AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez |

Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Tenten
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21
Localisation : Entre deux mondes

Profil Ninja
XP:
0/600  (0/600)
Rang: C
Ryos: 50
MessageSujet: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Dim 20 Jan - 20:10



Les hôpitaux, c'est tout simplement déprimant



Lâchant un soupir des plus las, deux lèvres qui se pincent sous le dégoût, un mauvais résidus d'odeur de médicament empoisonnant son oxygène, Tenten rouvrit ses paupières, que de couleurs fades autour d'elle. Même à Suna, les hôpitaux revêtissaient un habit terne et maussade, clamant tout le mal qui pouvait se produire en ces murs d'apparence froide et impassible. En comptant de telles ressemblances entre ce lieu et son coéquipier, la kunoichi, sourire aux lèvres, se demanda pour quelle raison Neji ne passait-il pas plus de temps ici. Son amusement lisible, et le constatant, la brune se ressaisit pour ne pas paraitre stupide, sa bouche redevint droite. L'état de Kakashi ne possédait absolument rien d'amusant.

Droit devant elle, son regard se vissa. Un ciel bleu, traversé de pauvres nuages, cherchant à se montrer entre les diverses formations architecturales de Suna, alors qu'une ombre opaque et sans contenance décelable flottait à sa surface. La mort, affreux démon, lui que Tenten meurtrissait du regard, les esquisses de ses yeux demeurant pourtant parfaites, insaisissables, à l'insu de son âme qui, elle, hurlait toute sa rage. Il avait été cruel, le Dieu qui les veillait tous les soirs, d'avoir permis un tel acte de s'accomplir, de n'avoir réagi lorsque cet homme eut fait main basse sur le Kazekage, tout en sachant que ce ne serait lui qui mourrait quelques heures plus tard. Nouveau soupir. L'important fut que la décision de Chiyo de Suna soit comprise de tous et qu'elle n'ait causé aucun tort irréparable.

La fenêtre se dénua soudain de toute attractivité. La chûnin observa Lee à sa gauche, le vide en face d'elle, après que Gai lui ait laissé sa place, et Neji situé un peu plus loin et dont le calme faisait contrepoids à la suractivité des autres, Naruto et leur coéquipier au justaucorps vert animés par une bruyante conversation sur les manchots. Etrange sujet de conversation, effectivement, et dont personne, même pas eux, n'aurait su définir la source. Ces deux-là manquaient cruellement de logique et c'était peut-être grâce à ces ressemblances qu'ils entretenaient de bonnes relations au dépit de leurs quelques années de séparation.

Naruto de retour à Konoha… que cela engendrerait-il encore, d'autant plus que visiblement l'Akatsuki commençait à activement chasser le démon ? Rien de très bien rassurant pour la situation de leur village, mais Tenten y reposait toute sa confiance et ne craignait pas les prochaines répercutions qu'aurait le retour de l'hôte du renard à neuf queues sur Konoha. Et puis, le genin qu'il était encore paraissait avoir mûri durant son voyage aux côtés du dénommé Jiraya, il avait donc plus que probablement conscience de la situation et du comportement à adopter en conséquence.

Enfin, la kunoichi osait surtout encore l'espérer. Cet énergumène restait, quoi qu'il advienne, aussi imprévisible que Lee. Et ô combien Lee pouvait se montrer impondérable dans ses grands jours… la brune était bien placée pour le savoir.

Troisième et dernier soupir qui la convainquit à s'expier de cette pièce dont l'ambiance commençait à sérieusement lui peser. Attendre, encore et encore… Non que Tenten n'était pas pourvue d'une quelque patience, au contraire ! Il en fallait énormément pour survivre dans une équipe aussi hyperactive que la sienne ! Toutefois, ça plus ça plus encore ça, cela résultait à trop, l'oxygène commençait à lui manquer, et ce fut pour ne pas imploser et donner plus de travail aux femmes d'entretien que la kunoichi prit la décision de s'éclipser, ce geste interrompant mystérieusement l'enthousiasme de Lee engagée sur Naruto.

"Tu n'attends pas avec nous, Tenten ?" s'éberlua son coéquipier qui s'exprimait d'une voix suffisamment forte que pour réveiller un sourd.

"Je vais m'aérer, Lee…" souffla la kunoichi en lui adressant un vague geste de la main, sa silhouette disparaissant déjà à travers les longues allées du couloir.

Quelque part, la jeune femme n'avait pas besoin de la confirmation d'un médecin pour savoir que l'état de Kakashi leur permettrait de reprendre la route pour Konoha dans un ou deux jours, au grand maximum. Le ninja copieur se rétablissait rapidement de ses quelques contusions, aussi rapidement, ou peut-être que non en y réfléchissant mieux, que Gai à la fin de son affrontement contre le faux Akakeu. De toute façon, à ses yeux, tant qu'un homme savait se tenir debout et esquisser trois pas sans tomber, celui-ci se trouvait en bonne santé. Kakashi ne présentait aucun mal persistant, alors pourquoi perdraient-ils leurs journées ici alors qu'en cas d'extrême besoin il pourrait être pris en charge par l'hôpital de Konoha ?

Ce fut ainsi, sans remords, que la chûnin passa le seuil du couloir sur tout son long vitré, les minces mais soutenus rayons du soleil tapant sur sa peau claire et luisant d'une surprenante couleur dorée. Il était rare que Tenten adopte une telle attitude, d'habitude elle était la première ravie à l'idée de quelques jours de repos, mais l'atmosphère lourde de Suna lui pesait, autant le soleil, le sable et cette récente mort qui avait été en quelque sorte provoquée par leur incapacité à agir plus vite; un horrible poids sur les épaules de la kunoichi qui s'était fait la promesse de remplir à bien ses missions quelles qu'elles étaient. Car même si le Kazekage était sain et sauf, le démon à une queue n'habitait plus son corps et une âme s'était égarée en route. Une satisfaction pour deux échecs. Le calcul n'aurait pu être plus simple.

Tenten considérait distraitement les différentes personnes qui arpentaient les différents couloirs qu'elle enchainait, les uns à la suite des autres. Un visage, un autre, toujours plus; ça y est, elle ne se souvenait plus du premier qu'elle avait toisé. La vie ne faisait décidément que courir.



©Naruto Sensou


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Yume Murakami
Chuunin de Suna
 Chuunin de Suna
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/01/2013

Profil Ninja
XP:
107/600  (107/600)
Rang: C
Ryos: 205
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Mar 22 Jan - 1:47


Le dessous d’un sauvetage

Yume avait promis aux enfants de son quartier qu’elle allait passer la journée entière avec eux et c’est ce qu’elle fit. Néanmoins, malgré qu’elle jouait et s’occupait de ceux qui la considérait comme une grande soeur, son esprit vagabondait vers l’hôpital où se situait probablement les ninjas du village caché du pays du feu. Bien entendu, elle fit de son mieux pour s’empêcher d’aller les rejoindre et prendre des nouvelles.

Les rires cristallins des enfants résonnaient dans les rues non loin de ce bâtiment où personne n’aimait se rendre. Cet endroit terne qui côtoyait autant la mort que la vie, le sang et les blessés. La chuunin pourchassait les enfants, jouant au chat et à la souris. Le simple fait de les entendre rire la rendait heureuse malgré tous les évènements qui venaient de se produire. Le monde des shinobis étaient un monde cruel, un monde où la rage et la rancune de leurs ancêtres rongeaient l’âme des nouvelles générations. Cette haine qui consumait le coeur de plusieurs shinobis pouvait emmener plusieurs d’entre eux à commettre des actes que Yume n’arrivait pas à comprendre. Elle souhaitait la paix dans ce monde, mais elle savait, elle n’était pas dupe, que cela n’allait pas être facile. Certes, elle n’est pas seule à vouloir voir ce rêve se réaliser, mais peu d’entre eux faisaient des actions pour régler ce problème.

Une main sur son dos la sortie de ses pensées et un sourire illumina son visage, chassant immédiatement les mauvaises pensées qui avait habité son esprit durant quelques secondes.

- C’est toi le chat !

La fillette était aussitôt partie en courant. La jeune femme ne pouvait plus se permettre de penser à tout ceci, pas tant que les enfants étaient présents à ses côtés. C’était eux qui lui donnaient la force de se battre. Ils étaient l’avenir du village. L’un des jeunes garçons passa tout près d’elle. Elle saisit sa chance et le poursuivit en direction de l’hôpital. Des éclats de rire se faisaient entendre derrière eux lorsque Yume réussit à attraper l’enfant qui n’aurait, d’une manière ou d’une autre, jamais réussit à lui échapper.

Soudain, son regard fut attiré vers les escaliers de l’hôpital. Une kunoichi sortait de l’immeuble. Elle l’observa attentivement et elle remarqua aussitôt le bandeau frontal avec le symbole de Konoha. Elle tenait l’enfant par les épaules tout en suivant du regard l’inconnue qui se passait à côté d’eux. Yume osa lui adresser la parole. Après tout, elle n’allait certainement pas lui faire quoique ce soit. Et puis, ce serait idiot de penser cela après ce que les ninjas de Konoha ont fait pour eux.

- Est-ce que votre ami va mieux ?

Yume ne pouvait pas s’empêcher d’être inquiète, mais pour quelle raison ? Elle ne connaissait aucun des shinobis de Konoha présent dans son village et pourtant... Il fallait croire qu’on ne pouvait pas l’empêcher de s’inquiéter, d’apprécier et de se lier d’amitié avec quelqu’un ne faisant pourtant pas parti de son village. Elle se pencha vers l’enfant qu’elle tenait par les épaules et lui demanda d’une voix douce et tendre d’aller rejoindre les autres jeunes de son âge qui semblaient l’attendre un peu plus loin. La jeune femme se redressa et sourit à la kunoichi.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Tenten
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21
Localisation : Entre deux mondes

Profil Ninja
XP:
0/600  (0/600)
Rang: C
Ryos: 50
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Mer 23 Jan - 13:42



La vie est un drôle de jeu



Une à une, elle descendit les marches qui la menaient hors de l'hôpital, la kunoichi apprêtant une main au-dessus de ses yeux cruellement agressés par les rayons en raie du soleil de Suna. Ces mêmes rayons qui, à peine une minute plus tard, se dissimulèrent derrière les constructions architecturales s'élevant au-dessus de sa tête, leur détenteur démontrant toute sa fourberie une fois le seuil du désert passé. Il paraissait considérablement plus sympathique sur les terres du pays du feu, plus clément au niveau de la chaleur en tout cas; comment les habitants de ce village faisaient-ils pour ne pas étouffer ?

L'écho des souliers contre le sol des couloirs fut remplacé par la musique si grisante de l'animation publique, les cris des enfants fusant de tous les coins de rue, certains d'entre eux passant à toute allure sous ses yeux émerveillés de jeune femme dont les souvenirs remontaient sous la forme d'une chaleur accueillante et… réconfortante, quelque part, dans ce corps constamment exposé au stress et à l'angoisse de ne plus voir l'aube poindre dans le ciel, car la vie est un drôle de jeu et que eux, shinobis que rien ne parait déstabiliser, s'en croient les maitres incontestés, jusqu'à qu'un joueur d'autant plus puissant les rattrape, les saisit au col et sonne la fin de la partie. Une partie sans espoir de revanche, sans suite, une seule. Alors autant s'y donner à cent pourcents, ne rien laisser au hasard, là se trouvait toute la mentalité de la chuunin, dont l'attention fut happée par une jeune femme à l'œil bleu et à l'œil vert.

Une très longue parure rose pâle se partageait le visage de celle qui l'observait, glissant tout le long de ses épaules pour se séparer en deux longs rideaux éparses et fins, l'un au-devant de son cœur, l'autre recouvrant son dos, et le vent, au milieu du tableau, en augmentant le désordre et expiant une fragrance douce et agréable à l'odorat. Le parfum du désert, du sable, que cette brise apportait. Une effluve qui embaumait la monotonie de la brune, tâche au milieu d'un décor exotique, étrangère, et peut-être était-ce pour cette raison que cette fille du désert la toisait de la sorte. Cette dernière tenait aux épaules un petit garçon. Un petit garçon qui ne semblait pas comprendre ce qui se produisait sous ses yeux, à l'exemple de Tenten qui tentait désespérément de décrypter les points d'interrogations qui flottaient tout autour de la fille du désert.

Celle-ci ouvrit soudain la bouche, lui demanda des nouvelles de Kakashi, sa curiosité sonnait comme l'inquiétude à l'oreille de la kunoichi de Konoha. Les nouvelles se répandaient encore plus vite en ces enceintes qu'en celles de son village, c'était tout simplement impressionnant. Cependant, ils ne revenaient pas de n'importe quelle mission, mais réellement du sauvetage du Kazekage en titre, la tête de ce village en quelque sorte, ce village dont autrefois il avait été tant détesté. Comme quoi, les situations pouvaient rapidement s'inverser, bien que quelques rancunes envers Gaara du désert pouvaient renaitre ou, encore, pouvaient avoir persisté. La confiance ne s'accorde pas à tout le monde, un détail que beaucoup ne cernaient pas autour d'elle, en particulier Lee, son ami féru d'entrainement. Un détail que cette kunoichi, elle l'espérait, avait compris.

Alors Tenten l'observa plus attentivement, la vit congédier le petit garçon dont les épaules furent libérées et lui sourire avec confiance. L'alliance entre leurs deux villages ne datait pas d'hier, mais les multiples querelles qui avaient régi leur passé ne pouvaient s'être perdues en seulement trois ans de temps. D'où, donc, ce sourire émanait ? Resplendissant. Amical. Et étonnamment la chuunin ne parvint à se retenir d'y répondre.

"Il parait en meilleure forme qu'hier, merci ! Il n'est pas sûr que nous partions demain, mais… après-demain, il sera probablement apte à reprendre la route." Ou probablement l'espérait-elle. L'enthousiasme constant de son mentor et de Lee devait déteindre sur sa personne avec le temps, car en creusant un peu plus profondément la question Kakashi avait usé d'une technique qui ne le remettrait pas sur pieds de si tôt.

"Je suis étonnée de voir des personnes se soucier de Kakashi-sensei, même une personne ! J'ignorais même que quelqu'un était au courant de son état, en vue des évènements plus graves qui ont succédé notre mission…"

Kankuro avait été empoisonné - bien qu'heureusement sauvé - avant leur départ, Gaara faillit y laisser la vie et devait-il seulement mentionner le prénom de la conseillère de Suna ? L'Akatsuki avait engendré grand nombre de dégâts, et ils ne furent pas aptes à tous y remédier.



©Naruto Sensou




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Yume Murakami
Chuunin de Suna
 Chuunin de Suna
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/01/2013

Profil Ninja
XP:
107/600  (107/600)
Rang: C
Ryos: 205
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Ven 25 Jan - 0:59


Le dessous d’un sauvetage

*Enfin une bonne nouvelle !* se disait intérieurement la jeune femme qui laissa un petit soupire de soulagement s'échapper de ses lèvres. Si cet homme allait bientôt se rétablir, cela la rendait heureuse. Un rire léger et quelque peu cristallin se mélangeait parmi les nombreux sons énergiques du village désertique. Yume trouvait l'affirmation de la brune amusante. Il était, certes, vrai que de nombreux autres évènements plus graves avaient succédé leur mission et c'était justement pour cela qu'elle prenait des nouvelles de ce shinobi. Ce n'est pas parce qu'ils viennent d'un autre village qu'il ne fallait pas s'inquiéter un temps soit peu pour eux. N'avait-ils donc pas sauver leur Kazekage ?

- Vous savez, je travaille de temps à autre à l'hôpital. Je me suis donc renseignée sur l'état de santé de... Kakashi-san, c'est cela ?

Elle plongea son regard profond dans celui de son interlocutrice avant de porter son regard vers la grande bâtisse qu'elle avait mentionné un peu plus tôt. Il fallait toujours qu'il y aie des blessés quoiqu'il arrive. Que cela soit une blessure grave ou une simple éraflure. Le monde dans lequel ils vivaient était un monde de brutes, de sauvages, de sang, de haine, de vengeance. L'homme était ainsi et on ne pouvait pas l'en empêcher. Certains perdent la raison en essayant de devenir plus raison ce qui fait souffrir bien des gens, bien des familles. Cette mission était comme les autres. Il y a eu des morts et des blessés. Des pertes, mais également des retrouvailles. Il était sain et sauf, c'est ce qui importait non ?

Se rendant compte qu'elle était perdue dans ses pensées encore une fois, ce fut cette fois-ci un rire nerveux qui sortit de ses lèvres. Yume glissa une main sur sa nuque sous sa longue chevelure rosée tout en observant la Konohajin.

- Voudriez-vous m'accompagner dans les rues de Suna ? Ce serait une occasion pour toutes les deux de faire plus ample connaissance et vous pourriez en profiter en même temps pour visiter le village. Qu'en dites-vous ? dit-elle d'une voix enthousiaste avec une flamme dans le regard. Cette même flamme qu'elle a lorsqu'elle rencontre un nouveau shinobi et qu'elle a l'occasion d'apprendre à mieux connaître cette nouvelle personne. Une flamme d'espoir et de joie. Ah ! J'oubliais ! Je me nomme Yume Murakami ! Mais vous pouvez m'appeler Yume. Un sourire vint compléter sa présentation qu'elle allait presque oublier.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Tenten
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21
Localisation : Entre deux mondes

Profil Ninja
XP:
0/600  (0/600)
Rang: C
Ryos: 50
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Ven 25 Jan - 10:15



Une fleur de joie



La Sunajin poussa un soupir plein de soulagement à ses paroles et Tenten s'en étonna. Cette jeune fille s'était-elle tant inquiétée pour le ninja copieur ? La réponse se pencha favorablement, à son prochain rire, sur un oui net et écrit en de belles lettres calligraphiées. Un oui aux boucles amples et gracieuses, fines et belles, tout ce que cette jeune fille lui inspirait lorsqu'elle posait les yeux sur elle.

Son interlocutrice dégageait une humeur si rayonnante qu'elle en devint presque contagieuse, la kunoichi se surprenant à effleurer l'amusement du bout des lèvres quand celle-ci exprima un rire claironnant tel le cristal lorsqu'on le faisait sonner. Un son clair, agréable à l'oreille, et qui s'atténuait au fil qu'il se prolongeait, jusqu'à complètement disparaitre, ne laissant plus qu'un long sourire sur le visage de la fille du désert. A toute évidence, sa dernière affirmation l'avait amusée. Pourtant, ses paroles ne détenaient aucune touche d'humour, ou en tout cas aucune voulue. Mais rien ne pourrait obscurcir ce teint radieux à toute évidence. Rien, sinon une mauvaise nouvelle. Une mauvaise nouvelle à laquelle s'était résolue apparemment la rose du désert dont les yeux s'enfonçaient dans la couleur claire de ses iris.

Elle lui dit travailler de temps à autre à l'hôpital dont elle avait franchi les portes. Tenten en déduisit automatiquement qu'elle était l'un de ces ninjas médecins qui complétaient leur formation au cœur des murs de ce lieu dont elle ne supportait ni le manteau ni l'oxygène. Au final, peut-être était-ce pour cette raison que jamais la maitresse d'armes ne parvint à maitriser l'art de l'iroujutsu. Qui aurait voulu d'une personne spécialisée dans cet art mais qui ne supportait pas de rester en compagnie des malades plus d'une minute ? Personne, autant à Konoha qu'ailleurs, son destin avait été scellé bien avant qu'elle se mette en tête l'idée de suivre les traces de son idole, leur respectable Hokage à ce jour, Tsunade Koichi. Et puis, se devait-elle de l'admettre, elle ne maitriserait jamais aussi précisément son chakra que Sakura Haruno ou encore Ino Yamanaka, deux des kunoichis les plus douées dans le domaine. La preuve n'était plus à donner, depuis que la rose de l'équipe 7 avait sauvé Kankuro no Sabaku d'une mort certaine, cruellement empoisonné par un membre de la Lune Rouge, un dénommé Akasuna no Sasori.

Mais Tenten se perdait dans les méandres de son esprit, des petites déceptions qui avaient composé sa vie, et elle en avait oublié les évènements présents. La kunoichi se rappela le mieux possible les paroles qu'avait réitérées son interlocutrice avant qu'elle ne s'enfonce dans ses pensées. Celle-ci avait mentionné le nom de Kakashi, le verbe se renseigner, et la brune fut presque certaine d'avoir entendu un petit accent sur le mot santé, qui dut probablement être précédé par le mot état. Une fois toutes les pièces en mains, il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour reformer la phrase mystère et pour en comprendre le sens, ainsi que le point d'interrogation qui flottait à sa conclusion. Alors Tenten sortit de sa torpeur pour acquiescer à sa question, oui il s'agissait effectivement de Kakashi, il s'appelait bien ainsi, pour irrémédiablement constater le retrait d'attention de la fille du désert. Visiblement, elle n'avait pas été la seule que l'envie d'évasion avait tentée, son interlocutrice en proie à des réflexions indéchiffrables, invisibles aux yeux de la Konohajin qui préféra attendre la fin de son état second.

Il fallut plus d'une minute de silence avant que cette fin ne soit atteinte. Une minute que la Sunajin excusa d'un geste purement nerveux, un réflexe que tous, une fois dans leur vie, avait effectué lorsqu'ils se trouvaient dans l'embarra, celui de passer une main dans leur nuque pour essuyer toute la gêne qui s'y était étendue. Un geste que la kunoichi observait avec amusement, tandis que la rose lui exprimait un rire chevrotant. Puis, ce dernier s'atténua, faisant place à un enthousiasme démarqué, illustré par un feu puissant naissant dans les pupilles de celle qui lui proposa, de suite, une visite guidée de la ville. Tenten, décontenancée par une audace qu'elle pourrait comparer à celle de son équipier jamais en manque d'énergie, observa tout d'abord ses mots d'un air incrédule, surprise au premier regard que la kunoichi médecin lui suggère de faire plus ample connaissance. Car, en effet, la maitresse d'armes fut étonnée de sa proposition, elle ignorait tout simplement sur quel genre de personne elle était tombée. Ce genre de personnes dont faisaient partie Naruto et Lee, et que la brune ne connaissait que trop bien, au risque d'un jour devenir comme elles et sauter dans tous les sens à l'alternative de rencontrer un nouveau visage. A présent, la brune pourrait ajouter le nom de cette jeune fille à la liste. Elle se présenta à elle sous le nom de Yume Murakami.

Tenten réprima un rire d'amusement lorsque celle-ci lui donna la permission de simplement l'interpeler par son prénom. Elle ignorait la manière dont les Sunajins s'appelaient entre eux, mais jamais une fois dans sa vie elle n'avait pensé à interpeler ses amis par leur nom de famille. C'était ridicule de son point de vue.

"Je serai ravie que tu me fasses visiter ta ville, Yume."

La kunoichi marqua une nouvelle fois son approbation par un petit signe de tête, répondant au passage au sourire que lui offrit la rose au regard bicolore.

"Et ne t'embarrasse pas du vouvoiement, je ne pense pas qu'une grande tranche d'âge nous sépare. Ah oui ! Je m'appelle Tenten." finit-elle sa présentation en posant une main sur ses hanches. "Heureuse de faire ta connaissance."

Ainsi, Tenten prêta le pas en direction de la fleur du désert, un éternel sourire fleurissant aux lèvres et ne paraissant faner à la lumière soutenue du soleil de Suna.

Celle-ci s'était de nouveau éclipsée.



©Naruto Sensou


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Yume Murakami
Chuunin de Suna
 Chuunin de Suna
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/01/2013

Profil Ninja
XP:
107/600  (107/600)
Rang: C
Ryos: 205
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Dim 10 Fév - 15:48


Le dessous d’un sauvetage

La tête légèrement penchée sur le côté, Yume observait la jeune brune. Il était vrai qu'elles devaient avoir à peu près de même âge. Et dire qu'elle la vouvoyait ! Elle se sentait quelque peu gênée, mais elle ne pouvait s'empêcher de rire.

- Oh ! Gomen ! J'ai tellement l'habitude de vouvoyez peu importe l'âge de mon interlocuteur. En tout cas, ravie de faire ta connaissance Tenten ! s’exclama-t-elle, un sourire radieux sur les lèvres. Allez, viens. Je vais te faire visiter notre merveilleux village. Mais avant, il faut que j’aille faire une petite course.

Elle avança doucement, heureuse que son interlocutrice aie accepté de la suivre. Bien rapidement, elles arrivèrent au centre du village, l’endroit le plus animé de Suna. Il y avait toute sorte de marchandises aux odeurs enivrantes et aux couleurs extravagantes. C’était un magnifique spectacle de voir tous ces gens réunis au même endroit. Lorsque la chunin repéra enfin l’échoppe qui l’intéressait, elle s’en approcha, jetant un petit coup d’oeil à côté d’elle pour si la Konohajin la suivait. L’échoppe en question possédait plusieurs types de papiers dont les tons multicolores allaient certainement plaire aux enfants. Yume en acheta plusieurs, essayant de prendre des couleurs variées. Elle remercia la dame avant de reprendre son chemin.

- Dis moi Tenten, as-tu déjà fait de l’origami ?

À ces mots, elle sortit une feuille de papier dans les tons de bleu ciel. Elle commença alors à faire une fleur simple, rien de bien compliqué.

- Étant donné qu’ici, nous sommes dans un pays désertique, nous ne possédons pas de fleurs. J’apprends aux enfants à faire des origamis comme celui-ci, dit-elle en lui tendant le lys. Mais pour certains d’entre eux, ces fleurs signifient autre chose qu’une simple fleur en papier. Pour eux, ils pourront faire comme les autres enfants des villages qui ont perdu un être cher : ils pourront y mettre une fleur sur leur tombe...

Un voile de tristesse traversa son regard bicolore alors qu’elle observait le ciel dont quelques nuages continuaient leur voyage sans se soucier de ce qui se passe sous eux. À vrai dire, la jeune femme ne faisait pas seulement tout ceci pour les enfants, cela lui permettait de passer du temps avec les enfants, mais elle aussi utilisait ses fleurs de papier pour les déposer sur les tombes de ses parents. Elle poussa un faible soupire qui se perdit parmi la cacophonie du marché.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Tenten
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21
Localisation : Entre deux mondes

Profil Ninja
XP:
0/600  (0/600)
Rang: C
Ryos: 50
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Lun 11 Fév - 11:29



Des choses qu'il vaut mieux oublier



La tête penchée de côté, Yume lui sourit, ravie en tout point de vue, malgré la légère confusion qui ornait ses joues. A l'entente de ses excuses, Tenten s'abstint de lui mentionner leur inutilité, la vouvoyer ne l'avait, après tout, blessée en rien, mais n'allait-elle lui réprimander sa politesse alors que d'autres en manquaient cruellement au sein de son village. Parfois, il est préférable de garder son avis pour soi, de le cacher, de le préserver des yeux des autres, égoïstement, pour ne pas nuire à leur humeur et à leur engouement. Et puis, la kunoichi ne se sentait pas l'envie d'ajouter quoi que ce soit afin de s'attarder sur le sujet des présentations, excuse inutile ou non, elle préféra répondre à son sourire et la suivre à travers les rues de son village. La Sunajin lui confia devoir effectuer quelques courses.

Ce fut ainsi, sans réticence, même accompagnée d'une curiosité croissante, que la chuunin suivit la chevelure rosâtre qui marchait devant elle à travers les différentes rues du village caché du sable. Les tons chauds de ces environs la dépaysaient un peu de ces teintes vertes auxquelles elle avait été accommodée durant son enfance, la sensation de chaleur pompant ses joues de sang, tandis qu'elle se contraignait à se satisfaire des ombres qui meublaient par endroit la petite monopole de Suna. A ce genre de dépaysement, la kunoichi s'adaptait plus ou moins bien quand elle partait en mission, contrainte la plupart du temps de s'y adapter au plus vite pour ne pas ralentir ses équipiers qui ne paraissaient différés par aucun temps. De parfaites machines de combat, inaltérables, indifférentes à la tempête ou à la canicule, traversant le désert plus vite que n'importe quel nomade et décelant une source d'énergie malheureusement inépuisable. Si Tenten ne se sentait de temps à autre comprise par Neji, qui sait où elle en serait à ce jour ? Peut-être morte de fatigue, quelque part, Dieu ne sait où, étendue sous un soleil de plomb ou sous une pluie virulente. La kunoichi avait pour intime certitude d'un jour céder aux entrainements et missions sélectionnées par son sensei. Toujours plus loin. Toujours plus pénible. Toujours plus rude. Et l'imagination du maitre ne possédait visiblement aucune limite quand il s'agissait d'ajouter quelques difficultés supplémentaires à leurs tâches. Néanmoins, à ce jour, en ces lieux, sous ces rayons, en compagnie de cette fille, Tenten ne possédait aucune raison de se plaindre ou de soupirer, l'adaptation au climat se faisait progressif, sans hâte, sans précipitation, et quel changement ! Une bouffée d'oxygène considérable.

Bientôt, les deux connaissances franchirent la frontière invisible qui marquait l'entrée dans la zone animée de Suna. La zone marchande, vivante, animée, où les voix fusent, se mélangent, forment une cacophonie, la seule qui parait juste à l'oreille, on s'y sentait revivre une deuxième fois ou, dans son cas, retomber en enfance. Embarquée dans le mouvement de la foule, interpelée par toute sorte d'odeur dont l'existence lui était méconnue jusqu'à lors, la Konohajin en oubliait de vérifier la présence de sa guide devant elle, tentant de tout voir à l'aide de quelques esquisses de la tête, d'œillades rapides, de légère inclinaisons de la tête, à l'exemple de la petite fille qu'elle avait été dans les immenses rues de Konoha à l'heure du marché. Tenten n'avait pas réellement changé depuis cette époque, sa curiosité toujours aussi insatiable et ses yeux pétillant d'une petite lueur enfantine à chaque nouveauté que rencontrait son regard. La chuunin en oubliait presque les raisons qui l'avaient menée jusqu'à ce village, dans quelles circonstances, et peut-être valait-il mieux ne pas s'en rappeler pour ne pas ternir sa joie. Un sourire rayonnait sur son visage, aussi éclatant et aussi intense que les rayons de l'astre qui réchauffait les vallées désertiques avoisinantes, mais, contrairement à celui-ci, peu de personnes y faisaient attention. Seuls quelques passants par ici et par là, qui la regardaient plus à cause de son bandeau frontal que son bonheur évident.

Après avoir perdu de vue sa guide une ou deux minutes - et suite à quelques secondes de recherche -, la kunoichi rejoignit au plus vite cette dernière au-devant d'une échoppe qui étalait sur sa table nombreux papiers de couleur. Bleu, vert, rouge, mauve, pas une ne manquait. Tenten s'étonna de voir sa consoeur du désert en acheter en grande quantité, qu'allait-elle donc faire de tant de papiers ? Les seuls qu'elle n'ait jamais utilisés dans sa voie en tant que shinobi étaient ces parchemins, grands et petits, qui contenaient tout son arsenal, et jamais elle n'aurait pensé voir un jour une kunoichi de son rang acheter autant de feuilles colorées pour un objectif quelconque. Mais cela, ce fut avant que sa consoeur ne lui révèle ses motivations quant à ces bouts de papier : elle n'allait pas s'en servir comme arme ou même pour quelque motivation shinobi, mais pour effectuer des origamis. Yume, alors qu'elles prêtaient à nouveau le pas dans la rue, se saisit de l'une des feuilles bleues qui composaient son achat et commença un pliage sous ses yeux en lui demandant si elle-même s'était déjà essayée à l'exercice. Quelques secondes de réflexion suffirent à la brune pour se souvenir des petites feuilles blanches qui terminaient leur vie dans la corbeille de son appartement et de la mine amusée de sa tante quand elle la voyait les assassiner aussi cruellement. A ce souvenir, Tenten sourit gauchement, massant sans comprendre pourquoi son bras gauche de sa main droite. Geste nerveux, à nouveau.

"J'ai essayé, quand j'étais plus jeune… mais je dois t'avouer que je n'étais pas très douée…"

Et pourtant, la chuunin s'avérait très agile de ses mains, maniant les armes de jet mieux que quiconque à Konoha. La confusion fit s'étendre ses doigts ainsi que la plupart des traits de son visage. C'est vrai qu'elle ne s'était plus essayée à cet exercice depuis ses sept ans.

La fleur de lys bleue entre les mains qui l'avaient fait naitre, Yume lui dit qu'en leurs contrées aucune fleur ne poussait et ne permettait d'orner la tombe des défunts. Une désolation, en particulier pour les enfants, auxquels la Sunajin apprenait à effectuer des pliages semblables afin qu'ils puissent se recueillir comme tous les enfants de ces parties du monde où la verdure était si abondante qu'ils pouvaient arracher l'herbe sans ressentir le moindre remord. Ils pourraient ainsi poser une fleur sur leur tombe, pour reprendre les mots de la rose. Le regard de celle-ci s'égara à hauteur du ciel, ses lèvres s'entrouvrirent, un soupir inaudible en sortit. Tenten l'observa, reporta son regard sur le lys de papier, se demanda à quand remontait sa dernière visite au cimetière. C'était trois fois par an, par le passé, qu'elle se rendait en compagnie de son père et de sa tante devant la tombe de sa mère afin de la décorer de son traditionnel bouquet. Tenten n'avait pas eu le temps de connaitre sa mère, celle-ci s'était livrée au combat trois mois après sa naissance, et était-ce sûrement pour cette raison que la jeune femme de dix-sept années aujourd'hui n'avait jamais fait preuve d'une grande féminité. Elle n'avait jamais eu de modèle pour la rendre à peu près féminine, sa tante un peu folle, son père ne s'étant jamais intéressé à d'autres femmes. Et si elle n'avait pas peur d'assumer son côté garçon manqué, la chuunin regrettait un peu, quelques fois, quand la pensée la traversait, de n'avoir jamais connu cette génitrice à laquelle elle ressemblait tant d'après sa tante. Son père, lui, ne disait rien de son vivant. A croire qu'il l'avait oubliée et que ce qu'ils avaient construit ensemble n'avait jamais existé. Son père n'était pas courageux, et c'est cette constatation qui instaura à son jeune corps son propre courage, afin que la petite fille ne devienne pas aussi indifférente que son géniteur lors des moments difficiles. Pourtant… depuis le décès de celui-ci… combien de fois avait-elle rendu visite à sa mère ? Peu. Trop peu. Autant de fois qu'elle avait pensé à décorer la tombe de son père et à rendre visite à celle de sa tante. Une fois par an, au plus, s'y rendait-elle pour allumer une ou deux mèches d'encens et pour prier. Quelque part, leur disparition la peinait et la kunoichi ne souhaitait pas que son sentiment se devine. Alors elle esquivait le lieu de repos des morts, esquivait ce diablotin qui lui rappelait sans cesse le manque de courage dont avait preuve son père de son vivant et dont elle avait hérité malgré ses efforts. Ce manque de courage face à la mort et à ses conséquences. Et dire qu'elle n'avait versé que quelques larmes à la disparition de son géniteur…

"C'est un beau geste…"

Si elle n'avait plus le courage d'affronter les esprits de sa famille, pourquoi condamner des enfants de bas âge à ne pas honorer la mémoire de ceux qu'ils ont perdus en les empêchant de décorer la tombe des défunts comme il se devait ? Même dame nature elle-même ne détenait pas ce droit. Certains de ces enfants avaient perdu leurs parents plus brutalement que n'importe quel shinobi ayant souffert dans sa vie, ou bien même un frère ou une sœur. Un ami parfois, cher et duquel on se voit mal se détacher. Simplement déposer une fleur sur son dernier lieu de repos aidait à progressivement lui dire au revoir, à accomplir son deuil et à rebâtir sa vie sur des bases neuves. Une fleur de papier pour remplacer toutes celles qui ne fleurissaient pas dans les alentours. Une idée ingénieuse et remplie de bon sens.

"Je suppose que cela doit énormément plaire aux enfants de ton village. Il est vrai qu'à Konoha nous n'avons pas ce genre d'ennuis."

Alors seulement quand elle se pencha sur la question, Tenten constata le voile de tristesse qui couvrait les iris de son interlocutrice. Elle ne l'avait réalisé auparavant, sa tristesse, et se questionna de suite sur son origine. Les bras ballants le long de son corps, les yeux écarquillés par l'étonnement qui lui fit entrouvrir la bouche, la kunoichi cligna des paupières et un sourire discret s'immisça sur ses lèvres.

"Je suppose que toi aussi tu utilises ces fleurs pour décorer la tombe de personnes qui te sont chères. Ils doivent t'en être reconnaissants, personnellement je n'aurais jamais eu cette idée si j'avais été native de ce pays. Je ne vois donc pas pourquoi tu t'attristes ainsi."

La brune redressa son buste à ces paroles, hésitant à s'étirer alors que la foule les étreignait, avant de se désister et de pousser un soupir de contentement quand un peu de lumière vint les arroser. Leur marche se poursuivait à bon rythme et l'esprit de la chuunin marchait à reculons.

"Si mon sensei m'a enseigné une seule morale importante depuis que je suis sous sa coupe" finit-elle en indiquant le chiffre un de son index. "c'est qu'à chaque chute, il faut se relever au plus vite et ne jamais jeter un coup d'œil vers l'arrière une fois remis debout, au risque de chuter à nouveau. Peut-être n'y insérait-il aucune leçon morale… mais ces simples mots m'ont permis de tirer mes propres conclusions quant à la vie : se remettre de ses déceptions et regarder toujours vers l'avenir, et avancer, encore et toujours."

Avancer jusqu'à se prendre un mur, ajouteraient certains, mais Tenten n'était pas du genre pessimiste. Si jamais un jour un mur osait se dresser sur son chemin, alors elle n'hésiterait pas à le pulvériser à coups d'explosifs.




©Naruto Sensou


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Yume Murakami
Chuunin de Suna
 Chuunin de Suna
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 13/01/2013

Profil Ninja
XP:
107/600  (107/600)
Rang: C
Ryos: 205
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Dim 17 Fév - 16:37


Le dessous d’un sauvetage

Le voile de tristesse qui recouvrait son regard à la simple pensée de ses parents ne lui empêcha pas pour autant de sourire même si ce sourire était discret. Tenten disait vrai. Les petits Sunajins étaient ravis de pouvoir faire ces fleurs. Et puis, cela permettait à Yume de passé un bon moment avec eux, elle qui les adorait tant. Elle se doutait que des fleurs de papier ne remplaceraient jamais les véritables fleurs dont leur douce odeur était agréable à sentir, mais c’était mieux que rien, n’est-ce pas ? Soudainement, elle sentit son interlocutrice l’observer un peu trop fixement comme si elle était devenue un animal de foire. La jeune femme la regarda à son tour. Il fallait croire que la Konohajin avait vu la tristesse qu’avait resenti Yume durant quelques instants et elle avait vu juste. Il n’y avait pas seulement les enfants qui déposaient des origamis floraux sur les tombes, elle le faisait également.

- J’ai seulement pensé aux êtres qui m’étaient chers durant un court instant, mais il est vrai que je n’ai aucune raison de m’attrister ainsi, répondit-elle avec un sourire plus joyeux.

La chunin glissa une main dans ses poches, évitant les quelques passants qui ne voulaient pas bouger à son passage. Elle écouta les dires de Tenten et elle en conclut qu’elle devait avoir un sensei plutôt sage. Cela lui rappelait son nindô qu’elle ne respectait pas toujours à vrai dire, mais tout le monde à le droit à un moment de faiblesse, non ?

- Quoiqu’il arrive, il ne faut jamais baisser les bras. Il faut toujours aller de l’avant, car le passé appartient au passé et on ne peut rien y faire, n’est-ce pas ? Mais parfois, on ne peut pas s’empêcher de penser au passé. Après tout, il n’y a pas que des mauvais moments !

*Parfois, je me dis que ce serait tellement plus simple si je fermais les yeux et que je me bouchais les oreilles pour être seule avec moi-même et tout oublier de mon passé...* Si seulement elle aurait été plus forte lorsqu’elle était jeune, elle ne se serait jamais fait ces cicatrices qui recouvrent ses poignets. Heureusement pour elle, peu de personnes connaissent cette histoire. Yume en a honte et ce n’est pas pour rien qu’elle porte toujours des gants qui recouvrent même ses poignets. Par réflexe, en y pensant, elle sortit sa main de sa poche et entoura le poignet de sa main gauche avec celle-ci.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite
Revenir en haut Aller en bas
Tenten
Chuunin de Konoha
Chuunin de Konoha
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21
Localisation : Entre deux mondes

Profil Ninja
XP:
0/600  (0/600)
Rang: C
Ryos: 50
MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume] Sam 23 Fév - 11:22



Ne pas se blesser



Les derniers mots de la kunoichi de Suna l'interpelèrent plus qu'elle ne l'aurait cru ultérieurement. Il était vrai que le passé n'était pas composé que de mauvais moments, que de bémols et d'instants d'ombre. Rien qu'un regard jeté aux nombreuses échoppes qui meublaient la rue suffisait à le lui rappeler, à la ramener à sa douce enfance et aux traits splendides de son passé. Petites escapades en ville. Parfum de fleurs, rires perdus. Feuillage humide et semblant danser à l'intervention du vent, avant d'être percé par une lame de soleil et d'être découvert de sa couverture d'ombre. Des après-midi et des après-midi d'amusement, de rêves et d'ambitions, abandonnés au soin de l'herbe et du ciel, décidément de fervents confidents.

Il y avait aussi tous ces bons moments passés entre amis, à rire, à se prendre la tête, bien qu'amusement dans ces cas-là soit souvent joint à cris d'exaspération et, par moments, grosse migraine. Combien de fois n'avait-elle pas eu envie de se délaisser au sommeil et de boycotter l'entrainement, quand l'aube transparaissait à travers les tentures de sa chambre et que la vision d'un sensei et d'un équipier surexcités la sortaient de sa tranquillité au saut du lit ? Tant qu'à force Tenten ne prenait plus la peine de se poser la question si oui ou non elle ferait mieux de rester dans le confort de ses draps et engageait, tout en maudissant sa mauvaise conscience, le pas en direction de sa penderie. Parce que, quoi qu'elle ait pu déclarer, quoi qu'elle ait pu leur reprocher - et Dieu savait que ces deux énergumènes en justaucorps vert la sortaient de ses gonds d'une manière ou d'une autre sept jours par semaine -, la chuunin ne comptait plus les tranches de rire et les sourires qu'ils avaient partagé, tous les quatre, car elle n'oubliait pas non plus leur équipier aux yeux nacres, car leur famille ne formait pas une famille tant qu'ils n'étaient pas quatre.

Voilà ce que lui avait apporté le passé, une famille, une vraie. Un maitre qui avait occupé ce poste de père que son géniteur n'était jamais parvenu à tenir et qui s'était soucié d'elle plus que n'importe quelle personne sur cette terre. D'une façon particulière certes, sa façon, mais remplie de toute la bonne intention dont le monde se peuplait. Deux frères aussi. Deux frères différents, dont les hauts et les bas avaient établi la relation aujourd'hui comparable à celle que l'on définissait de fraternelle, dont la coupe parfois s'avérait étouffante mais dont la présence, paradoxalement, se révélait indispensable pour nourrir la flamme qui comblait son cœur. La flamme de la jeunesse, comme le déclarait si vigoureusement son sensei ? Probablement que non, mais quelque chose de bien plus beau. Une chose merveilleuse qui donnait un goût à sa vie, un goût qu'elle ne devait qu'aux nombreux souvenirs qui composaient son avant, son passé que pourtant, parfois, la chuunin s'était résolue à laisser de côté.

Dans le fond, Tenten ne piochait que le meilleur de chaque facette, car autant pouvait-elle ressentir du bonheur en visitant ses déboires passées, autant se préservait-elle d'y poser un regard pour ne pas se blesser et nuire à la lumière qui éblouissait en ce jour son visage, ombré d'aucune nostalgie, d'aucun remords, d'aucun regret. Car autant le passé retraçait multiples souvenirs qu'il était bon de se remémorer, autant valait-il mieux ne pas en retourner la terre pour observer ces graines qui n'avaient jamais germé. Se devait-on dans ce cas de ne jamais déranger la terre et de se contenter des fleurs qui avaient éclos à sa surface, de les apprécier à leur juste valeur et de se conserver des pourquoi et des comment qui avaient engendré la mort de leurs frères et de leur sœurs. Car à quoi bon ? Que pourraient-ils y faire à présent ? Après tout, ce qui avait été fait avait été fait, ils n'y pourraient plus rien même avec toute la bonne volonté qu'ils possédaient.

Avancer et se servir de ses défaites pour ne plus les commettre à nouveau. Garder la tête haute, ne jamais la baisser, profiter de la vie et de ses erreurs pour apprendre et grandir. Là se situait la véritable réponse : ne pas souffrir à cause de ce qui avait été fait, mais grandir grâce à ses répercutions.

"C'est vrai que nous attachons énormément d'importance à notre passé pour tout ce qu'il nous apporte, et ce, bien entendu, quelle que soit notre histoire. Mais je pense, personnellement, qu'il n'est pas bon de trop s'y laisser couler."

Tenten lança ces paroles comme sur un parfait coup de tête, sans laisser paraitre la longue réflexion qu'elle avait établie derrière. Celle-ci n'intéresserait probablement pas son interlocutrice et la Konohajin ne souhaitait pas vraiment l'évoquer. Après tout, cette réflexion lui appartenait, et la maitresse d'armes se plaisait égoïste, tout simplement, dans ces moments-là. Parce que, comme elle terminait tout juste de l'évoquer, il valait mieux ne pas s'attarder sur le sujet et se tourner vers d'autres préoccupations. Plus importantes. D'actualité. Car elles n'arriveraient pas de sitôt à la conclusion de leurs vies et qu'elles auraient tout le temps de faire le point sur celles-ci une fois qu'elles n'auraient plus la force de rester éveillées.

Doucement, les deux kunoichi débouchaient sur une voie plus aérée et moins peuplée du marché. La terminaison, par pure déduction, et Tenten qui n'y connaissait pas grand-chose à ce village orienta instinctivement les yeux en direction de sa guide qui, elle l'espérait, savait où elle les menait. Toutefois, un doute sérieux s'installa en son être quand elle aperçut son visage et la mimique qu'exprimaient sa bouche et ses yeux. La fleur du désert avait replié ses pétales et se laissait pousser par le vent, un vent d'est, un vent d'ombre, une ombre froide, et les prunelles de la chuunin chutèrent sur ses mains gantées, inexorablement. Elle sentait tout son mal-être provenir de ce noir qui les recouvrait, de ce noir qui absorbait sans le savoir toute son attention, chose rare pour la chuunin qui avait en horreur cette couleur affreusement triste et lugubre, et qui de ce fait ne lui accordait habituellement aucun regard. Ses armes, pourtant, brillait de cette teinte qui lui apparaissait merveilleuse quand c'étaient elles qui la portaient. Ses propres mitaines penchaient vers cette couleur morte et qu'elle méprisait.

Ce noir, sur les mains de la Sunajin, ne possédait rien de semblable à celui de ses armes, à celui de ses mitaines. Il ne brillait pas. Il ne se montrait pas. Il se cachait. Il cachait. Une constatation qui poussa la kunoichi à inspecter ses propres mains, l'extrémité de ses doigts semblant blanche à l'absence de lumière, à fléchir ceux-ci pour qu'ils touchent ses paumes. La maitresse d'armes se souvint de la douleur de vieilles égratignures, des lignes rouge vif qui griffaient ses membres, de l'utilité de ses gants, et elle sourit. Sans joie et sans tristesse. Juste pour ne pas paraitre indifférente.

"Tu dois t'écorcher régulièrement les mains." dit-elle sans autre précision, pendant que sa main gauche partait se saisir de l'un des nombreux kunais qui composaient son armement. Une fois la garde de celui-ci acquise, Tenten le tourna et retourna entre ses doigts, en parfaite experte de son maniement, de sorte que sa locutrice le remarque. "Beaucoup de shinobis, que ce soit à Konoha ou à Suna, je n'en doute pas, se blessent bêtement simplement en maniant une arme ou encore à force de s'entrainer, les poings fermés. Ils portent souvent, dans ce genre de cas, des gants ou des mitaines pour minimiser les dégâts sur leur corps. C'est courant en entrainement ou en combat, personnellement je ne pars plus en mission sans mes mitaines aux mains."

Sur la surface de son index, la kunoichi plaça en suspension la pointe aiguisé de l'arme, en parfait équilibre durant une seconde, deux secondes, trois secondes, avant qu'elle ne l'élance quelques centimètres plus haut, afin que celle-ci se renverse, et en empoigne facilement la garde. Plus un jeu qu'un exercice d'habileté pour la chuunin, dont l'expression et plus explicitement le sourire se concordaient avec le sentiment.

"Toutefois, voir une kunoichi porter des gants en-dehors de ses heures d'entrainement, c'est plutôt étonnant. Vraiment étonnant, surtout quand celle-ci parait jouir d'un bonheur évident."

A ses mots seulement, son regard se posa sur la rose à ses côtés. Pas une once de mépris, pas une once de tristesse dans sa voix. Juste quelques résidus de soleil, quelques paroles d'un tact dont certains pourraient s'étonner de la part de la brune qui n'avait pas pour habitude, pourtant, de mâcher ses mots. Tenten se doutait évidemment de la souffrance qui se dissimulait sous ces tissus sombres qui recouvraient les mains de la Sunajin, et s'il avait s'agi d'une personne plus proche, il aurait été certain que cette dernière aurait goûté à l'emportement dont elle faisait ordinairement preuve dans ce genre de situation. Seulement voilà, elle ne connaissait pas Yume, ni son passé, ni ce pourquoi qui ne lui importait pas plus que de savoir pour quelle raison le ciel jaunissait toujours un peu, une fois exposé au soleil du désert. Lui faire comprendre son sentiment vis-à-vis de ces actes que la fille du désert cachait, que la Konohajin connaissait sans les avoir vécus, car ils l'insupportaient depuis nombreuses années, voilà ce qui comptait aux yeux de la brune.



©Naruto Sensou


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume]

Revenir en haut Aller en bas

Le dessous d'un sauvetage [Flash-Back ~ PV Yume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Made in Flash Back » Un professeur un peu spécial... [Flash Back] » Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya] » Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben] » Un pti Flash Back...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sensou :: Rôle Play :: +Pays du vent+ :: Sunagakure no sato :: Centre du village / Habitations -