AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité


MessageSujet: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Jeu 24 Mai - 11:14

Célébration, et solitude


Ce fut un ciel morose que le Pays de la Foudre eut accueilli le retour de Tori et Yuki au sein du Village de Kumo. Ces deux ninjas revenaient d'une mission importante qui n'avait malheureusement pas portée ses fruits. Ils s'étaient rendus dans la plénitude dorée et stérile qu'est le désert du Pays du Vent et s'était retrouvé confronté à un véritable vestige du passé, un événement inattendu qui se devait d'être rapporté au quartier général de l'Alliance Shinobi. Yuki avait, pour sa part, décidé de laisser Tori faire leur rapport seule. Il semblait quelque peu distant depuis cette mission ce qui laissa sa partenaire quelque peu interrogative quand à son état de santé. La kunoichi originaire d'Iwa pénétra seule la grande tour qui faisait office de demeure pour le Raikage et eut à assister à une réunion relativement longue sur les dernières opérations menées par l'Alliance. Visiblement, les groupes envoyés dans d'autres pays glaner diverses informations sur l'Akatsuki n'avaient pas eu beaucoup plus de chance dans leur quête. Et tout comme Tori et Yuki, ils avaient été confronté à des individus supposés être morts à l'heure actuelle.

Il en résultat une évidence simple : Qu'ils soient des fantômes d'antan ou des imposteurs, ces personnes semblent être de mèche avec l'organisation de la Lune Rouge et être des alliés précieux du mystérieux Tobi. Nul à ce jour n'était encore clairement sûr de la provenance de ces morts-vivants, même si le nom d'Orochimaru fut cité, bien que celui-ci était laissé pour mort. Quand enfin, au final, Tori rejoignit l'extérieur de la tour, elle ne savait plus trop que penser de tout cela. Cette histoire de ninjas trépassés désormais de retour la dépassait et lui semblait Ô combien absurde. C'est un soupir qu'elle descendit les marches du grand escalier qui menait les visiteurs jusqu'aux imposantes portes de la tour. Il s'était passé quelques heures depuis son entrée dans celle-ci, et la fin de l'après-midi se faisait sentir par l'air frais qui lui flattait la peau du visage. Mais l'air avait aussi quelque chose de lourd qui contribuait à rendre le temps moins agréable, de même que ces sombres nuages qui voilaient le ciel. Il risquait de pleuvoir sous peu.

Ce point ne semblait pas déranger les habitants de la grand-place que venait de rejoindre Tori, bien au contraire. La populace s'y amassait de plus en plus et y discutait avec passion tandis que quelques personnes avaient entrepris l'exécution de danses calmes et savantes dans des habits étrangement colorés. En traînant un peu des oreilles, Tori pu comprendre qu'une fête n'allait pas tarder à commencer ici. Cette nuit semblait être dédiée à Raiden, divinité associée à la foudre. Si elle conservait une teneur religieuse prononcée, cette joyeuse cérémonie regroupait une bonne majorité de la population du Village des Nuages, qu'ils soient adeptes du Culte de Raiden ou non. C'était devenu une habitude au fur et à mesure que les années s'écoulaient, si bien que l'Hommage à Raiden avait troqué son appellation marquée pour la Fête des Feux Célestes.


* Quelle blague... *

Si Tori avait foi en l'existence d'entités supérieures régissant ce monde, elle n'était guère emballée à l'idée de leur rendre justice au travers du festival de débauche que risquait de proposer ces habitants. Une pensée vibrante qui rappelait combien cette kunoichi manquait de sociabilité. Mais il était encore tôt pour se coucher, et la fête l'empêcherait probablement de fermer l'oeil. Tori opta donc pour une balade aux alentours du village, elle présenta prestement son identité au portail d'entrée, et put rapidement satisfaire son envie de tranquillité.

Elle s'aventura à quelques mètres de là, et finit par aboutir à l'orée d'un bosquet à l'instant où les habitants de Kumo firent détonner quelques canons dont le grondement rappela vaguement celui du tonnerre. Cette sonorité particulière provoqua une réaction immédiate à proximité de Tori, comme une sorte de gémissement plaintif. Curieuse, Tori dégagea les hautes herbes qui lui barrait le passage, et tomba nez à nez sur une jeune fille qui gardait les yeux clos, les mains appuyées sur ses oreilles. Elle assise dos à un arbre, et à en croire son air pâle en dépit de sa peau basané, elle n'allait pas très bien.

Plus curieuse qu'inquiète, Tori s'avança jusqu'à être juste devant elle, et s'agenouilla à sa hauteur. Elle gardait malgré tout les yeux fermés et bouchait toujours ses oreilles, c'était à se demande si elle l'avait remarqué. De nature peu patiente, Tori appuya doucement sur son front de l'index, un sourire malicieux aux lèvres.


- Hé, petite ! Je n'aime pas beaucoup qu'on m'ignore, tu sais ?

S'en suivit un silence lourd de sens... cette rencontre était peu banale, et quelque peu embarrassante pour la fillette de Kumo. Restait à savoir s'il elle saurait garder son calme.

- Je... je ne voulais pas te faire peur, désolée. Mais qui es-tu ? Et qu'est-ce que tu fais toute seule ici ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Ven 25 Mai - 22:35

Je reviens d’un entraînement qui a duré toute la journée. Cela n’a pas été très concluant, j’étais distraite aujourd’hui. Mon équipe ne comprend pas pourquoi, mais moi je sais. Ce soir on fête le Dieu de la foudre, Raiden… Personnellement je n’y crois pas… puis je hais les orages, alors c’est parfaitement ridicule pour moi de prendre part à ces festivités qui dureront toute la nuit. Et c’est avec anxiété que j’observe le temps s’écrouler et l’heure fatidique arrive trop vite à mon goût. Je voudrais déjà être demain. Que tout cela soit passé, loin derrière moi. Je hais tout ce qui se rapporte à ce prétendu Dieu, qui a mon avis n’a rien de bon si on regarde les moments de ma vie qui ont été marqués par les tempêtes. Je déambule dans les rues, vers la sortie du village, je me réfugie toujours dans les broussailles à ce moment de l’année, pour fuir ma phobie des orages. Les gens commencent déjà à s’agglutiner sur la place centrale de Kumo et entament tranquillement leur danse. Je veux partir d’ici au plus vite. J’accélère le pas pour arriver aux portes. Les deux jonins qui les gardent me regardent passer sans rien dire, ils savent que je ne vais pas loin, ce n’est pas la première année qu’ils me voient sortir lors de cette fête et cela adonne que ce soit souvent les mêmes. Alors ils notent seulement mon départ et me laissent tranquille. Rapidement, je déboule entre les pierres, courant à perdre haleine et me réfugie au même endroit que d’habitude, entre les arbustes. Je suis assez petite, alors ils me couvrent complètement. Je m’y recroqueville en petit bonhomme, les genoux contre la poitrine. Ce n’est pas encore commencé que je panique déjà à appréhender le moment.

Ma respiration est sifflante, puis d’un coup, le bruit de tambour retentit au loin et je me plaque les mains contre les oreilles en gémissant, les yeux fermés si forts que j’en ai mal. Tout devient noir autour de moi, il n’y a plus rien que ma peur qui m’enveloppe. Je suis sourde à ce qui m’entoure, il n’y a que le bruit du tonnerre qui résonne en boucle dans ma tête. J’ai tous les muscles crispés sous la tension et je tremble affreusement. Je voudrais mourir en ce moment tellement la peur me tétanise sur place. Mon cœur va bondir hors de ma poitrine, j’en suis certaine. Puis soudainement, quelque chose me touche le front et j’ouvre grand les yeux en lâchant un cri de surprise, en quelques secondes à peine, je suis sur mes pieds à vaciller en regardant l’étrangère avec de grands yeux paniqués. Qu’est-ce qui lui prend à celle-là de me faire peur de cette façon ? Mais elle s’excuse aussitôt. Ma respiration ralentit un peu… Ce doit être une shinobi de l’Alliance, car elle n’est pas de mon village. Il me semble qu’il avait une réunion aujourd’hui pour voir les avancements de la guerre… enfin, c’est ce que j’ai entendu dire en captant une conversation ce matin d’une oreille entre deux kumojins.

« Et moi je n’aime pas me faire prendre par surprise » finis-je par dire d’une voix étranglée.

Je me frotte nerveusement la nuque en regardant autour de moi. Comment a-t-elle fait pour me trouver ici ? Je me le demande bien… Peut-être m’a-t-elle entendu gémir… C’est la seule explication, car autrement on ne pouvait pas me voir dans ma position. Je finis par me calmer un peu, on dirait que le bruit des tambours a cessé.

« Je m’appelle… KoraaAAAAAH ! »

Je m’écrase au sol alors que les bruits de tonnerre recommencent à s’élever du village. Je hais cette fête, de toute mon âme. Je tremble comme une feuille, les mains par-dessus la tête et des larmes finissent par rouler sur mes joues. Décidemment, ce n’est pas ma journée… De quoi ai-je l’air devant cette kunoichi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Dim 27 Mai - 14:41

Terreur et Repli


La petite fille n'était pas seulement mal à l'aise, n'importe qui l'aurait vite constaté en lui accordant un tant soi peu d'intérêt. Elle était en proie à une terreur absolue, une peur panique qui semblait la poussait petit à petit à se complaire dans l'isolement et un début d'agressivité vis à vis des autres. Tori ne put s'empêcher de ressentir une certaine pitié pour ce petit être ratatiné, la tête basse, les yeux larmoyant. Si le mépris aurait pu rapidement gagner son regard, la kunoichi d'Iwa se surprit à éprouver une certaine empathie à l'égard de sa consoeur cadette. Peut-être était-ce son âge apparent qui l'incitait à plus d'indulgence, ou le fait qu'elle ait eu elle-même une enfance difficile qui aurait pu l'amener à développer des phobies similaires, notamment vis à vis de l'obscurité.

Ce sentiment de compassion l'embarrassait un peu, elle savait bien que la fête consacrée à Raiden risquait de durer, et les pastiches du grondement du tonnerre provoqués par les sons mêlés de canon et de tambours avaient laissé place à de véritable manifestations de l'orage, probablement provoqués par quelques ninjas ayant accepté de faire démonstration de leur art lié au tonnerre. Poussée par un étrange désir qu'on aurait pu assimiler à une pulsion maternelle, Tori s'approcha à nouveau de Kora, toujours à genoux, et passa une main sur sa joue qu'elle caressa doucement.


- Allons allons... ce n'est pas un vrai orage, ce n'est qu'un semblant invoqué par des fêtards. Tu ne risques rien.

Elle était consciente que la portée de ses paroles était bien moindre comparé au rugissement menaçant des éclairs. Cette peur était compulsive, et dès lors qu'elle étreint un être de ses griffes, ses blessures demeuraient lancinantes, quand bien même elles pouvaient partiellement cicatriser. Une fois encore, Tori se surprit à avoir mal au cœur en constatant que Kora tremblait de tout son être, comme possédée par le démon de l'effroi. La juunin d'Iwa se refusait à abandonner une personne plongée dans une telle détresse, elle n'aimait pas beaucoup l'idée de faire montre d'une de ses capacités à une étrangère. Mais le cœur avait ses raisons ici, ses battements s'altéraient à l'idée de laisser cette petite vulnérable à ses démons, et la raison de Tori ne saurait l'empêcher de la soutenir dans la mesure de ses capacités. Elle composa alors quelques signes de ses mains, la terre sembla ressentir son appel et émit un léger bourdonnement avant qu'elle ne confirme son invocation.

¤ Kasaan no Hinan : Le Refuge Maternel. ¤

Juste à coté des deux kunoichis, le sol sembla se métamorphoser, l'herbe et la terre semblèrent s'écarter pour laisse surgir l'inattendu : Une double-porte battante qui s'ouvrit toute seule sur un escalier souterrain qui disparaissait dans les ténèbres. Tori se redressa alors et approcha face à l'ouverture, contemplant un moment l'obscurité avant de s'adresser à Kora, sans pour autant se tourner vers elle.

- Je sais bien que tu n'as pas plus de raison de me faire confiance plus qu'au tonnerre. Mais je te garantis que si tu descends avec moi là dedans, tu seras isolée de la surface et n'entendra même plus le moindre son en provenance du village.

Tori fit volte-face et invita la petite fille à entrer d'un geste de main.

- Cet escalier mène au Royaume Souterrain, l'habitat des taupes, j'ai signé un pacte avec leur espèce autrefois. Désormais, il me voit comme une amie et autorise mon accès à leur territoire secret. Tant que tu resteras avec moi, tu ne risqueras rien.

Elle jeta un nouveau coup d'oeil aux profondeurs obscures qu'offrait l'escalier, celles-ci disparurent brusquement tandis que des gemmes lumineuses émergèrent des parois rocheuses qui faisaient offices de mur. Comme des chandeliers terrestres où brûlait une flamme éternelle.

- Passe la première, Kora. La porte se refermera dès que j'aurais franchi son seuil. Tu dois donc passer d'abord, si tu daignes m'accorder ta confiance.

Tori fixa intensément sa petite consoeur en espérant intimement que l'orage invoqué à Kumo ne se manifeste pas à nouveau avant que Kora ne prenne sa décision. Elle ne voulait pas qu'elle se renferme sur elle-même et souffre... Tori savait combien affronter la peur et la douleur seul était une expérience traumatisante. Elle le savait que trop bien...




PS : Donc oui, Tori utilise une technique qui n'est pas dans sa FT mais n'ayant AUCUNE vocation offensive. C'est juste un moyen de donner une tournure originale à ce RP.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Mar 29 Mai - 22:43

Le bruit du tonnerre résonne dans ma tête en écho et je n’arrive pas à le faire taire, ça me rend folle. J’ai l’impression de ne plus rien entendre d’autre que ce son terrifiant qui me pétrifie sur place. Jusqu’à ce que je sente qu’on se penche à mes côtés et qu’on me caresse doucement la joue, alors je finis par relever la tête, les yeux larmoyants. Elle tente de me consoler, mais je dois avouer que c’est plutôt difficile au vu des circonstances. Mais je m’apaise un peu, ça fait du bien de savoir que quelqu’un est là pour moi, même si je ne la connais pas à proprement parler. Je crois qu’en ce moment, je la suivrais partout, car elle est toujours mieux que cette fête et de ces faux orages. Je tressaille juste à y penser. Au bout d’un moment, je vois la femme effectuer des mudras et poser sa main au sol pour invoquer une grande porte qui s’ouvre devant un couloir plongé dans l’obscurité. La curiosité fait poids sur ma peur et je me relève finalement, me demandant ce que c’est. Au bout d’un moment, sans se retourner, elle m’adressa la parole, déclarant que malgré le fait que je ne pouvais lui faire confiance plus qu’à la foudre, si je désirais trouver un endroit où me réfugier pour ne pas entendre ces bruits que je pouvais la suivre sous terre. Elle rigole ou quoi ? N’importe quoi plutôt que cet orage, je suivrais un inconnu au bout du monde pour m’en défaire.

Je m’avance en vacillant un peu, puis le couloir s’éclaire de torche le long des parois, affichant sa profondeur sans qu’on puisse y voir le bout. Le Royaume Souterrain des taupes… Je me retourne vers elle pour la regarder, toujours silencieuse à ses paroles, alors qu’elle me dit que je dois passer la première. Je n’hésite pas et je m’engouffre à l’intérieur, il aurait fait noir que j’y serais allée pareil, je ne crains pas l’obscurité. J’ai l’impression que l’escalier descend à en plus finir et je sens la ninja me suivre de pas très loin derrière. L’endroit est étrange, mais peu à peu, les bruits s’estompent et je reprends mon calme. Les sueurs froides me quittent et mes esprits reprennent le dessus sur ma phobie. Je me sens beaucoup mieux ainsi.

« C’est… c’est gentil… de faire ça… pour moi… » dis-je timidement alors que je longe le mur en m’appuyant d’une main.

Je me sens bien… Après tout, la terre est mon élément. Un sourire est apparu sur mes lèvres. Je crois que ça dit tout sur mon état du moment. Ça me fait un grand bien… Je crois que je pourrais vivre sous terre et je serais heureuse. Au bout d’un temps qui me semble interminable, on finit par voir le bout du couloir et l’atteindre. À partir de là, je préfère laisser passer la kunoichi avant moi, après tout, elle connait sûrement mieux les lieux que moi, ce qui est un peu plus normal. Je ne sais pas trop comment la remercier de son geste, alors je reste un peu bêtement plantée là à attendre qu’elle ouvre la marche cette fois.

« Ça fait longtemps que vous avez signé un pacte avec les taupes ? »

J’ai l’impression que ma question est un peu maladroite, comme pour combler le silence ou comme si je ne savais pas quoi dire, ce qui est un peu le cas. Je ne suis pas de plus douée pour sociabiliser, alors mes efforts paraissent parfois un peu étranges. Enfin… peut-être que je me fais aussi des idées sur le sujet…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Ven 1 Juin - 19:56

Entre Surface et Tréfonds Obscurs.


La petite ninja de Kumo s'avéra finalement plus détendu dès l'instant où Tori lui présenta la possibilité d'échapper à sa phobie. Cette réaction étonna sa consoeur d'Iwa, mais elle en fut plutôt satisfaite. Elle s'enfonça dans les profondeurs sombres, emboîtant le pas non-hésitant de Kora. Ce manque total de circonspection faisait sourire Tori, ce passage vers le Royaume des Taupes était loin d'être anodin. Car de façon imperceptible, ceux qui y circulaient se déplacer dans l'espace temps pour rejoindre le fief souterrain des petits mammifaires. Tori elle-même ne savait pas exactement comment cela fonctionnait mais soupçonnait les cristaux des parois d'y être pour quelque chose.

À force de persévérance, les deux kunoichis parvinrent au fond du tunnel qui s'achevait sur une nouvelle porte, aussi sobre que la première de la surface. Préférant ne pas prendre les devants dans cet environnement étranger, Kora laissa passer Tori devant elle qui frappa cinq fois la porte selon un rythme très particulier. Deux coups rapides, un autre espacé, puis deux autres plus délicats. Après quoi, elle tourna la poignée. Une sorte salle assez grande se découvrit alors aux kunoichis, éclairés par les mêmes cristaux que le précédent passage. L'endroit semblait d'un calme presque inquiétant et aurait semblé bien vide sans les racines disproportionnées qui la veinaient de part en part. On y dénotait aussi une multitude d'ouverture jonchant les façades latérales de cette endroit, comme s'il s'agissait d'un croisement d'artères d'un système labyrinthique intelligemment développé.

Tori avança d'un pas avant de s'immobiliser en dressant sa main devant Kora, lui indiquant ainsi de faire de même. Cette dernière lui posa alors une question à laquelle Tori hésita à répondre. Elle n'aimait pas beaucoup parler d'elle, et encore moins de l'origine de ses capacités. Mais à bien y réfléchir, les taupes étaient des êtres suffisamment mystérieux pour préserver eux-même le secret de leurs arcanes. Le peu qu'elle en savait ne risquait pas d'être utilisé contre eux.


- Depuis quelques années déjà, quatre ans peut être ? On les trouvait autrefois au Pays des Rizières, mais pour une raison inconnue. Les serpents de cette nation se sont mis à se multiplier et à gagner en agressivité. Les taupes ont donc migré vers les montagnes, et pendant cette période de migration, j'ai sauvé par quelques uns de leurs petits de l'assaut d'un rapace. Depuis, elles m'en ont été reconnaissantes, et m'ont remercié en m'aidant à mieux faire face à mes propres démons.

Elle tourna la tête vers Kora en lui adressant un sourire léger.

- Le Noir. Après qu'ils m'aient rendu ce service, nous avons continué à nous fréquenter. Puis leur Roi a fini par me proposer un pacte. Après tout, nous défendons une même chose, notre Terre Mère et son équilibre.

Quand Tori eu fini de parler, de petits couinements se firent entendre autour des deux kunoichis. Ils raisonnaient sur les parois des galeries contiguës. Puis de petits yeux finirent par briller par delà les zones d'ombre, puis quelques taupes bipèdes approchèrent avec prudence, scrutant avec intérêt l'humaine qu'ils n'avaient jamais vu. Tori s'agenouilla à leur hauteur et leur tendit sa main qu'ils vinrent renifler du bout de leur museau frétillant avant de pousser de petits cris de contentement. Ils se tournèrent ensuite vers la petite de Kumo. Ils semblaient plongés dans une profonde réflexion, mais avait clairement une once de doute dans leurs regards un peu simplets. L'attitude timide des petits êtres amusa Tori, voir un autre être humain dans leur repère semblait les perturber un peu.

- Ne t'inquiète pas Kora,elles sont pacifistes. Mais rassure les en tendant ta main vers eux. Leur vue n'est pas si mauvaise que ça, mais elles font davantage confiance à leur odorat qu'à leurs yeux. Ils sentiront que tu ne leur veux pas de mal.

Quelques secondes plus tard, une voix de crécelle se fit entendre depuis un tunnel voisin. Une autre taupe pourvu d'une fleur sur ne nez ainsi que d'un casque de mineur émergea du trou d'où était arrivé les taupes.

- Hé, les gars ! On a encore du boulot, suivez le mouvement.

Il accorda un vague regard à Tori et sa consoeur qu'il salua d'un vague hochement de tête. Les petites taupes semblèrent déçues, mais après un vague signe de patte, elles suivirent leur supérieur et s'évanouirent dans l'ombre. La ninja d'Iwa se releva et les suivit en forçant Kora à rester à coté d'elle. Le tunnel s'éclaira à son tour via des cristaux, cette fois-ci placé au plafond des galeries. Les racines n'étaient pas aussi abondantes dans ces artères, mais très vite, des échos de métal se firent entendre. Et après quelques mètres, Kora put un artère plus grande où des taupes munies de pioches s'adonnaient à leur activité préférée : La collecte de gemmes. Les murs étaient littéralement tapissés d'un voile de cristaux ternes que les taupes retiraient petit à petit pour les glisser dans des sacs rudimentaires. Tori observa leur travail en l'expliquant brièvement à Kora.

- Les taupes ont une affection particulière pour ces cristaux, comme tu as pu le remarquer jusqu'ici, ils les travaillent et les emploient entre autre comme lampes pour aider leurs semblables à la vue défaillante. Et les rares humains qui viennent les visiter dans leur antre.

Les taupes ralentirent de façon significative leur travail et jeta de petits regard interrogatifs vers Kora, là encore, elles manifestaient un mélange de curiosité et d'appréhension. Tori porta elle même son regard sur Kora, se demandant si tous ces petits yeux braqués sur elle ne risquait pas de la perturber. C'était peut être un peu tôt pour la présenter à tant de créatures. Mais ici, les sons tempétueux du village de Kumo n'étaient guère audible. C'était de loin le plus important. Elle posa tout de même sa main sur son épaule, comme pour lui rappeler qu'elle était là, et qu'elle ne risquait rien.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Ven 8 Juin - 1:49

Lorsqu’on descend le long couloir de terre, je n’hésite pas. Je m’engouffre sans savoir où je vais, mais ça m’importe peu au fond. Tant que je suis aussi loin de la surface possible pour ne plus entendre ce bruit sourd. Alors qu’on arrive au bout, je m’immobilise et laisse passer la kunoichi d’Iwa devant moi. Étant donné que je ne connais rien des lieux, je préfère la suivre, mais l’endroit est étrangement splendide pour un lieu sous la terre. La lueur que crée les cristaux a quelque chose de magique je crois, enfin… c’est l’effet que ça me fait. Au bout d’un long moment à longer le couloir, on arrive finalement devant une porte. Tori frappe quelques coups dans un rythme particulier, laquelle je regarde un peu intriguée par son comportement, puis elle tourne la poignée et ouvre sur une grande salle. Mes yeux s’écartent d’un coup, très grand et fascinés par la beauté des lieux. La salle était éclairée par les mêmes cristaux que dans le couloir et d’immenses racines veinaient les murs. J’entre sans réellement faire attention à ses paroles, je suis trop absorbée dans la contemplation des lieux. Je m’approche doucement, effleurant une veine du bout des doigts, tournant sur moi-même. J’aperçois vaguement que la kunoichi me regarde et à mes oreilles parviennent quelques informations que je peine à retenir. J’enregistre la chose plutôt inconsciemment. J’aime beaucoup l’endroit… Si je le pouvais j’y reviendrais encore, simplement pour ce silence, cette tranquillité. Cette certitude de ne pas être dérangé, de ne plus entendre le bruit de la surface….

« Woow… »

C’est le seul mot que je peux prononcer, i l n’y a rien qui me vienne à l’esprit pour décrire cet endroit. Un couinement me ramène à la réalité. Je tourne la tête et aperçois quelques taupes sur leurs pattes arrière s’approcher. Elles vont voir d’abord Tori qui se met à genoux à leur hauteur pour qu’elles sentent sa main, puis elles viennent me voir comme curieuse. Je copie la fille d’Iwa et m’accroupie en tendant la main. Cependant, une autre taupe avec un casque de mineur les interpelle et les autres repartent. Quel monde fascinant. Je n’ai pas longtemps de songer plus longtemps que l’Iwajin me traine à leur suite, me forçant à ne pas m’éloigner d’elle. Je dois presser le pas, car sinon je trainerais derrière à admirer les cristaux. On arrive là où travaillent les taupes, avec leurs petits sacs qu’ils remplissent de gemmes. Tori m’explique qu’elles les utilisent principalement pour l’éclairage. Je sens les regards curieux se tourner vers moi. Ça me rend un peu nerveuse tout cela, je n’ai pas l’habitude qu’on me regarde ainsi. Je fais un pas par derrière, mais sens alors la main de la kunoichi se poser sur moi. Ça un effet de calmant. Je me reprends un peu et les observe avec curiosité. Lentement, je m’approche, retire un cristaux de sol et le fait pivoter entre mes mains pour mieux l’analyser. Je sens la surface encore rugueuse et non travaillée sur ma peau, mais le gemme brille et j’aperçois mon reflet déformé à l’intérieur. Au bout d’un moment, je finis par le tendre doucement à une taupe à côté de moi. Je suis accroupie à sa hauteur, alors elle ne fait qu’étirer son nez pour sentir mes doigts et agrippe de ses petites pattes le petit cristal pour le mettre dans son sac. Ça me fait rire un peu, je trouve ça mignon. Je me retourne finalement vers Tori.

« Ils sont installés ici depuis longtemps ? »


Je ne me suis jamais rendu compte qu’une telle colonie de taupe vivait sous les terres de Kumo, de mon village. Les gens le savent-ils ? J’en doute bien. Elles sont encrées ici, silencieuses, à faire leur travail, tranquillement, sans rien demander à personne. Une pensée étrange me traverse l’esprit à ce moment. Ces taupes résident ici, près de ma nation… mais elles prêtent alliance, pacte, à une fille d’Iwa, un pays qui en d’autres termes que ceux-ci auraient pu faire parti de nos ennemis. Le sait-on jamais. Elles pouvaient avoir accès des informations de chez nous. Je chasse bien vite ses idées. Après tout, elle n’est pas mon ennemi. Nous sommes sensées être alliées en ce temps de guerre. Il ne faut pas penser à de telles choses, c’est mal… Ce n’est pas faire confiance à ceux qui nous offrent de l’aide. Alors qu’il le faut… pour survivre… pour gagner. Mon regarde se tourne à nouveau vers Tori. Je souris. Je suis contente d’être ici, de rencontrer ces petites taupes et connaître cet endroit. Je n’aurai peut-être plus jamais l’occasion d’y retourner, mais ce n’est pas grave. Au moins j’aurai connu, c’est l’essentiel. Je finis par me redresser doucement.

« Il y a plusieurs galeries comme celle-ci ? Ça semble immense ici… »

Je pivote sur mes talons pour observer tout autour. Les petites créatures qui s’activent pour récolter les cristaux, qui se dandinent d’une pierre à l’autre avec leurs petits sacs. C’est un monde totalement différent du mien… Ça fait du bien… d’être ailleurs… d’être dans un lieu nouveau… J’avais besoin de voir de nouvelles choses, de faire changement. Et c’était parfaitement ce qui me fallait. D’un geste lent, je replace une mèche de mes cheveux bouclés derrière mon oreille. Je voudrais rester ici éternellement…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Dim 10 Juin - 16:26

Havre de Paix et Prison Inaccessible


La ninja de Kumo abordait ce terrain inconnu avec une relative timidité, mais elle ne semblait pas se laisser aller à la crainte, ce qui suffit à concilier Tori. Elle ne souhaitait pas traumatiser sa jeune consoeur en lui imposant un environnement qu'elle considérerait comme oppressant. Dans le cas présent, la curiosité de la petite semblait prendre le pas sur sa faible appréhension. C'était bon signe, quiconque cherchant à savoir et à comprendre n'est pas soumis à la crainte, ou tout du moins, pas de manière significative. Tori continua à progresser dans les galeries en veillant à ne pas entraver le travail des taupes, et s'enfoncer dans une galerie où des cristaux de forme légèrement plus allongée dispensaient une lumière plus tamisée, d'une douce teinte bleutée. Elle avait quelque chose d'apaisant, et semblait pénétrer à même les pores de la peau pour soulager os et muscles endoloris. Tori encouragea Kora à continuer d'avancer, alors que le nombre de taupes autour d'elles semblait se réduire. Elle profita de ce calme plus prononcé encore pour répondre à ses interrogations.

- Depuis un peu plus de quatre ans je suppose. Elles vivaient autrefois à la surface au Pays des Rizières avant que les serpents ne deviennent plus hostiles. Les taupes se sont alors réfugiés dans les confins de la terre et ont créé un réseau étrange de galeries telles celles que nous traversons. En vérité, nous n'avons pas l'impression de nous déplacer beaucoup. Alors que nous nous trouvons peut être à l'opposé de Kumo, sur l'extrémité opposée du monde.

Les deux kunoichis aboutirent sur une petite pièce circulaire aux murs parsemés de larges alvéoles où des êtres pouvaient sans mal se glisser. Une taupe de taille imposante sortit brusquement de l'une d'elle à l'instant où elle perçut la présence des deux humaines, celle-ci les jaugea un instant d'un regard acéré avant de retourner d'où elle venait. Tori esquissa un sourire en indiquant à Kora d'avancer sans crainte dans l'une des alvéoles, l'intérieur de celle-ci ressemblait à une sorte de nid. Le sol rocheux était parsemé d'herbes à la nature obscure qui rendait l'allongement plutôt agréable, elles dégageaient également une odeur particulière qui évoquait celle de certains onguents utilisés par les médecins. Tori s'assit en tailleur au fond de la mini-chambre, dos au mur, et indiqua à Kora de prendre place à son tour. Si cette petite était fatiguée, elle pourrait se reposer correctement entre ces murs.

- Comme tu peux le voir, les cristaux bleus sont différents de ceux que tu as vu précédemment. Mais je les soupçonne d'altérer l'écoulement du temps et l'espace, d'une façon ou d'une autre. Ces pièces sont essentiellement utilisées quand les taupes ont des blessés dans leur colonie. Les meurtris hibernent et se régénère tranquillement ici, une blessure prenant en temps normal trois jours pour être guérie peut ici être pansée en vingt quatre heures.

Une fois encore, un sourire amusé gagna le visage de Tori, lire l'interrogation et l'incrédulité sur le visage de Kora avait quelque chose d'amusant à ses yeux.

- Certaines personnes pourraient abuser de leur capacité à exploiter les cristaux, c'est pourquoi les taupes se sont cachés sous terre. Mais en vérité... il ne suffit pas de creuser pour les atteindre. Il faut être en... symbiose avec eux pour pouvoir y entrer, comme pour en sortir.

Le sourire d'abord apaisant de Tori sembla se fondre en une expression plus malicieuse, elle ne savait pas si Kora saisissait ici combien faire confiance à une étrangère aurait pu ici être dangereux pour elle.

- Si j'étais de nature mauvaise, je pourrais aussi bien t'abandonner ici. Où tu finirais par manque d'air et sombrer dans la folie avant de trépasser.

Tori se releva et s'approcha de Kora, et reprit son expression agréable en lui caressant maternellement les cheveux.

- Mais il va sans dire que je ne le ferai pas. Je ne suis pas ce genre de personne, et même si tu sais désormais des choses sur ce royaume souterrain. Ces connaissances ne te permettraient pas de nuire à ses habitants, je n'ai donc aucun raison de vouloir t'isoler.

Elle s'assit à ses cotés, et poussa un soupir en perdant son regard dans les herbes qui jonchait le sol. Son silence dura une trentaine de secondes avant qu'elle ne s'adresse à nouveau à Kora.

- Tu veux dormir un peu ici en attendant que la fête de Raiden se passe ? Je resterai ici également, un peu de repos ne me fera pas de mal non plus. C'est comme tu veux.

Tori poussa un profond baillement en s'étirant les bras en l'air, il est vrai qu'il était plus simple de passer la nuit ici qu'à la surface avec cette fête bruyante. Être appréciée des taupes avait ainsi des avantages non négligeables, pour peu que l'on se montre digne de leur soutien.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Ven 15 Juin - 15:22

Je la suis sans rien dire. J’adore cet endroit. Sans plusieurs détesterait cette sensation de se retrouver enfermer sous terre, mais moi ça ne m’effraie pas. Je me sens parfaitement dans mon élément. À mesure qu’elle m’explique son histoire et qu’on avance encore dans les galeries, les taupes se font de plus en plus rares. C’est particulier de se sentir en sécurité à ce point, même avec la présence d’une étrangère. J’ignorais qu’un tel monde existait juste en dessous… C’est tellement étrange… Et pourtant, si merveilleux à la fois. On dirait pratiquement un rêve, mais je sais que s’en n’est pas un… tout du moins, il me semble. Nous finissons par déboucher dans une grande pièce dont les murs sont recouverts d’alvéoles. On dirait des nids où on pourrait y dormir. Comme de fait, une grande taupe, plus imposante que les autres, sort brusquement d’un des trous pour nous jauger d’un œil averti avec de repartir aussi rapidement qu’elle était venu. Ça me fait sourire un peu… À Kumo on est aussi méfiant avec les étrangers qui pénètrent notre village. J’avance donc sous le regard de la kunoichi qui me dit d’entrer sans crainte. Je pose délicatement ma main contre le creux de l’alvéole. C’est étonnant confortable, comme si ces petites créatures avec ce genre de soucis. Je souris et m’y installe confortablement, me callant contre le creux de la paroi.

Tori finit par me dire que les cristaux bleus serviraient à altérer le temps pour les taupes blessées. J’hausse un sourcil, un peu surprise. Comment est-ce possible ? On ne contrôle pas le temps, ça ne se fait pas ! Je la dévisage un peu malgré moi, quoi que l’intention n’ait rien de mauvaise, jusqu’à ce qu’elle me dise que de mauvais esprits pourraient s’en servir à des escients peu convenables. Encore faudrait-il savoir comment cela fonctionne. Je pose ma tête contre le mur, mes paupières se fermant légèrement, mais pas totalement. Jusqu’à ce qu’une phrase de la fille d’Iwa me fasse ouvrir un œil. Je me replace un peu alors qu’elle s’approche et là je la dévisage pour de bon. Alors qu’elle était occupée à me flatter comme si ça allait me calmer sur ce qu’elle a dit et me rassurer avec des belles paroles, j’ai posé ma main près de son ventre, une lame entre les doigts. Je ne suis pas du genre à aimer qu’on tente de me manipuler de la sorte. Puis, c’est peut-être le fait d’avoir vécue à Kumo qui m’a rendue si méfiante, mais il me semble un peu stupide de sa part d’agir ainsi, sachant que je pourrais très bien mal réagir, ce qui est le cas en un sens. Je le fixe dans les yeux sans sourciller.

« Il faut quand même pas me sous-estimer… »

Si je voulais sortir d’ici, je n’aurais besoin de l’aide de personne. Et surtout pas d’elle. Je finis par m’éloigner, n’ayant pas réellement envie d’engager des hostilités, mais simplement pour lui faire savoir que je ne suis pas sans défense. Je m’asseye de l’autre côté de l’alvéole sans la lâcher des yeux. Je me demande bien ce qu’il lui a pris et quelle bulle a bien pue lui passer par la tête, mais elle devrait savoir qu’on ne rigole pas de cette façon avec une Kumojin. Un silence règne un moment dans lequel je ne dis pas mot. Puis elle finit par me proposer de dormir ici, le temps que la fête se termine à la surface. L’idée me semble bien, puis c’est vrai que c’est plutôt confortable. Je m’étale en boule dans mon coin, mais ne m’endors que d’un œil. Le moindre mouvement me réveillerait en ce moment, car je ne suis pas vraiment chez moi, alors je dors mal peu importe le lieu et reste d’une oreille avertie bien malgré moi. Je crois que je suis peut-être un peu trop paranoïaque. Mais qu’importe, avec la précédente scène, je ne peux être que plus sur mes gardes à l’instant présent. Les gens de Komu ont raison, il ne faut faire confiance à personne, pas même à nos alliés d’un autre village… Qu’au sien…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Ven 15 Juin - 16:33

La Candeur, une chimère ?


L’espace d’un moment, Tori se sentit apaisée ainsi installée auprès de Kora. Elle se surprit à s’imaginer en mère de famille profitant d’un pied-à-terre, sans pression extérieure. Ne songeant qu’au bien de son ménage, regardant le temps s’écouler et son environnement se décatir. Puis, vint la rupture. Tori avait omis une évidence, ou plutôt l’avait mise de coté de par sa tendance à sacraliser l’enfance. Kora n’était pas un petit être innocent qui ne demandant qu’à être protégé, mais bel et bien une ninja dangereuse prête à la tuer de sang froid. Le regard de Tori se fit alors plus sombre, tandis que le métal froid menaçait de lui perforer le ventre, allait-elle devoir prendre des mesures drastiques pour stopper le geste de cette gamine ? Peut être par raison, ou par pitié, Kora refusa de concrétiser sa menace et se contenta d’aller se lover de l’autre coté de l’alvéole, ce sous les yeux désillusionnés de Tori. La ninja d’Iwa se contenta d’hocher négativement la tête en reconnaissant ses torts. Cette enfant savait ce qu’était la mort, et elle était prête à la délivrer sans la moindre pitié. Cette vérité attristait véritablement la ninja d’Iwa.

- Oui… je t’ai peut être sous estimé… si l’on peut dire.

Elle se redressa vivement, avec une précipitation notable, et dirigea aussitôt vers la sortie de l’alvéole, s’arrêtant avant d’en sortir pour accorder un dernier regard neutre à la petite. Ce genre de regard que l’on forge naturellement à force d’exister dans un monde où tout est susceptible de nous nuire, y compris nos semblables les plus jeunes. Une neutralité face à la banalité du mal humain, la facilité avec laquelle il accepte la destruction et la mort. De choses vivantes comme des valeurs basiques qui tendent à les rendre meilleurs.

- Tu ne daignes donc pas accorder ta confiance à quelqu’un qui s’est déjà retrouvé dans ton dos et n’en a pas profité pour y planter une dague ? Soit, dors en paix, seule.

Sur ces mots, Tori s’en alla rejoindre une autre alvéole où elle demeura assise, songeant à ses jeunes jours passés dans la douleur et l’obscurité. Visiblement, les enfants ayant grandi normalement ne sont pas plus innocent que ceux n’ayant guère connu autre chose que la peur de disparaître dans les ténèbres. Quelque part, elle enviait ces enfants normaux, ce qu’elle n’a jamais été. Mais au final, le résultat était le même, ils devenaient aussi des machines porteuses de haine. C’est sur un soupir attristé qu’un demi-sommeil gagna Tori, un sommeil calme, sans rêve, des plus régénérant.

Quelques taupes, sensibles au chagrin silencieux de Tori, vinrent jeter un œil dans son alvéole. Ils gardèrent leurs distances, estimant qu’elle préférerait la solitude pour le moment, et restèrent aux aguets à l’entrée de l’alvéole, scrutant de leurs petits yeux hallucinés celle où se reposait Kora. Elles n’étaient manifestement pas agressives mais semblaient clairement plus tendues que précédemment. Quelque part, Kora et ces taupes avaient quelque chose en commun : On a dans les deux cas des êtres mignons, mais amplement capable de se défendre dans le cas où ils se retrouveraient acculés. Restait à ne pas faire d’écart et à ne pas voir le mal en toute chose osant se mouvoir. Sans quoi, on finit par se retrouver en proie à la plus froide des solitudes.




Dernière édition par Tori Hanekaijin le Mar 19 Juin - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Mar 19 Juin - 2:34

Il y a quelque chose dans sa réaction qui me fait sentir mal. Lorsque je la vois quitter la pièce en laissant sa phrase, j’ai l’impression que ses mots me transpercent la poitrine comme un couteau et ça fait franchement plus mal qu’une lame. Je reste recroquevillée en boule à remuer dans ma tête ses dernières paroles. Je n’ose pas accorder ma confiance à qui j’ai tourné le dos, c’est vrai. Depuis la mort de mon équipier, je me méfie de tout le monde, même si ça n’en a pas l’air sur le coup. Puis… elle m’a fait peur… J’ai réagis peut-être trop vite, c’est vrai… Mais je n’aime pas les blagues de ce genre. Je me retourne dans tous les sens. Finalement, je n’arrive pas à trouver le sommeil avec tout ça. Alors je me redresse d’un bond sur les genoux en grognant. Quelle idée j’ai eu. Elle m’a aidée, m’a fait plaisir en m’amenant ici et c’est ainsi que je la remercie… Je voudrais bien me donner une claque au visage. Immobile, je reste pensive un long moment, à ne pas savoir comment réparer ma gaffe. Puis je finis par me lever pour faire les cent pas, je sens quelques taupes m’observer un peu intriguée… peut-être même méfiante qui sait… je le serais sûrement à leur place. Dès l’Académie on nous apprend à ne croire en personne d’étranger et qu’il faudra souvent tuer pour notre survie… Ces enseignements m’ont-ils rendu si méfiante et agressive ? Mon frère a perdu la vie pour avoir cru en la mauvaise personne… mon équipier a trouver la mort, car nous avions tous cru en les paroles de notre faux informateurs… Non… ce n’est pas l’école qui m’a rendu ainsi… mais mes épreuves.

Je quitte finalement la pièce d’un pas timide et silencieux. Je dois me faire pardonner auprès de Tori… Je l’ai trop mal jugée. Tout du moins, je l’espère fort… Il y a toujours une incertitude au fond de moi… Une certaine paranoïa voire que tout le monde tente de me manipuler avec de belles paroles. Je ne peux pas faire entièrement confiance à quelqu’un, je ne peux pas… C’est plus fort que moi… Mais je peux faire un petit effort… qu’un petit effort pour démontrer le contraire. J’entre finalement dans la pièce où la kunoichi s’est étendue. En position assise contre la paroi, elle semble s’être endormie. Je reste là, pantoise, à sembler attendre un miracle qui ne viendra pas. Je l’observe sans un mot, mes jambes incapables de franchir le seuil de l’entrée. Puis comme animée par une énergie extérieure que la mienne, je m’avance, d’une démarche plutôt coincée et automatique. J’essaie de ne pas faire de bruits pour ne pas la réveiller ou lui faire peur. Arrivée à côté d’elle, je pose délicatement ma main contre son bras. Et lui chuchote tout bas :

« Excuses-moi… Je… je voulais pas… te faire… de peine… »

Je suis incapable d’en dire plus et mon regard s’abaisse. Des larmes ont perlées à mes yeux et coulent le long de mes joues. Je ne suis pas capable de ne pas pleurer dans ce genre de situations. Ça m’énerve d’autant plus. Alors je me contente de rester silencieuse, les épaules secouées par quelques sanglots que je m’efforce de garder silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Mar 19 Juin - 22:23

Manque et Compensation


Au repos, le temps devient une notion plus que relative pour un ninja. Si sa conscience du temps qui passe s'obscurcit, il demeure un être alerte en dépit du sommeil le berçant. Ses sens continuent leur travail préventif avec une efficacité que nul individu lambda ne saurait soupçonner. La collecte d'informations se fait plus limitée, mais leur perception, elle, ne faiblit pas. Ainsi, ressentir l'approche d'un individu n'était pas bien difficile, mais savoir s'il représente ou non une menace est une autre paire de manches. L'intrusion de Kora dans l'alvéole fut ainsi, en toute logique, immédiatement ressentie par Tori. Si celle-ci ne pouvait se tromper sur l'identité de sa visiteuse, elle ne sut interpréter ses intentions. Évidemment, son esprit paranoïaque et attristé ne put figurer que le pire : Kora venait finir ce qu'elle avait songé faire tout à l'heure.

C'est avec appréhension que Tori sentit la petite approcher tout doucement, à pas de loup. Cette discrétion semblait confirmer les craintes de la kunoichi d'Iwa, sa consoeur semblait vouloir l'assassiner dans son sommeil. Mais elle préféra attendre, concentrer son chakra dans son poing et le faire déferler au dernier moment pour asséner un coup vif et mortel à la petite. Si, comme elle l'espérait, l'écart d'expérience entre elles était suffisant, elle mourrait sur le coup, sans souffrance. Kora était désormais à sa portée, tandis qu'une puissante chaleur gagnait les veines de la main droite de Tori, prête à s'enflammer. Mais ce fut une autre chaleur qui déferla en Tori, qui la frappa en plein coeur quand Kora eut effleuré son bras en implorant son pardon. Savait-elle que Tori était consciente ? Peut être que la jeune ninja de Kumo s'en doutait, mais elle semblait vouloir donner bénéfice au doute. Car Tori perçut ses sanglots discrets, et malgré sa rétention, Kora ne put contenir tout son afflux de larmes, si bien que quelques unes coulèrent sur la peau de Tori. C'en était trop pour cette dernière. Elle releva la tête vers Kora, et lui adressa un sourire soulagé, un sourire qui semblait la remercier d'avoir pris la peine de venir la voir alors que c'était elle qui s'en était allée. La kunoichi d'Iwa agrippa alors la main de Kora, et la tira doucement contre elle avant de l'enserrer de ses bras. Elle se laissait à cette étrange tendresse qu'elle éprouvait pour la petite Kora, le reflux d'un instinct maternelle qu'elle n'aurait jamais cru posséder un jour, cette simple envie de protéger et de rassurer plus petit que soi. Elle caressa doucement les cheveux bouclés de sa consoeur tout en lui parlant gentiment, d'une voix calme et posée.


- Ce n'est pas grave, Kora. Tu es encore jeune, tu as bien le droit à l'erreur... contrairement à moi.

elle déposa un petit baiser sur la tête de la petite avant de pousser un profond soupir, et de se laisser aller à un certain repentir, en songeant à son sombre passé et à l'éducation qu'elle n'avait pas eu.

- Je suis quelqu'un de contradictoire. D'un coté, je t'associais à une image de pureté parfaite, à cause de ton âge. Et de l'autre, je me permets de blaguer sur des sujets graves, sensibles.

Tori instaura une pause dans son explication, se questionnant elle-même sur la nécessité d'en dire davantage à son sujet. Mais au fond d'elle même, elle en éprouva le besoin, le besoin de vider un peu son sac et de tirer le masque impitoyable de ninja vétéran d'Iwa qu'elle se devait de garder le plus souvent. Par peur d'être jugé, d'être perçu comme un être faible à abattre, ce fut le seul apprentissage qu'elle eut tiré de ses jeunes jours.

- Tu sais Kora... j'ai passé trois ans de ma v-... non... j'ai perdu trois ans de ma vie à cause de l'égoïsme des doyens du clan auquel j'appartenais. À peine ai-je su marché que je devais savoir courir, que le danger et la mort me guetterait en toute circonstance. J'ai horriblement souffert, physiquement en mentalement... si bien que j'en ai été traumatisé pendant des années.

En évoquant ces douloureux souvenirs, Tori sentit une vive souffrance la frappait dans le dos. Une partie de son corps qui avait subi les pires affres de sa vie, pour au final se voir marqué d'une longue cicatrice infligé par Kisame, l'épéiste déchu de l'Akatsuki. Cette blessure avait bien guéri, mais parler de ces vieux démons semblaient réveiller un mal latent qui arracha une grimace à Tori. En dehors de cette brève expression faciale, la kunoichi d'Iwa tâcha de ne pas laisser transparaître davantage son tourment.

- Je... je crois que ce qui m'a sauvé, c'est d'avoir toujours ironisé sur l'absurdité de la violence qu'on m'a fait subir. Et de façon globale, sur la bêtise sur laquelle est bâtie le monde shinobi. Nous nous sommes longtemps entretués entre villages pour des motifs frivoles, pour l'appât avide d'un gain que nous récupérions maculés du sang de nos frère. Je vois ça avec humour, c'est immature, mais je n'ai trouvé que ça pour avancer.

Tori poussa un autre soupir en resserrant un peu plus sa douce étreinte sur Kora, elle trouvait un certain réconfort à donner un peu d'amour, simplement parce qu'elle ne croyait plus en être capable.

- Je suis désolée de t'avoir parlé ainsi. Et puis... à m'entendre, on croirait que tu es une gamine alors que nous n'avons que quelques années de différence. Tu es loin d'avoir besoin d'être protégée. Je ne sais pas ce qui me prend.


Elle esquissa un sourire tendre vaguement assumé à l'égard de Kora, et usa finalement un peu de son chakra gagner Kora d'une façon plutôt inattendue. Son chakra Katon n'avait là aucune vocation destructrice, elle le rejetait sereinement pour bercer Kora avec une douce chaleur. Un chakra profondément doux et apaisant, une façon bien étrange d'utiliser inconsciemment ses capacités en ninjutsu. Tori embrassa doucement le front de Kora et la cala délicatement contre elle. À partir de la, la ninja d'Iwa resta silencieuse, à câliner sa consoeur fatiguée de Kumo. Elle resta ainsi un moment à veiller sur elle, jusqu'à ce que le sommeil les gagne toutes les deux, les enveloppant d'un doux drap de sable de rêve. Sous le regard attendri des taupes qui continuèrent de veiller, fidèles au poste, sur leurs deux invitées.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora] Jeu 21 Juin - 16:49

Elle me fait penser à mon frère... oui... C’est exactement ça… Il aurait réagis de la même manière. Il croyait que tous êtres petits et fragiles avaient besoin de protection, il croyait qu’ils étaient innocents et sans défense. Il le croyait aussi avec moi. Et je l’étais. Je l’étais à ce moment… mais plus maintenant. Lorsqu’elle me prend dans ses bras, j’ai l’impression que l’image se superpose entre elle et lui. Ils ont tous deux eut une enfance difficile. Ils ont tous deux dû faire face au monde shinobi très jeune, apprendre à survivre alors qu’ils marchaient à peine. Grâce à lui je n’ai pas connu cela, enfin, pas mes premières années. Il m’a préparée un peu plus qu’il ne l’était, même si au fond, aucun enseignement n’est suffisant pour nous permettre d’affronter les horreurs de la vie de ninja… Surtout en pleine guerre. Je suis trop jeune pour ça, mais je sais que je n’ai pas le choix. Que je dois le faire pour mon village, pour tous ceux qui ne peuvent pas se défendre, pour ma famille, mes petits frères et sœurs. Je sens chez Tori une douleur étrange qui la pousse à se tende un peu. Alors je la sers fort, comme je le faisais avec mon ainé quand je voulais le consoler de ses peines. À force des batailles m’avait-il un jour dit, on finit par ne plus savoir comme aimer et comment exprimer ses sentiments. On devient insensible aux choses sur lesquelles on ne devrait pas et on arrive à tuer sans même broncher. Car il le faut pour notre survie et celle de nos coéquipiers.

« Tu me fais penser à mon frère… »

Je dis cela sans la regarder, les yeux bercer dans le vide. Mon regard s’embrouille malgré moi, penser à mon frère m’est un peu toujours douloureux. Il est parti si rapidement, je n’ai même pas eu le temps de lui dire au revoir… Il s’en est allé un jour, loin de la maison et n’en est jamais revenu. Ce ne fut qu’une enveloppe charnelle, dépourvue d’âme et de vie, qui est revenu ce jour-là à Kumo. Ce n’était pas lui. Qu’un corps inerte. Je ferme doucement les yeux, ce n’est pas le temps de penser à ce genre de choses. La vie est trop courte pour s’attarder sur ses souffrances, je l’ai appris d’une manière un peu trop abrupte, mais maintenant je le sais, c’est l’essentiel.

« Quand il est parti, c’est moi qui ait dû prendre soin de mes frères et sœurs. J’avais huit ans. Mon père n’a jamais vraiment été là… Et ma mère ne s’est jamais remise de son départ… Alors c’est qui ait du prendre en charge ma famille… C’est comme ça depuis ce temps là… »

C’est sorti tout seul. Je ne sais pas pourquoi je lui ai dit ça. Peut-être en avais-je besoin au fond. Je ne l’ai jamais dit à personne. C’est sans doute pour ça que ça me pèse autant sur le cœur. Je ne m’étais jamais rendue compte que de parler pouvait faire autant de bien. Moi qui aie l’habitude d’être silencieuse et d’écouter… Je parle plus qu’à la normale, même si ça ne semble pas beaucoup. Je me laisse bercer par Tori, sa douce chaleur m’apaisant. Il y a longtemps que ma mère ne m’a pas prise ainsi. Alors doucement, mes paupières se ferment et je m’endors d’un sommeil lourd contre elle. Il y a longtemps que je ne me suis pas sentie aussi bien dans les bras de quelqu’un. Aussi bien au point de m’endormir contre cette dite personne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora]

Revenir en haut Aller en bas

Terre, Feu, et Tempête. [PV : Kora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Guide]: Clefs des Tempêtes » Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février » tremblement de terre haiti » Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé] » Un temple sous terre [PV Kusari]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays de la foudre+ :: Les montagnes :: La forêt -