AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

Rencontre Hasardeuse [PV : Seika Ayako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité


MessageSujet: Rencontre Hasardeuse [PV : Seika Ayako] Sam 2 Juin - 9:19

















La réalité est une illusion ? Alors, ce que je vis aujourd'hui n'est en faite qu'une pure invention ? C'est un peu gros comme façon de voir les choses. C'est comme dire que manger c'est boire, ça n'a aucun sens. Maintenant que j'y pense, j'aurais dû le dire à mon Sensai lorsqu'il m'a fait part de cette doctrine, mais le connaissant, il m'aurait donné une bonne correction après ce qu'il appelait être un « affront ». Cette intransigeance m'a éduquée tout le long de mon enfance et je lui remercie encore pour tout ce qu'il a fait. Sans lui, je n'aurais pas été celui que je suis. Mon Ranton n'aurait pas été si facile à dompter, déjà qu'il ne l'a pas été.

Sous une déferlante de gouttes d'eau assez chaudes qui martelaient les feuillages, se trouvait un homme en train de méditer. Cet homme n'était autre que moi. J'avais besoin d'évacuer le stress, de me relaxer, de faire le vide. Voilà tout juste 19 ans que le monde était plongé dans une paix incertaine. Pendant 19 années, les nations s'entendaient plus ou moins bien. Dans le monde où nous vivons, 19 ans de paix, c'est plutôt faible, mais les conflits qu'il y a aujourd'hui dans notre monde et les différents incidents montrent que nous sommes aux portes de la guerre. C'est pourquoi une période de réflexion s'impose. On nomme ainsi cette période : « le calme avant la tempête ». Je me levai alors du rocher où j'étais assis avant de m'étirer. J'essayai d'enlever l'eau de mes cheveux et de mon visage, mais en vain. Je continuais alors mon périple et je m'enfonçais dans les bois.

Cette pluie était le symbole de la tristesse et de la souffrance du monde. Il ne faut pas être très intelligent pour comprendre qu'il va se passer quelque chose. Je continuai mon périple à la recherche de ce quelque chose que je pensai trouver dans les environs. J'avais l'intime conviction que quelque chose m'attendait là-bas au loin. J'ai profité de ce moment pour établir une stratégie basée sur les prouesses de l'autre gamin Uchiha, immature. Il a pu résister au Nintaijutsu du boss donc une stratégie des plus précise s'impose. Et ce mystérieux chef de l'Akatsuki dont on ne connaît quasiment rien sur ses capacités...

Il fallait que je me ressaisisse. Les nations sont mobilisées et peu importe les moyens, nous gagnerons cette guerre. Espérons que ce moment ne m'a pas plongé dans une mégalomanie sévère. Je sentis la présence de quelqu'un, je fis un saut sur une branche afin de me cacher derrière le gros tronc d'arbre et par conséquent, éviter que cette personne me voie. Je regardai fixement l'étrange femme qui marchait comme si de rien n'était. Je fis alors un bond pour atterrir devant la femme de façon à lui faire comprendre que si elle voulait passer, ce sera par-dessus mon corps. Je ne l'avais jamais vu et je n'avais pas l'intention de laisser cette inconnue faire un pas de plus. J'avais, dans un coin de ma tête, l'idée que cette rencontre pouvait m'être bénéfique.

    "Qui es-tu et que fais-tu là ?"


J'avais donc raison. Quelque chose allait m'arriver si je continuai mon périple. Comme quoi, les prémonitions et les capacités de perception instinctives d'un Shinobi aguerri sont des capacités substantielles. Une rencontre hasardeuse entre deux personnes de sexe opposée, sur quoi va-t-elle déboucher ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre Hasardeuse [PV : Seika Ayako] Jeu 7 Juin - 12:23

Dans mon sommeil, je serrais Ryouki dans mes bras. C’était des bras qui me réconfortaient, me protégeaient, éloignant alors tout cauchemars que je subissais depuis plusieurs jours déjà. Je me sentais bien, mieux… Mais cela ne m’empêchait pas de repenser à ce qu’il m’avait révélé au sujet de mon père, aux circonstances réelles de sa perte. Je ne le remercierais jamais assez pour avoir eu la gentillesse de venir à ma rencontre pour m’informer de cette nouvelle. Je le devais aussi à ma petite sœur, Sayuri. A Yuki, elle avait pu avoir accès aux archives du pays, tombant par hasard sur des documents secrets concernant notre père. Entre nous deux, j’étais celle qui avait le plus souffert de cette perte. J’étais certes très jeune à l’époque mais je m’en souvenais très bien. Petite Sœur, elle, n’était qu’un nourrisson – elle ne l’avait jamais connue, malheureusement. J’eus alors l’envie soudaine de venir me recueillir à la tombe de mon géniteur. Mais je ne pouvais me permettre de quitter Kumo ainsi, sauf si j’en demandais la permission. Mais je savais d’hors et déjà qu’elle me serait refusée. Il suffisait alors que j’arrive à obtenir une mission sur ces terres, le pays de la neige.

Au petit matin, lorsque les rayons de soleil perçaient à travers les rideaux de la fenêtre, Ryouki se redressait pour m’observer. Les yeux demis-ouvert, je l’observais avec un faible sourire sur le visage. Seul lui pouvait comprendre mon ressentit. Seul lui était apte à me réconforter et à me soutenir. J’avais réclamé sa présence il y a quelque temps de cela. Je ne savais même plus depuis quand. Quand je lui posais la question, il m’avouait qu’il était la depuis plus d’une semaine. Je le retenais alors qu’il avait d’autres obligations et j’en étais certaine bien qu’il le niait. Il me confiait être mieux ici que n’importe où, juste avec moi. Je rougissais, repensant à ce baiser qu’il m’avait donné lors de notre rencontre. J’avais fait mine d’oublier pour ne pas remettre cette situation sur le tapis. J’avais été surprise mais aussi gêné que je ne n’avais su comment réagir face à cette révélation. Heureusement, il n’avait pas pris la peine d’y refaire allusion. L’avais-je blessé ? Ryouki était juste un ami, un confident… Un frère. Rien de plus. Depuis mon enfance, après s’être battu violemment dans la neige, il était comme tel.

Je me sentais mieux depuis la nouvelle concernant le décès de mon père. Je reprenais goût à la vie, mangeant de nouveau, faisant l’effort de prendre une douche chaque matin. Ryouki se sentait rassuré. J’avais la crainte de sa disparition, qu’il reparte à Yuki. Tôt ou tard, c’est ce qui arriverait. Et aujourd’hui, l’heure de son départ avait sonné. Kumo n’était même pas au courant de sa présence, pensant tous qu’il était repartit après avoir remis les documents – but de sa mission. Au moment de quitter mon appartement – la première fois depuis plus d’une semaine donc – il se transforma en civil grâce à un henge. Je l’accompagnais alors dans les rues du village après avoir revêtit mes vêtements habituels, sans oublier mon bandeau autour de ma taille et mes deux armes. Nous ne portions aucune attention à la pluie qui tombait. Rapidement, mes longs cheveux verts se collaient contre mon dos, totalement humide. A la lisière de la forêt, je m’arrêtais, attrapant son bras pour le retenir. Mes yeux fixaient les siens avec intensité. Ils lui clamaient de ne pas partir, de rester ici, avec moi. Comme réponse, j’eus le droit à un sourire et une caresse tendre sur la joue.

« Promet moi de prendre soin de toi. »

J’hochais la tête, retenant des larmes. Je m’étais promis de ne plus en verser. Mais là, il s’agissait de Ryouki. J’ouvrais la bouche mais n’avait rien à répondre … Lui aussi devait prendre soin de lui mais aussi de ma mère et de ma sœur. Je savais qu’il veillait sur elles, ce n’était qu’un prétexte pour le retenir, encore un petit peu. Et, au bout de quelques minutes, je l’observais s’éloigner dans les branches des arbres. Je soupirais, las. Allais-je survivre sans lui ? Je ne devais pas me démoraliser et garder le peu de goût à la vie que j’avais réussi à obtenir durant son séjour. Je pensais, à n’importe quoi, évitant soigneusement l’image de mon père. Je ne devais plus y penser, pas pour le moment. La cure avait commencé, je devais la poursuivre. Plus tard, je me concentrerai sur un moyen de me venger. Ou plutôt, de LE venger.

Je serrais le poing et pivotais d’un coup pour rebrousser chemin et regagner mon appartement. Peut-être devais-je rendre visite au Kage pour lui réclamer une mission. Quelque chose où je pouvais réellement me concentrer, qui me permettrait d’oublier. La pluie se déversait de moins en moins, les nuages gris étant chassés par le vent des montagnes. J’espérais alors que Ryouki puisse rentrer sans encombre dans mon village natal, notre village. Je souriais : comment pouvais-je me permettre de douter de ses capacités ? Je m’arrêtais alors un instant et me concentrait. Je tentai de le localiser grâce à mes capacités sensorielles pour être certaine que tout allait bien… Mais il était déjà trop loin, mes capacités avaient une limite, une portée de cinq cents mètres environs. Et soudain, mes capacités de sensorielles me faisait ressentir la présence d’une autre personne assez proche de moi. Je commençais à me concentrer d’avantage pour localiser sa position, en vain. Tout ce que je savais, c’était qu’il ou elle se tenait à quelques mètres à peine. Je retrouvais mon sérieux et laisser s’échapper toutes autres pensées pour que je puisse rester concentrée. J’avançais alors droit devant d’un pas sûr. Peut-être pouvais-je regagner le village sans qu’il ou elle vienne me déranger ?

« Qui es-tu et que fais-tu là ? »

J’eu alors un mouvement de recul lorsqu’il avait bondit d’un coup devant moi. Un jeune homme se dressait devant moi, le teint foncé et les cheveux clairs en parfait contraste. Ma main se posait alors sur le manche de mon Katana, comme l’instinct de survie me le dictait. Il ne semblait pas vouloir me laisser continuer ce qui devenait plutôt fâcheux. Pourquoi m’empêcherait-on de regagner mon village ? Etait-il un ami ou un ennemi ? Un allié ou un Nukenin ? Mais en m’attardant sur ses traits, je me rendais compte qu’il s’agissait d’un des Shinobi les plus puissants de Kumo : Darui. Aussitôt, la main qui était sur le manche de mon Katana regagnait ma hanche pour y dégager le foulard rouge autour et lui prouver que nous étions du même village. Je n’avais plus rien a craindre maintenant que je savais qu’il s’agissait d’un allié, et du même village en plus. Je le fixais droit dans les yeux et daignais enfin à répondre au bout de quelques secondes qui paraissaient être de longues minutes.

« Est-ce dans vos habitudes de surprendre ainsi les gens, Darui ? »

Que devais-je lui répondre ? Lui révéler mon identité ne me posait absolument pas de problème, d’autant plus qu’il devait plus ou moins me connaître. Nous étions du même village, bien que je n’avais été « adopté » par Kumo il n’y a que quelques années déjà. Deux ans, tout au plus d’après mes souvenirs. Et encore, j’en étais pas totalement certaine. Par contre, c’est la deuxième question qui me posait problème. Ce que je faisais ici ? La réponse était simple mais moins évidente à avouer : je raccompagnais un ami cher à la lisière de la forêt pour que celui-ci regagne Yuki sans encombre et sans que les autorités de Kumo s’aperçoivent qu’il avait en réalité séjourné plus de temps qu’il ne lui avait été accorder. Que devais-je faire ? Nier ou dire ce qui était vrai ?

« Au cas où vous ne me reconnaissiez pas – ce que je peux comprendre sois dit en passant – je me nomme Ayako. Seika Ayako. » Je laissais une fois de plus le silence régner en maître quelques secondes pour reprendre. « Je suis venue me… détendre un peu dans la forêt. Je crois en avoir besoin. »

J’avais finalement opté pour le mensonge. Non seulement pour me protéger mais aussi protéger Ryouki.
Revenir en haut Aller en bas

Rencontre Hasardeuse [PV : Seika Ayako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Validée]Fiche Technique de Seika. » Ah, les enfants ! [Pv Malagan Seika & Inaku Seika] » [Flashback Ayako: Episode 3 / Une famille soudée] » Maîtresse de la Foudre Seika Arashi » Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays de la foudre+ :: Les montagnes :: La forêt -