demanda si quelque chose serait organisé avant de commencer une mission. Un entraînement, un rendez-vous avec le Kazekage… rien de tout cela.
Thrys ferma les yeux, le temps pour lui de réfléchir à la question, et répondit alors, simplement :


« Je n’ai pas encore choisi… mais je pense que nous ferons un entraînement… il marqua une courte pause, et continua d’ailleurs, il est fort possible que notre équipe soit composée de trois personnes. J’ai reçu une demande d’une jeune Genin du Village, et qui souhaiterait que je sois son précepteur. Il se frotta le menton, ou plutôt la partie métallique de son masque superposant le menton, avant de terminer Lorsque l’équipe sera définitivement constituée, je verrai… mais un test de vos compétences me paraît le plus approprié… »

Il se tut alors, laissant la parole à son interlocuteur. Mystogan, quant à lui, ne s’était toujours pas manifesté, sans doute observait-il sans interrompre la conversation… Kyoku dormait profondément, et ne semblait pas perturbée par tout ce qu’il se passait autour d’elle.






_________________

♦️ Qui sème le vent... récolte la tempête... ♦️

Thrys's Theme ~ Sabaku no Kaijin

Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Mer 17 Avr - 14:16

EXPLIQUONS-NOUS.

Alors que le Chuunin de la feuille –qui ressemblait à une momie à ce moment-là- venait de redescendre de l’étage, sortant de la salle de bain afin de rejoindre le petit comité situé dans le salon, la seule et unique fille du lot tomba d’un coup, à terre, n’affolant pas plus que ça Rogue, qui se doutait très bien que la pauvre Kunoichi n’était pas du tout habituée à une telle chaleur et qu’elle n’avait pas dû s’hydrater assez… Sans compter la fatigue qui devait énormément jouer là-dessus. M’enfin, il ne s’en soucia pas plus étant donné ue son futur mentor la souleva à la manière d’un preux chevalier volant –ou galopant- au secours de sa chère et tendre dulcinée, laissant échapper un petit bruit moqueur de la bouche de l’Amatera, bien que personne n’était dans la capacité de l’entendre, selon lui, tandis que le Juunin du Sable posa l’Iwajin sur le canapé.

Le Cheney contempla les traits de ses deux convives, tandis qu’ils goutaient à leur verre de saké, et il aperçut la mine… Comment dire… Bizarre ? de l’homme au masque métallique. Il en conclut alors rapidement que son futur Sensei n’était pas habitué à l’alcool ou alors qu’il n’aimait pas ce genre de boissons et il s’apprêtait à lui parler suite à ses dernières paroles, sauf que son interlocuteur le prit de cours, lui expliquant –en quelques sortes- la suite du programme. Les premiers mots prononcés par Thrys firent sourire intérieurement l’Amatera, car ils n’avaient tous deux aucune idée de comment allait se dérouler leur rendez-vous officiel. Néanmoins, la suite allait sûrement le faire changer d’optique, d’avis et même de « sentiment ». Car oui, le précepteur qui venait de se présenter au ténébreux avait lui aussi songer à faire un combat ou une sorte d’entraînement contre lui, ce qui le réjouit intérieurement, bien qu’il ne le montra pas, se sentant un peu idiot sur le moment, lâchant un léger soupire par la même occasion. Il marqua également une courte pause avant de continuer, interpellant l’esprit de l’ancien membre de Kumo qui se concentra uniquement sur la voix métallique de son nouveau camarade de combat et de missions. Après ce court arrêt, le masqué reprit sa tirade, dans laquelle il indiqua à Rougue qu’ils seraient sûrement trois dans cette équipe, puisqu’il venait tout juste de recevoir une demande de la part d’une Genin. Sur ces indications, le possesseur de la Shadow Drive –bien que ne sachant pas la maîtriser- arqua un sourcil, tout en fixant intensément les yeux de son interlocuteur, voulant en apprendre plus et ce, rapidement. L’homme au masque métallique ajouta qu’il verra bien lorsque l’équipe sera officiellement construite, mais qu’il serait bénéfique qu’il en apprenne plus sur les capacités de ses deux futurs apprentis.

« Hmpf… Une Genin, dites-vous ? Que savez-vous d’elle, si je peux me permettre ? Hmpf… Lança-t-il d’une voix assez froide, pensant qu’il allait être l’exclusivité de Thrys –car oui, notre maître du Son était très narcissique !- mais fit tout pour que le Kaosu ne se doute de rien. Mais… Un entraînement, comme vous l’avez si bien dit au début… Ce serait une sorte de combat, n’est-ce pas ? Demanda-t-il alors, prêt à en découdre avec un adversaire plus fort que lui. Donc, dans tous les cas… Vous souhaiteriez nous affronter afin de nous tester, si j’ai bien compris ? » Conclu-t-il, avant de se remettre correctement dans son fauteuil, lançant des regardes entre lui et Mystogan, qui ne l’avait pas ouverte depuis qu’il avait demandé où se trouvait la salle de bain.

_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Ven 19 Avr - 1:00



Renier le passé ?!



Le temps passait si lentement à Suna. L'astre lunaire venait seulement d'atteindre son apogée. La jeune femme dont le frêle organisme ne semblait être taillé face au climat rugueux du désert fut allongée par l'hôte sur le canapé où elle pouvait se reposer et envoler son esprit vers d'horizon lointains, à l'abri du sable, de la chaleur, rêvait-elle de son village ? Fin du moins c'est ce que pensa le Chuunin en la voyant bien qu'il s'en foutait quelque peu. Bien que lui aussi non habitué à de telles températures, le corps de l'homme au bonnet marine parvenait toutefois à tenir le coup tant bien que mal. Il avait beau être épuisé, trop d'évènement s'étaient produits aux cours des précédentes semaines et sa fierté refusait de le laisser en paix. Tourner et retourner la situation dans tous les sens n'arrangeait rien, le temps semblait figer et cela l'agaçait au plus haut point. Alors, dans le but de "tuer le temps", il se posa à table ou se trouvait le Cheney ainsi que son nouveau tuteur. Amatera Rogue.... Bien qu'il eu vaguement écouté son histoire quelques instants plutôt à l'oasis, il n'arrivait pas à comprendre comment ce Shinobi pouvait agir ainsi, faire comme si de rien n'était compte tenu de ce que fit le village des nuages à ses parents, à sa famille. Bien que certains disent qu'avec le temps les blessures se referment, les lesions de ce type n'étaient pas le genre de plaie que le temps résorbait. Non! Non! il devait surement avoir un profond désir de vengeance. Ce désir hardant que tant d'humains éprouvent envers leurs congénère, l'envie de faire mordre la poussière à ceux qui ont massacrés un à un son clan, sa famille, ses amis! Donc, dès lors le simple fait d'entendre le brun suivre aveuglement son nouveau tuteur le plongeait dans une rage telle qu'il eut du mal à se retenir , de lancer le premier objet qu'il trouverait contre le mur!

Et bien que l'ambiance ne se prêtait en aucun cas à un débat sur la haine, le sake était ouvert, les verres pleins. Cependant, cela importait peu aux Chuunin de la feuille. Après tout...s'ennuyant et ne pouvant boire, il allait tuer le temps. Ses mains se posèrent sur le divan de cuir puis il se dirigea à nouveau vers la salle de bain y revêtir ses vêtements habituelles tout en prenant soin de masquer comme à l'accoutume, les traits de son faciès à l'aide de son écharpe de jade ainsi que de son bonnet bleu océan. Lorsqu'il fut enfin de retour dans la salle principale où la jeune femme dormait toujours profondément, Jellal brisa sans la moindre retenue la bonne ambiance, il était ainsi et ne parlait jamais dans l'unique but de brasser de l'air.


"Dis-moi, avec ton passé, comment peux-tu rester ainsi ? Bras croisées à ne rien faire ? Si j'ai bien compris ta famille à été massacrée par des Shinobi non ? Et toi au lieu de trouver leurs meurtrier tu reste là à Siroter du Saké bien au chaud ? c'est pour justement ne pas devenir comme toi que je n'oublie jamais mon passé ."- Lança le Chuunin sans la moindre pitié

Le Konohajin s'attendait à ce que l'Amatera lui réponde avec furie. Mais, au fond il était persuadé d'avoir vu juste, que ce Cheney, finalement, n'arriverait jamais à venger son clan.







©Naruto Sensou/@SH


Dernière édition par Mystogan le Dim 21 Avr - 18:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 20 Avr - 11:26

ECOUTE-MOI...

Rogue et Thrys discutaient tranquillement lorsque, soudainement, leur convive Konohajin dénommé Mystogan décida de se rendre à nouveau dans la salle de bain, alors que l’hôte de celui-ci le suivait furtivement du regard, buvant les paroles de Thrys.

« Eh bien, Rogue… Je n’ai pas beaucoup d’informations concernant cette nouvelle, Kazekage-sama ne m’a donné plus d’informations à son sujet. Expliqua Thrys au Cheney, qui le regardait à nouveau gravement, ayant hâte de le combattre, son instinct d’Amatera de réveillant à nouveau. Néanmoins, nous ferons bel et bien un combat, afin que je puisse voir vos talents… Finit-il par dire avant de se lever du moelleux canapé dans lequel il était assis avant de se diriger vers la porte. Bonne soirée, Rogue ! » Conclu-t-il sur un ton assez monocorde et monotone, le tout sans être trop froid. Ainsi, il ouvrit la porte et s’en alla comme il était venu.

Tandis que le maître du Son regardait le fauteuil vide de son ancien interlocuteur, d’innombrables images vinrent occuper ses pensées. Mais qu’elles étaient donc, telle est la question que vous devez vous poser. Eh bien, le ténébreux avait en tête plusieurs images plus ou moins concrètes. Parmi celles-ci se trouvaient de grosses missions en équipe, des combats, l’arrestation du membre de son clan qui voulait tout détruire, et je vous en passe… Car oui, si je devais toutes vous les décrire, je n’aurai pas fini avant Noël, c’est pour vous dire ! Mais de ces images, l’expert en l’art complexe des sceaux ressentait surtout une forte détermination et une grosse envie de progresser, afin d’atteindre le rang supérieur, mais cette détermination qu’il ressentait intensément… C’était une détermination peu commune, qui était celle d’abattre le deuxième membre du Son qui était encore vie à présent… Mais il n’y avait pas que ça, il ressentait également une forte haine envers… Hatoma, le seul, l’unique. Et oui, ses sentiments avaient changés et tout ça grâce à Gajeel… Car oui, même si l’expert du Fuuton était parvenu à le battre, qu’il ne s’était pas pris une raclée phénoménale comme il le pensait au début de cet affrontement, il était assez reconnaissant envers celui-ci. Celui qui l’avait poussé à réfléchir sur ses actions, ses futures actions concernant son village. Et c’est grâce à la réflexion faite par ce monstre de Konoha qu’il en était parvenu à la conclusion d’aller voir son kazekage afin qu’ils concluent tous deux une sorte de pacte. Aux yeux de tous, Rogue partirait faire une simple mission de rang B, tandis qu’en réalité il exécuterait une mission à hauts risques, une mission de rang S, qui consisterait à espionner son « maître » du Son, avant de faire des rapports au maître du Sable qui enverrait deux de ses meilleurs Shinobis pour le tuer avec l’aide du Cheney.

Il était tellement plongé dans ses pensées, yeux clos, qu’il ne remarqua même pas que son invité de Konoha était revenu, avec sa tenue originale, ou tout du moins son écharpe d’origine qui lui servait de masque, sortant de sa torpeur le penseur d’une manière des plus désagréables. En effet, celui-ci voulait en apprendre plus sur le comportement récent du Sunajin, qui écarquillait ses yeux rouges haineux lentement, essayant de reprendre ses esprits le plus rapidement possible. Mystogan demanda –sans pitié- au mâle dominant de Suna comment il pouvait rester les bras croisés au vu de son passé, rester là à ne rien faire, puis il continua sur ce que lui avait dit le maître du Fuinjutsu un peu plus tard dans cette même journée, osant parler de ses parents. C’est sur ces paroles que le possesseur de la Shadow Drive –bien que ne la maîtrisant pas encore- toisa son interlocuteur d’un regard des plus noirs, des plus froids, qu’il n’avait jamais lancé auparavant. Malgré ça, il restait impassible, et mille et une pensées germaient en lui. Être ainsi agressé faisait naitre en lui cette soif de haine, de vengeance, de colère… Non pas envers Kumo, non non, mais envers celui qui lui parlait de la sorte, ce stupide Konohajin qui osait remuer le couteau dans la plaie.


M’enfin, le noiraud avait décidé de changer et il souhaitait essayer de contrôler tous ses sentiments néfastes, quoi qu’il arrive, afin d’être le plus impassible possible. Et oui, il pensait que ce serait un grand pas pour lui, un grand pas pour son changement radical, et ce, même s’il n’arrive pas encore à dévoiler ses ressentis et autres sentiments comme il le souhaite. De ce fait, il se mit à serre très fort ses poings menus et ferm les yeux, le tout en prenant de grandes inspirations.

« Hmpf… Ne parle pas de ce que tu ne connais pas, Mystogan, et surtout pas de mes parents, veux-tu ? » Lui répondit-il tout aussi froidement que lui, commençant à sentir la colère ainsi que la haine s’estomper peu à peu au fond de son esprit. Il se sentait beaucoup mieux pour la peine, et ainsi il allait pouvoir lui parler plus ouvertement.

« Sinon, oui ma famille a été massacrée par des Shinobis de Kumo… Tu as bonne mémoire, hmpf… Trouver leurs meurtriers dis-tu… Je les ai déjà trouvé… Etant à la solde du Raikage de ce temps, c’est de sa faute, et donc du village caché des nuages s’ils sont morts… Hmpf… Argumenta-t-il, bien que sachant pertinemment que le Chuunin masqué continuerait à débattre avec lui pour lui dire qu’il se trompe totalement. Et non, je n’ai pas oublié mon passé, loin de là… Disons que… J’ai d’autres projets en vue. Hmpf… » Finit-il par répondre à son invité, espérant qu’il finirait bien par le comprendre et qu’il ne lui poserait pas trop de question, mais bon, il avait bien compris que c’était contre sa nature, et ça commençait à l’embêter un peu, mais il allait devoir passer par-dessus, comme disait l’autre.

_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.


Dernière édition par Amatera C. Rogue le Mar 23 Avr - 23:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 20 Avr - 18:16



hukushuu no Michi



Rogue, l'héritier du clan Amatera dévoila l'intégralité de son plan, ses objectifs, son véritable Nindo. Qui l'eut crut ? Sa carrure, le timbre de sa voix, son milieu familiale, tout était façade et tromperie, comme quoi les apparences pouvaient être fausses. Bien qu'en cet instant le Sunajin parlait sur un ton des plus déplaisant à l'ancien de la racine, sa colère retombât lorsque ce dernier enchaîna. Lorsqu'il en vint à ses plans, son désir d'éliminer un certain Amatera Hatoma. Un sourire sournois se dessina par delà son écharpe... Cet ado était..... si surprenant. Sans véritablement savoir pourquoi, le Chuunin avait hâte que le futur assassin réalise son plan, de voir cet instants d'hésitation à l'instant où il aura , savoir si son désir était total,. Son tuteur semblait ne plus être présent sur les lieux, seules l'Amatera, la Kunoichis toujours assoupie, ainsi que le Konohajin restèrent sur le dit logis.

Le vingtenaire à la chevelure azur se posa sur le divan, plaçant à nouveau ses pieds sur la table basse. Soudainement, le timbre de sa voix devint plus sérieux, plus entreprenant qu'il y a quelques instants. En y repensant, il se rappela que le Cheney disposait également de l'invocation des félins. Ce fut sans lui rappeler que ses invocations avaient un air familier avec le double déserteur qu'il rencontra il y a quelques semaines de cela. Ce fut durant son voyage en quête d'information sur Uchiha Sasuke, l'assassin de Danzo.


"Parler de ce dont j'ignore?! Non , ma phrase était plus un constat qu'un jugement, garçon" dit-il tout en décroisant ses bras, les étendant en longueur sur le fauteuil où il était assis."Ce Amatera Hatoma, il ressemble à quoi ? J'ai croisé il y a quelques temps de cela à Ame un type, chevelure rousse qui utilisait les invocations des chats, tout comme ton "truc" frosch. Ce chat contrairement au tient était bodybuildé et mesurait surement un peu plus de deux mètres, si c'est bien lui, je peux t'affirmer que tu es loin d'avoir le niveau pour l'affronter."


Rogue semblait prendre cela avec une aisance déconcertante, une aisance troublante. Tuer ? assassiner ? de plus un membre de sa famille demandait un minimum de réflexion. Nombreux était ceux qui en cours de route, abandonnaient leurs idéologies, ce chemin demandait un certains doigté et un minimum de recul.

"Je trouve que tu prend trop à la légère, seras-tu véritablement capable d'ôter la vie d'un membre de ton clan de ta famille ?! "







©Naruto Sensou/@SH


Dernière édition par Mystogan le Mar 23 Avr - 23:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 20 Avr - 21:01

RÉPONSES

Alors qu’ils étaient seuls, le Cheney et le Konohajin discutaient entre eux, mais surtout sur les projets de Rogue, ses projets futurs, qui lui fixaient certaines images en tête. Notamment celles du désir, de la détermination qu’engendraient tous ses projets, ceux de devenir enfin l’ultime descendant des maîtres du Son. Ainsi il referait enfin une image à son clan, un clan méritant, puissant, mais aussi respecté, qui montrerait à tous qu’il faut rester soudé les uns aux autres si un jour on voulait rétablir cette utopique paix, cette paix que l’Amatera souhaitait tant mettre en place, mais bien sûr, il savait qu’il n’y arriverait jamais seul, et il ne voulait surtout pas devenir un monstre sanguinaire comme son futur maître mais aussi sa prochaine victime, qui périrai de sa main. A cette pensée, un sourire sadique se dessina sur ses lèvres sans qu’il ne s’en rende compte… Mais bon, vous devez sûrement croire que tout cela n’est qu’illusions dans l’esprit du bel Amatera… Mais non, loin de là… Toutes ces images, ces rêves, ces envies, ces désirs… Tout cela avait une place bien précise dans son cœur, dans son esprit. Il avait vraiment envie de réussir cet énorme projet, mais bien sûr, il allait avoir besoin non pas seulement de ses talents en Ninjutsu, Fuinjutsu et de ses invocations, mais aussi de ses grands alliés qu’étaient Gaara, Thrys et Sachiyo. Il se frotta alors les mains d’un geste vif et empli d’énergie, tant l’excitation se faisait forte au même degré que son impatience. C’était bien la première fois qu’il avait tant envie de tuer ou faire du mal à quelqu’un, mais aussi la première fois qu’un véritable sourire se forma sur sa bouche qui, d’habitude, était un simple rictus quasiment invisible, ce qui réjouit un peu l’impassible de Suna, qui se sentit revivre, redevenir humain, enfin.

Néanmoins, il fut à nouveau tiré de ses pensées par la même voix froide que précédemment, voix qui appartenait au Chuunin de Konoha, Mystogan. Tenez, c’est assez marrant en soit tout de même. Lui qui avait l’air d’éprouver un désintérêt sans nom envers Rogue, souhaitait à présent tout savoir de lui… Pourquoi donc ? Ce comportement interpelait beaucoup le maître du Fuinjutsu, qui se posait encore plusieurs questions. Pourquoi agissait-il maintenant de la sorte ? Pourquoi s’intéresser subitement à quelqu’un qu’il ne pouvait pas apprécier ultérieurement ? Pourquoi ce changement radical ? Tant de questions qui le turlupinaient dès cet instant, tandis qu’il se mit à ouvrir la bouche pour raconter encore une fois des âneries sans noms. Encore une fois, il se mit à parler pour ne rien dire, ce qui exaspéra le beau Sunajin au plus haut point, de telle manière qu’il lâcha un énième soupire, bien que très exagéré cette fois, voulant montrer à Mystogan à quel point il disait n’importe quoi. Néanmoins, il le laissa parler alors qu’il osait mettre ses pieds sur la table basse, s’étendant de tout son long, comme s’il était chez lui. Au début, le maître des lieux croyait qu’il faisait ça pour le provoquer, ce qui commença à l’énerver sans pour autant que cette émotion l’emporte sur le reste, mais au final il se ravisa, se rendant compte que son « invité » n’avait aucunement l’intention de le contrarier.

A présent, il lui posait des questions sur le chef de son clan, le grand Amatera Hatoma… Qui allait bientôt devenir rien de plus qu’un simple mauvais souvenir que le peuple finira par oublier très rapidement, tandis que son assassin serait acclamé par tous, le tout dans un culte de la Personne, que ce soit autour de lui ou autour du clan auquel il aurait enfin donné une image propre, saine, refaite, et vraiment illustre. Suite à quoi, il lui fit une brève description de son physique, avant d’ajouter quand il l’avait rencontré et qu’il invoquait lui aussi les chats, comme le « truc » -je cite- Frosch… En temps normal, désigner son invocation favorite par un mot si subsidiaire l’aurait énervé, mais à présent il s'était calmé, et il souhaitait bien le rester le plus longtemps possible, ce que vous devez sûrement comprendre, n’est-ce pas ? M’enfin, il ajouta que ce chat, contrairement à Frosch, était du genre très musclé, ce qui n’étonna pas le moins du monde le second propriétaire des chats, étant donné qu’il y avait de tout dans cette espèce… même si bon, un chat qui fait de la musculation c’est assez… Improbable. Après, il affirma avec un cran sans pareil que s’il ne se trompait pas, l’homme en quête de vengeance n’avait aucune chance de détruire le membre de son clan, déjà à cause de ses capacités au combat, mais aussi car ses invocations étaient tout autres que celles du noiraud.

« Ne sois pas si sûr de tes affirmations, Konohajin… Hmpf. Néanmoins, je te pardonne, tu ne peux pas tout savoir, tu n’as pas la science infuse, tout comme moi… Commença-t-il à lui répondre, le tout dans une voix qui se voulait neutre, oubliant toute sa froideur habituelle. Amatera Hatoma… Oui, il prétend être le nouveau chef de notre clan mais… Il se trompe… Il se prend pour Dieu et… Hmpf… Ce n’est pas à lui d’en décider… Mais oui, ta description est exacte… » Avoua-t-il au Konohajin qui le fixait encore du regard, laissant ses jambes sur la table en chêne, ornée de quelques pièces dorées.

Soudain, il se mordit le doigt et posa sa main violemment sur la table, le tout en sifflotant un léger « Kuchyose no Jutsus, Frosch ! » ce qui fit apparaître sa chatte préférée, sa chatte aux allures de grenouille rose, qu’il prit immédiatement dans ses bras. Ils firent les quelques petites frappes dans leurs mains, symbolisant un peu leurs retrouvailles à chaque fois, lorsqu’il se tourna à nouveau vers l’ancienne momie, le tout en tenant Frosch dans ses bras.

« Hmpf… je te l’accorde, Frosch est bien loin d’être un animal sous testostérones… Mais, au moins, elle a de réels sentiments, elle… Bien que je sois loin de les faire ressentir à sa manière… » Commença-t-il à dire, regardant les yeux larmoyants de son Kuchyose préféré, lui faisant une légère boule au ventre, tandis que le félin allait parler.

« Fro’ pense la même chose ! » S’exclama-t-elle, brisant le léger silence qui pesait depuis quelques instants sur le salon, alors que les deux hommes faisaient comme une sorte de combat du regard, ce qui amusait intérieurement le Chuunin du Sable, laissant échapper un léger sourire en coin, pour la première fois depuis douze ans.

« Hmpf… Je ne prends rien du tout à la légère, sache-le, Mystogan. Je ne suis pas seul pour accomplir cet acte héroïque, et je vais notamment me servir de mon appartenance à ce clan pour espionner l’ordure d’Amatera, si tu vois ce que je veux dire… Ensuite, je contacterai Gaara qui enverra ses plus grosses forces pour me venir en aide afin de le tuer comme il se doit… » Conclut-il alors pourr expliquer au Chuunin aux milles questions.

_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.


Dernière édition par Amatera C. Rogue le Mar 23 Avr - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Mystogan
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 19/01/2013

Profil Ninja
XP:
565/600  (565/600)
Rang: C
Ryos: 875
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 20 Avr - 23:07



Sous le soleil






Sous le croissant de la lune, deux hommes discutaient entre eux. Entres les quatre murs d'une immense maison de sable, le duo feuille-vent s'adonnait à ce qui pouvait s'apparenter à un débat philosophique. Parler, réaliser un échange verbale, chose que n'appréciait pas véritablement l'homme natif de la feuille, alors pourquoi donc ? Pourquoi s'entêtait-il à vouloir comprendre un type qui, dans le fond, avait autant d'intérêt qu'une boite de sardine. L'ennui ? la fatigue ? Non, l'exaspération! Le chuunin avait une certaine réticence à laisser un homme parler de ce dont il ignore véritablement. Lui, ce gosse déserter ? Sous son masque l'ancien de la racine tentait de toutes ses forces de se retenir, de ne pas exploser de rire, à tel point qu'une crampe abdominale vint le perturber, laissant par la même occasion s'échapper un petit son à peine audible par delà son écharpe. Bref, au final l'homme avait développé une attitude presque allergique voir maladive envers ceux qui clamaient haut et fort avoir de grands objectifs sans véritablement aller de l'avant, ces humains qui avancent à reculons. Décroisant lentement ses bras, le Chuunin allait donc se retirer dans une des chambres que comportait le château de sable où l'attendait un repos bien mérité. Tsukyomi, déesse de la lune commençait déjà à disparaitre, laissant peu à peu l'astre solaire illuminer le village de son habituel teinte jaunâtre. Quand au même instant, Rogue se mordit le pouce.

Ce simple geste mit en alerte le Fernandes, voulait-il véritablement l'affronter ici, en plein coeur de son village, dans sa demeure qui plus-est ?

Sa main se posa sur la table noire, à quelques centimètres des jambes du Konohajin. Des marques symbolisant le Fuinjutsu de Type "Kuchiyose". D'un monde lointains au notre, fut appelés une sorte de chat-grenouille; l'allure mutagène à la fourrures rosée et donc le faciès était couleur vert crapaud, bien loin me direz-vous de la description du chat bodybuildé. Les goûts douteux du Cheney en terme de jutsu n'était plus à prouver à ses yeux, enfin, cela n'était que sa vision et donc un avis totalement subjectif. Bref, quelques rayons lumineux parvinrent jusqu'au salon, attirant le regard et l'attention des occupants. Le Chuunin se devait de quitter aujourd'hui le village du vent pour se rendre au plus vite à son village natal où il se devait de rédiger le plus tôt possible son rapport . Après s'être abreuvés quelques secondes dans la salle de bain de l'Amatera, vint enfin l'instant fatidique, l'instant du départ.


"Cela me gêne quelque peu de te le dire, mais tu vas devoir me supporter puisque je ne connais le chemin et encore moins ce foutue désert." Dit-il d'un ton froid, ne voulant point faire transparaitre sa gêne. Alors que les deux hommes allaient se mètre en route, un bruit attira le regard du Chuunin, le duo sable-feuille allait oublier la Kunoichis originaire de la roche. Cette femme dormait toujours paisiblement, malgré les bruits et vive débats que les deux hommes s'échangèrent au fil de la nuit. Mystogan s'orienta dès lors vers la Shinobi originaire des roches et d'un mouvement brusque, la mise sur son dos sans l'extirper de son profond sommeil, du moins le pensait-il. Il n'en avait point envie mais, qui sait peut-être un jour lui renverrait-elle l'ascenseur en cas de pépins. Sous le soleil à peine levant, le trio s'apprêtait à quitter le village.








©Naruto Sensou/@SH


Dernière édition par Mystogan le Dim 21 Avr - 21:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amatera C. Rogue
~ Kuro's Soul ~
 ~ Kuro's Soul ~
avatar

Messages : 1312
Date d'inscription : 10/06/2012

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 3456
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Sam 20 Avr - 23:54

ENCORE UN VOYAGE ?!

La philosophie de l’homme de Konoha et celle de l’ancien membre de Kumo étaient très différentes, je ne vous le fais pas dire… Néanmoins, l’Amatera espérait fortement que son « ami » Mystogan comprendrait ce qu’il comptait réellement faire à présent, et qu’il n’essayerait plus de l’empêcher de faire quoi que ce soit ou encore de lui rire au nez tant il ne le croyait pas capable de telles prouesses. Néanmoins, après cette longue soirée à débattre ou encore gueuler à travers la pièce, il fut étonné de voir que la Kunoichi issue du Pays de la Roche dormait encore à poings fermés… Et c’est ce qu’il aimerait faire lui aussi, la fatigue de ces derniers jours commençant à se faire ressentir…

Alors qu’il s’apprêtait à monter dans sa chambre afin d’aller se reposer quelques heures, Mystogan l’interpella une énième fois lui demandant froidement –afin de cacher sa gêne, sûrement- de le raccompagner jusqu’à Konohagakure, étant donné qu’il ne connaissait rien, mais alors rien du tout du désert, laissant échapper un léger rire moqueur de la part du Sunajin, qui s’excusa d’un geste de la main juste après, se rendant compte qu’il n’était pas facile de se diriger seul dans des terres hostiles et inconnues comme les vastes étendues de sable que comportait le pays du Vent.

C’est ainsi que nos deux compatriotes débutèrent leur nouveau voyage, encore une fois ensemble, bien que cette fois, le Cheney ne risquait pas de déclarer le membre de la feuille en duel, étant trop fatigué pour ça, mais surtout trop « heureux », car il découvrait au fur et à mesure qu’il discutait avec son camarade de Fuinjutsu, il découvrait de nouveaux sentiments, plus ou moins mélioratifs comparés à la colère et la haine qu’il ressentait, jusque-là, quotidiennement. En effet, de ces belles émotions résultaient de nombreux souvenirs qui remontaient, prenant la place des cauchemars que le Cheney voyait sans cesse lorsqu’il dormait… Il voyait enfin ses parents biologiques sourire, sa copine lorsqu’il avait treize ans, son meilleur ami, ses autre amis avec qui il jouait quand il habitait encore aux alentours de Kumo… Bref, que des images joyeuses, quoi. Et ça, on pouvait dire que ça le réconfortait, ça lui redonnait un peu de chaud au cœur. C’était pas trop tôt, non mais fallait pas déconner non plus quoi. Enfin, il voyait des images plutôt paradisiaques dans son esprit, des images complètement différentes qui représentaient un climat carrément opposé à Suna, là où la chaleur était reine, et ce, même en hiver… Alors qu’au pays du Feu, le voyageur se doutait qu’il ne faisait pas tout le temps chaud ni tout le temps froid, il se doutait que c’était tempéré, et cette idée le fit réellement sourire, encore plus que tout à l’heure lorsqu’il discutait avec le jeune Shinbis aux cheveux azurs. Il se voyait également déjà en train de combattre un quelconque adversaire dans les grands terrains d’entraînements que cachait sûrement le village caché de la feuille… Toutes ces visions n’étaient que rêves et supputations de la part de notre protagoniste, mais il était rare pour lui de se tromper sur ce genre de « devinettes » ou « prédictions ».

Après une semaine de marche tranquille, les deux hommes –dont un semi rêveur- arrivèrent enfin aux portes du village dont la doyenne était une femme aux allures assez jeune et ayant une poitrine très généreuse, faisant rougir un peu l’homme du Sable, espérant qu’elle ne le remarquerait pas en train de penser à des aventures pas trop nettes. Alors qu’il rêvait de toutes ces choses peu catholiques –ou orthodoxes, comme vous voulez-, il se rendit compte que son protégé lorsqu’ils étaient dans le sable avait disparu, comme s’il l’avait laissé se débrouiller comme il pouvait dans un village et un pays dont il ne connaissait rien, si ce n’est l’histoire extraordinaire de la cheftaine de celui-ci, ainsi que de son héros prénommé Uzumaki Naruto, qui avait repoussé l’attaque de Nagato et ses corps à lui seul, poussant l’admiration de Rogue envers sa personne à son paroxysme. Du coup, il décida d’aller se trimbaler un peu dans les rues de ce magnifique petit village, profitant de la vue et du climat frais par rapport à Suna, jusqu’à ce qu’il tombe nez à nez avec un… bar, ne pouvant s’empêcher d’entrer à l’intérieur afin de boire quelques verres de saké, toujours la clope au bec.

_________________



« Le son mêlé au vent et à la terre pourfendra bientôt le « maître » du son... »

Les secrets du Forum... :
 
Nakame a écrit:
il restait là, il allait vraiment morfler, ce type-là, ses intentions étaient vraiment mauvaises. Il créa deux clones, l'un, courut dans la direction opposée, en passant par les hautes herbes, tandis que l'autre courait dans l'autre sens, afin d'aller dans la direction de Kumo, coupant sa trajectoire en passant lui aussi par les herbes. Le vrai, quant à lui, avait sauté tête la première à travers la végétation environnante, tapi dans l'ombre, sans que le géant ne puisse le voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.omegasky.netii.net
Kyoku Yamaneko
Chuunin d'Iwa
 Chuunin d'Iwa
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 24/11/2012
Age : 21
Localisation : Regarde à côté de toi

Profil Ninja
XP:
600/600  (600/600)
Rang: C
Ryos: 108
MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys] Dim 21 Avr - 12:03

Spoiler:
 




Sommeil & Eveil






De sa chute, cette fois, elle ne s'était pas relevée. De sa frayeur, elle ne s'était pas remise, celle-ci l'ayant même assommée, réduite à l'état de tapis sur le plancher, quand la vision effrayante d'une momie en serviette blanche lui apparut. Cela avait été vraisemblablement l'émotion de trop pour la kunoichi. Ses jours d'errance dans le désert venaient d'avoir raison d'elle. Kyoku avait épuisé ses dernières ressources, avait brûlé ses dernières forces pour se rendre jusqu'à Suna et le changement subit de climat l'avait achevée, plongée dans un sommeil aussi profond que le nécessitait son besoin pressant de récupérer de son énergie. Une aubaine néanmoins pour la chuunin qui se sauvait d'une interminable discussion sans le savoir.

Ainsi, pendant que les autres occupants des lieux traitaient de sujets et d'autres, elle se réfugiait dans le monde clair et éthéré de ses souvenirs, sa petite enfance et ses autres époques de nostalgie, époques d'insouciance. Pendant un court instant, l'Iwajin s'éloigna de la guerre, de son angoisse permanente de perdre et de perdre encore. Elle n'était plus chuunin de l'Alliance attendant qu'on l'envoie à nouveau sur les champs de bataille, seulement Yamaneko Kyoku, jeune femme de dix-huit ans et comptant pourtant plus de bêtises à son compteur que n'importe quel aspirant. Elle n'était plus l'élève unique et prodige de Kokoro-sensei, n'était plus celle qui avait une si faible connaissance des renégats de son pays qu'elle avait été menée à croire qu'elle avait une chance d'égaler Deidara no Bakuton, et moins encore la kunoichi inconsciente qui défiait sans cesse la mort. Parce qu'elle n'était pas seulement cela, ses brûlures et ses cicatrices, son bandeau autour de son cou et son savoir dans le domaine de l'illusion encore un peu maladroit. Elle était davantage que tout ce pourquoi on la reconnaissait en tant que kunoichi. Kyoku était également fille de l'Eau et fille de la Terre.

Ce sommeil le lui rappelait, inexorablement. Lui rappelait que tout n'était pas toujours une question de défis ou de force. Lui rappelait que rien ne l'avait directement contrainte à prendre ses clics et ses clacs pour s'aventurer dans les vastes étendues de sables du pays du vent. L'adolescente aurait aussi pu profiter de ce moment de calme au sein de son village pour passer un peu plus de temps en compagnie de Barai, Barai qu'elle avait abandonné à ses doutes sans s'en inquiéter alors qu'elle aurait dû. L'Iwajin aurait pu également prendre le temps de faire plus ample connaissance avec son équipier, Akamatsu dont elle ne connaissait quasiment rien, ou encore avec Makai qui depuis plusieurs mois l'accompagnait sans qu'elle n'essaie de comprendre le lien qui les avait unis, lui et ses parents. Elle aurait pu mais elle ne l'avait pas fait. Pourquoi ? Parce que sa soif d'apprendre n'était jamais contentée, que la guerre la pressait et qu'elle se sentait de moins en moins compétente de jour en jour, à cause de ces marques de défaites qui s'imposaient sur son corps.

Un jour, elle regretterait. L'Iwajin le savait, elle regretterait de ne pas avoir profité de ses compagnons tant qu'elle le pouvait, de ne pas avoir prouvé son attachement envers eux comme ils le méritaient. Car, qui pourrait dire si demain existerait ? Qui pourrait dire si, oui ou non, elle aurait la chance de mettre en pratique ce qu'elle avait appris lors de ses expéditions dans les quatre coins du monde shinobi ? Qui pourrait lui certifier qu'elle n'était pas en train de perdre un mois de sa vie à essayer de connaitre des secrets aussi bien gardés que ceux du désert ?

Des doutes et des questionnements sur des images que Kyoku avait précieusement archivées dans sa mémoire. Des sourires, du bonheur, des paysages. Le contact glacé de son front contre la vitre. Le ronronnement paresseux de la vieille chaudière. Le parfum de la pluie sur ses vêtements gonflés d'eau. L'adolescente se sentait confortée dans toutes ses sensations diverses, comme pelotonnée dans les draps sûrs et réconfortants de la mémoire de ses différents sens. Elle se voyait cogiter, mais sa tête en vérité se vidait au fil du temps. Sa torpeur soudaine engourdissait tous ses membres, même son muscle le plus sollicité. Sa mémoire se mettait en veille et la chuunin s'endormit dans un drap blanc, remplie de sérénité.

Ce moment de quiétude aurait pu subsister indéfiniment, l'emporter pour ne plus jamais la rendre. Toutefois des rayons plus puissants encore que ceux de son besoin de sommeil agressèrent son dos et son corps n'en fut pas longtemps insensible. Une odeur salée mêlée à celle du tissu s'attaquait à présent à ses narines. Kyoku perçut peu après le tintement de ses anneaux à la rencontre du vent et ses yeux s'éveillèrent pour mieux comprendre. Ils étaient en mouvement et son esprit, fatigué, fut lent à en deviner les raisons. Au bout de trois ou quatre minutes de réflexion, la kunoichi finit malgré tout par saisir l'endroit, le temps et l'homme.

A première vue, elle s'était délaissée au sommeil un peu trop longtemps, et pour ne pas l'abandonner au sein d'une maison vide, les deux compatriotes qui lui avaient la veille ouvert le chemin l'avaient emportée avec eux. L'Iwajin n'osa dans un premier temps rien dire, puis décida de signaler à celui qui la portait sur son dos son réveil. Une once de gêne pinçait ses joues et d'invisibles petits points d'interrogations parcouraient la surface de sa peau. L'étranger au désert ne fut pas long à la descendre de son dos, et quand la kunoichi prit connaissance de son identité, elle ne parvint à étouffer l'étonnement qui arqua ses sourcils d'un instant à un autre. Tiens donc, peut-être cet homme n'était-il pas aussi insensible qu'elle se le concevait avant son inconscience.

Néanmoins, Kyoku ne se soucia pas longtemps de ce point obscur, jetant aussi vite un coup d'œil au Sunajin qui l'avait invitée si généreusement dans sa maison quand elle s'était perdue, maison au sein de laquelle finalement elle s'était malencontreusement endormie. Ce n'était pas un comportement convenable, l'adolescente se souvint que, tout de même, Doku l'avait élevée mieux que cela. Alors, comme pour rattraper son erreur, l'Iwajin s'inclina, s'excusa à plusieurs reprises auprès de l'hôte du sable, pour ensuite le remercier lui et son ami à l'habit toujours aussi inconvenant au climat. L'avoir laissée se reposer et ne pas l'avoir abandonnée faisaient naitre une certaine gratitude à leur encontre. De l'estime également. Après tout, elle n'en connaissait pas énormément au sein de son village de brutes qui se montreraient aussi courtois.

"Je vous ai assez encombrés ainsi, je vais continuer ma route de mon côté." déclara l'illusionniste constatant qu'au loin, ils apercevaient encore distinctement le village caché du pays du Vent.

L'heure n'était plus à l'expédition mais au départ. Son mois de disponibilité allait toucher à son terme et la chuunin se devait de doucement songer à regagner Iwa. Certes, elle n'avait pas décrypter tous les secrets des mirages, mais son expédition dans le désert et sa rencontre avec les deux hommes lui auraient au moins appris une chose : le climat, lui aussi, s'avérait une puissance redoutable. L'illusionniste avait tout le reste de son voyage pour réfléchir à comment l'exploiter et à comment l'utiliser à son avantage. Tout le reste de son voyage, et celui-ci allait encore être long. La kunoichi leva les yeux au ciel, bleu face au blanc céleste.

Ainsi, la chuunin des roches se retourna vers son prochain objectif, en espérant ne pas se perdre cette fois. Par sûreté, elle questionna tout de même le connaisseur de ces lieux sur quelle direction emprunter et quelle route suivre pour ne pas de nouveau s'égarer. Kyoku sourit en toisant le vaste horizon, pour ensuite lancer dans un nouvel élan d'enthousiasme probablement insolite aux yeux de ses interlocuteurs :

"Au fait ! Si jamais il vous traverse l'esprit de vouloir visiter Iwa un de ces jours, demandez à parler à Kyoku Yamaneko. L'air de rien, je vous suis vraiment redevable."

Bien que dans un certain sens, la kunoichi n'était pas du tout pressée de rencontrer à nouveau ces deux individus. Elle les trouvait aussi étranges l'un que l'autre, avec leur rhétorique, froideur et manque d'émois respectifs. Néanmoins, ils l'avaient aidée et elle ne pouvait qu'éprouver de la reconnaissance envers eux. Reconnaissance qu'elle finirait sûrement par perdre dans un coin de sa tête, cela étant dit.

Sans autre mot d'ordre, la kunoichi regagna son périple en solitaire, en même temps que le fil de ses pensées. Le soleil plombait à nouveau son oxygène et ses rayons dessinaient des ronds au-dessus de sa tête. Il ne fallait pas que cette excursion en terres inconnues n'ait servi qu'à lui appliquer quelque coup de soleil. Sa seule préoccupation à cette heure : apprendre à dompter le soleil.


©Naruto Sensou



_________________



Il parait que l'union fait la force... Il parait...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys]

Revenir en haut Aller en bas

Sous le croissant de lune[PV Kyoku Yamaneko, Rogue,Thrys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sous le Clair de Lune~ Feat. Petite Lune » Une Promenade sous le clair de Lune [PV Evangeline + Elyane] » [Île croissant de lune] le Bon la Brute et le Truand » Paix sous le clair de lune » Dans la nuit sous un clair de lune (prio Athame)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays du vent+ :: Sunagakure no sato :: Centre du village / Habitations -